Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 05:58

Mondial 2010 - Les Pays-Bas mettent le Cap sur la finale

pays-bas-en-finale.jpg

 

Les footballeurs néerlandais, Arjen Robben (à g.) et Dirk Kuyt, lors de leur victoire face à l'Uruguay en demi-finale de la Coupe du modne 2010, le 6 juillet 2010 au Cap (Afrique du sud)

FOOT - La sélection batave jouera dimanche la finale de la Coupe du monde après sa victoire 3-2 face à l'Uruguay...

De notre envoyé spécial au Cap (Afrique du sud),

La plupart d'entre eux n'étaient pas nés, il y a trente-deux ans, quand leur équipe regardait déjà les autres d'en haut. Pas tout à fait au sommet de la hiérarchie, puisque les Pays-Bas sont toujours en quête de leur première couronne mondiale. Mais déjà en finale, avant que la bande du capitaine Van Bronckhorst n'ait à son tour l'occasion d'écrire l'histoire. Parce qu'elle a décidé de ne plus conjuguer ses exploits à l'imparfait, elle s'est défaite mardi d'une solide équipe uruguayenne, le principal trouble-fête du tournoi.

Dans un stade couvert de maillots orangés, cette rencontre a basculé en deux minutes. Sur un coup de patte de Wesley Sneijder tout d'abord, à peine effleuré par Van Persie dans la surface (71e). Puis sur une tête de Robben (73e), qui ne voulait pas que son nom soit seulement celui d'une célèbre île dans la ville du Cap. Avant cela, Van Bronckhorst s'est offert le but du Mondial, en ouvrant la marque d'une splendide frappe. Cela a suffi aux Pays-Bas pour enchanter leurs fans, dont certains se sont mis à danser et tambouriner comme des forçats jusqu'à la fin du match.

Pour une finale entre européens

Comme le souhaitait le placide Bert van Marwijk, ses joueurs ne se sont pas trompés d'objectif face à une équipe toujours très repliée et dépendante du talent de Diego Forlan. Elle n'est pas tombée dans l'excès de confiance et a d'abord su jouer pour la gagne. Même si elle regorge de stars, cette génération n'a pas le panache de la grande équipe des Pays-Bas. Celle de Cruyff et son football total. Elle est un peu plus besogneuse, accepte d'ôter de son jeu une part d'esthétisme pour y ajouter une bonne dose de réalisme. Malgré la faiblesse criante de leur défense centrale, les Pays-Bas enchaînent là leur sixième succès dans ce Mondial. Mais aussi leur 25e match sans défaite.

«Les joueurs ont compris depuis deux ans que les résultats passent aussi par la discipline. Et qu'il ne suffit pas d'être flamboyant par séquences, expliquait la veille le sélectionneur néerlandais. On est venu ici pour un but final qui est le titre mondial.» Avant d'y parvenir, il ne leur reste donc plus qu'une seule marche à gravir. Ce sera dimanche, dans l'immense Soccer City de Johannesburg, où le champion du monde sera forcément européen, en attendant le résultat de l’autre demi-finale, Allemagne-Espagne. Une première dans l'histoire, en dehors de leur continent.

Source 20minutes.fr Romain Scotto

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires