Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

1 avril 2010 4 01 /04 /avril /2010 06:58

Société - Muret. Ivre, le prêtre se bat aux obsèques

le-cure-prie.jpg

Messe de funérailles perturbée hier matin, à Muret. Le prêtre est arrivé en retard et en état d'ébriété. La famille l'a empêché de célébrer la messe, il a frappé un proche de la défunte…

Une scène surréaliste ! En des circonstances moins douloureuses, c'était digne du grand guignol… Mais une altercation a eu lieu, dans le chœur de l'église Saint-Jean (quartier nord) de Muret entre un prêtre et une famille endeuillée, autour du cercueil d'une défunte de 61 ans… « C'est du jamais vu » commentent indignés des gens d'église qui assistaient, hier matin, aux obsèques d'Anne-Marie Surin. Sa maman, Agnès Tellier, encore partagée entre douleur et colère, son frère, Gérard, scandalisé, ont immédiatement informé l'archevêque de Toulouse, Monseigneur Le Gall.

Coup de poing au visage

Hier matin, la famille Tellier accompagnait à sa dernière demeure Anne-Marie Surin, morte subitement à son domicile toulousain. Les employés des pompes funèbres venaient d'installer le cercueil recouvert d'une gerbe de roses rouges dans le chœur de l'église. La messe de funérailles devait être célébrée par un des prêtres de la paroisse. Ce Burkinabais de 46 ans officie à Muret depuis septembre 2006, après avoir exercé à Montréjeau, Cazères et Tournefeuille.

À 10 h 45, toujours pas de prêtre. La famille, les amis, commençaient à s'impatienter lorsqu'à 10 h 50, l'abbé arriva. Il était hilare.

« Visiblement en état d'ébriété, il titubait et pouvait à peine parler. Il a insisté pour célébrer l'office… Mais nous nous y sommes opposés », raconte Gérard Tellier. Du recueillement, le ton a basculé dans un brouhaha indescriptible. Le prêtre a quitté l'église… mais l'explication s'est poursuivie sur le parvis. Les employés des pompes funèbres ont demandé à l'ecclésiastique de s'excuser auprès de la famille. Il a refusé et est devenu violent. Il a même asséné un coup de poing à un ami du fils de la défunte, avant d'être maîtrisé par plusieurs personnes. La victime a d'ailleurs décidé de déposer plainte. Entre-temps, les gendarmes de Muret avaient été alertés par la famille. En toute discrétion, ils sont venus interpeller le curé qui s'est soumis à un contrôle d'alcoolémie… positif… avant d'être conduit à la gendarmerie. Pendant ce temps, l'abbé Coltro, curé de Muret, est venu in extremis célébrer des obsèques quelque peu écourtées mais dans un climat de profond recueillement, enfin retrouvé, pour un dernier adieu digne à Anne-Marie Surin.

« Consterné », l'archevêché présente ses excuses à la famille

L'archevêché a réagi dans un communiqué : « Consternés par le comportement de ce prêtre lors des obsèques de Madame Anne-Marie Surin ce matin en l'église Saint-Jean de Muret, nous tenons à présenter nos plus vives excuses à la famille et à la communauté paroissiale de Muret ».

L'archevêché souhaite que le curé de la paroisse de Muret puisse se soigner : « Nous nous engageons à prendre toutes les mesures nécessaires pour que de tels débordements ne puissent se répéter, et pour que le Père B. puisse se libérer de l'addiction à l'alcool qui est la sienne.

En cette semaine sainte où nous fêtons la mort et la résurrection de Jésus-Christ, trahi par un de ses disciples et trois fois renié par Pierre, nous prions le Seigneur d'accorder sa paix à toutes les victimes de nos faiblesses humaines et son pardon à tous ceux qui l'implorent. »

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires