Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 décembre 2009 3 23 /12 /décembre /2009 00:47

Restauration de la basilique Notre Dame d'Afrique : Achèvement des travaux en juillet 2010
Notre-Dame-d-Afrique.jpg.gif

La restauration de la basilique Notre Dame d'Afrique, s'achèvera juillet 2010, honorant ainsi le planning prévisionnel tracé, a-t-on appris auprès de l'entreprise chargée des travaux. La restauration de cet édifice religieux, construit il y a près de 150 ans sur les hauteurs d'Alger et dont le style éclectique s'inspire de références romanes, byzantines et mozarabes, a débuté en fin 2007.
"Les délais de restauration de la basilique ont été fixés à 36 mois et cette période sera respectée. Théoriquement, les travaux s'achèveront en juillet 2010", a affirmé à l'APS, Christian Pons, directeur des centres de travaux de l'entreprise "Girard", spécialisée en monuments historiques."Nous n'avons pas de problèmes pour les délais d’achèvement de ces travaux de restauration", a-t-il affirmé. A propos des conditions de travail dans le chantier, M. Pons a évoqué quelques "contraintes" et "difficultés" d'ordre administratif rencontrées, notamment, pour l'importation de France du matériel et des matériaux nécessaires aux travaux. Ceci a amené l'entreprise, a-t-il relevé, à "précipiter les commandes du matériel spécifique à la restauration de deux à trois mois à l'avance" dans le but d'éviter une éventuelle rupture de stocks qui retarderait l'avancement des travaux. Il a ajouté que l'équipe d'ouvriers a aussi fait face à quelques contraintes météorologiques causées par les rafales de vents fréquents au niveau du site dans lequel se trouve la basilique et qui fait face à la mer.
Par ailleurs, M. Pons a indiqué qu'un "chantier-école" de formation en taillage de pierres et de maçons de monuments fonctionne parallèlement au chantier de restauration. Une trentaine de stagiaires ont été formés dans ce cadre, a-t-il fait savoir. Durant toute la durée des travaux, l'activité cultuelle de la basilique n'a pas cessé de se dérouler, a-t-il tenu à souligner.
Concernant les techniques de restauration utilisées, le maître d'œuvre de la restauration de la basilique Notre Dame d'Afrique, l'architecte Xavier David, a indiqué qu'"un édifice comme celui-là est restauré avec les techniques qui ont permis de le construire". "Nous essayons de travailler avec les mêmes pierres, utiliser les mêmes techniques de badigeon que celles du 19e siècle et faire appel, pour la restauration des vitraux, à des professionnels qui maîtrisent les techniques du vitrail de cette époque", a-t-il précisé, soulignant qu'"il s'agit de reconstituer l'édifice et son intégrité physique et esthétique". Le fait que la basilique soit située dans une zone sismique, des études de confortements parasismiques ont été élaborées afin de prémunir l'édifice contre de nouveaux séismes, a-t-il indiqué, ajoutant que ce lieu de culte a été "sérieusement endommagé" par le séisme de mai 2003. Il a précisé, à cet égard, que des confortements à base d'inox et de carbone ont été effectués pour "consolider dôme, clochetons, nef et toiture", parties qualifiées de "fragiles". Pour sa part, le directeur des projets de l'association Diocésaine d'Algérie, initiatrice du projet de restauration, Dominique Henry, a expliqué qu'il s'agit d'un travail "très conséquent". "Ce ne sont pas de simples travaux d'entretien. On ne fait pas d'embellissement proprement dit, on reprend toutes les structures de l'édifice qui ont été fragilisées, avec plusieurs objectifs, dont le plus important est la sécurité du public à l'intérieur et à l'extérieur de la basilique", a-t-il dit.
Située sur la commune de Bologhine, au sommet d'un promontoire dominant la Méditerranée, la basilique Notre Dame d'Afrique a été édifiée au milieu du 19e siècle. Le gros oeuvre a été réalisé en 1866 et l'édifice a été achevé et consacré en 1872. Sa restauration qui revêt plusieurs dimensions représente "un grand projet de sauvetage d'un patrimoine culturel de qualité et de promotion du dialogue interculturel", selon l'association qui estime que "la sauvegarde de ce patrimoine historique, culturel et architectural, sans laquelle la pérennité du bâtiment serait rapidement compromise, n'a pas d'autre signification".
Source: El Moudjahid
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires