Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

31 octobre 2009 6 31 /10 /octobre /2009 07:45

Après la défaite des Verts contre l’Uruguay
Dur, dur, l’apprentissage

 

C’était la grosse désillusion chez l’équipe nationale algérienne des moins de 17 ans, jeudi soir, au stade Ahmadou Bello de Kaduna (Nigeria), après la défaite concédée face à la sélection céleste sur le score de 2 buts à 0 dans un match de la deuxième journée de la phase des poules (groupe F) du Mondial de la catégorie.
Une contre-performance qui aura fait beaucoup de mal aux joueurs et les membres du staff technique. Logique, dans la mesure où les coéquipiers de Mohamed-Ilyès Cherchar (celui-ci constitue la révélation du tournoi) avaient fait naître, juste après la belle prestation fournie contre les Azzurrini, les espérances de qualification au second tour (huitièmes de finale). Une victoire devant les Uruguayens aurait ouvert grandes les portes des huitièmes de finale aux Verts. Sur la surface de jeu cependant, les Verts ont surpris l’assistance et surtout le coach Athmane Ibrir. Non pas parce qu’ils ont réédité la même prestation, mais parce qu’ils sont passés complètement à côté, se faisant ainsi avoir par leur adversaire qui n’en croyait pas ses yeux. C’est ce qui explique du reste les propos de l’entraîneur céleste, Roland Marcenaro, en fin de match.
Lors de la traditionnelle conférence de presse d’après-match, le coach uruguayen exprimait, d’une part, sa surprise de la production de l’équipe d’Algérie, affirmant « n’avoir pas reconnu les joueurs algériens qui, 72 heures plus tôt, avaient émerveillé tout le monde par leur belle production contre l’Italie » et, d’autre part, sa satisfaction de la tournure des débats, soulignant qu’« une victoire par deux buts d’écart sur l’Algérie n’est pas une mince affaire, mais nous replacerait en bonne position dans la course vers le prochain tour ». Tous les membres de l’encadrement technique n’ont pas compris la sortie (ratée) de leurs jeunots qui semblaient pourtant, la veille, animés d’une grande volonté de passer avec succès l’écueil (surmontable) de l’équipe nationale uruguayenne . L’absence d’efficacité des attaquants a joué une nouvelle fois un mauvais tour aux « petits » Verts. Malgré leur bonne maîtrise en défense et au milieu du terrain, en attaque, par contre, c’était tout simplement la panne. La bonne volonté de Khilifi et les grandes ambitions de Hamar et Ammari n’ont pas suffi pour concrétiser les nombreuses occasions de but offertes.
L’absence d’un joueur ayant le sens du but aura été du coup, fatale pour cette équipe algérienne qui avaient, faut-il le souligner, le potentiel pour briguer une place en huitièmes de finale. A la sortie des vestiaires, l’entraîneur des gardiens, Nouri Layachi, a regretté le fait que le compartiment offensif soit muet. Les chances de qualification de l’EN sont désormais réduites. Occupant la dernière place du groupe F avec zéro point et un goal-average défavorable (-3), l’Algérie se devra de frapper un grand coup, dimanche prochain, contre les véloces coréens, battus par l’Italie (2-1), pour espérer se qualifier. Une victoire avec un minimum de trois buts d’écart pourrait les conduire au prochain tour. Les Verts doivent jouer leur va-tout !
Source El Watan K.Y.
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires