Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 07:35

Raffarin s’engage pour la livraison du métro fin 2011

france-algerie-copie-1

 

Il y a une mobilisation très forte des entreprises, puisqu’il y a plus de 1000 personnes sur le chantier, indique J. -P. Raffarin.

Sur les douze dossiers en discussion entre l’Algérie et la France, les projets de l’usine de Renault et celui du vapocraquage de Total, pour un montant excédant le milliard d’euros pour le premier et pas moins de cinq milliards d’euros pour le second, seront les plus difficiles à aboutir. Mais rien n’est encore gagné pour les deux représentants des deux Etats respectifs, le ministre algérien de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, Mohamed Benmeradi, et Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre et représentant du chef de l’Etat français.

Bien que «pour la plupart des dossiers des entreprises (françaises) déjà installées en Algérie, comme Lafarge, Saint Gobain, Sanofi-Aventis, les problèmes ont été réglés pratiquement à 100%», selon M. Benmeradi, les négociations se poursuivent avec un optimisme affiché des deux parties sur les nouveaux projets, «les plus importants», qui doivent voir le jour. Il s’agit de l’industrie automobile, selon M. Benmeradi, dont le montant de l’investissement dépasse un milliard d’euros et près de 4 à 5 milliards d’euros pour le vapocraquage avec le groupe Total.

«Ce sont des dossiers qui continuent d’avancer», a-t-il signalé. Et de relever qu’il «n’est aucunement question d’arriver à un accord aujourd’hui». «Le travail se poursuit et en mai, il sera fait une évaluation de l’état d’avancement des négociations qui sont assez longues et ne peuvent donc se régler en un seul round.» Bien que le dossier Renault ait avancé, le ministre n’était pas en mesure, hier, en marge de sa rencontre avec les 120 chefs d’entreprises françaises présents au siège de l’agence des investissements français à l’étranger, Ubifrance à Paris, de se prononcer sur les détails liés à ce dossier.

Forum Algérie-France fin mai

Interrogé sur l’option de la création d’une usine Renault en Algérie alors qu’une structure existe à Tanger, au Maroc, M. Benmeradi a répondu que les deux usines sont destinées à des marchés différents. «Celle du Maroc est destinée au marché européen» alors que «l’Algérie envisage de créer une filière automobile avec l’intégration pour le besoin national et éventuellement l’exportation», a-t-il fait savoir, sans pour autant préciser vers quel marché. Pour lui, le choix «n’est pas contradictoire».Pour sa part, Jean-Pierre Raffarin, représentant du président français en charge du dossier des relations entre la France et l’Algérie, a souligné que «le total (des projets entre les deux parties) pèsera plus de 100 000 emplois directs et indirects et la construction d’un certain nombre de filières. D’ores et déjà, le dossier de Sanofi est quasiment réglé en ce qui concerne l’industrie pharmaceutique».

Il y a «également des perspectives dans le domaine de la cimenterie avec le groupe Lafarge, qui sont en très bonne voie, et l’ensemble de ses partenaires algériens».

Par ailleurs, «nous avons avancé de manière décisive et déterminante sur le métro d’Alger. Les Algérois auront leur métro avant la fin de l’année 2011», s’est engagé M. Raffarin, bien que «le dossier n’est pas tout à fait achevé mais il y a une mobilisation très forte des entreprises, puisqu’il y a plus de 1000 personnes sur le chantier». S’agissant des dossiers Renault et Total, ils pourraient aboutir au mois de mai en marge du forum Algérie-France qui se tiendra les 30 et 31 mai prochain, soit à la veille de la 44e édition de la Foire internationale d’Alger (du 1er au 6 juin 2011), avec la présence de 80 exposants français cette fois.Pour rappel, les entreprises françaises ont remis en cause les nouvelles mesures liées à l’investissement, notamment la nouvelle formule d’actionnariat (51/49), qui devra être encore assouplie, comme l’a laissé entendre le ministre de l’Industrie, lors de son intervention, hier, au siège d’Ubifrance. Enfin, selon une source de l’agence française, M. Benmeradi rendra visite aujourd’hui aux PDG des grands groupes français, concernés par ces projets d’implantation en Algérie.

Source El Watan Fella Midjek

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires