Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 08:26

Bouteflika répond à Mohammed VI

degel algerie maroc

Dans un message adressé au souverain marocain, le chef de l'Etat a réitéré sa volonté d'oeuvrer à la construction d'un avenir, entre les deux pays, qui reposerait sur la coopération, la solidarité et le bon voisinage.

Le président de la République et le roi du Maroc sont décidés à mettre fin aux «malentendus» qui ont profondément affecté les relations bilatérales algéro-marocaines. A l'occasion de la célébration du 56e anniversaire de l'Indépendance du Royaume chérifien, le président de la République a adressé un message de voeux au souverain marocain, dans lequel il a réitéré sa volonté de raffermir, de concert avec lui, les relations de coopération entre les deux pays. «Je tiens à vous réitérer ma volonté de continuer à oeuvrer avec vous au raffermissement des relations de fraternité et de coopération entre nos deux pays et peuples frères au mieux de nos intérêts mutuels», souligne la missive de Abdelaziz Bouteflika qui retentit comme une réponse à la sollicitation récente de Mohammed VI. Que disait dans son message le monarque alaouite? «Le Maroc réitère sa disposition à tout mettre en oeuvre, tant sur le plan bilatéral et notamment avec l'Algérie soeur, dans le cadre de la dynamique constructive actuelle qu'au niveau régional, pour la concrétisation commune des attentes des générations présentes et à venir qui aspirent à l'avènement d'un ordre maghrébin nouveau», a déclaré l'héritier de feu Hassan II dans une allocution adressée à son peuple le 6 novembre. Un discours qui gomme la sortie médiatique fracassante du chef de la diplomatie marocaine qui a pointé du doigt l'Algérie suite à l'enlèvement des 3 travailleurs humanitaires (2 Espagnols et une Italienne) du camp de réfugiés sahraouis de Hassi Rabouni (près de Tindouf). «Il s'agit de la responsabilité d'un État et c'est l'Algérie qui en est le premier responsable», avait déclaré Taïeb Fassi Fihri, lors d'un point de presse, à l'occasion d'une récente visite effectuée au Maroc par la ministre espagnole des Affaires étrangères, Trinidad Jimenez. Ces signaux annonciateurs d'une normalisation prochaine des relations algéro-marocaines interviennent dans le sillage des entretiens récents qu'ont eus les chefs des diplomaties marocaine et algérienne. Taieb Fassi Fihri et Mourad Medelci se sont rencontrés mercredi à Rabat en marge d'une réunion extraordinaire de la Ligue arabe consacrée à la crise syrienne. Rabat souhaite «une normalisarion complète».
Le ministre marocain des Affaires étrangères en a émis le voeu au lendemain de son entretien avec son homologue algérien. «Quelles que soient les divergences, il est anormal de ne pas avoir une relation normalisée avec un pays voisin, comme l'Algérie», a fait remarquer Taieb Fassi Fihri qui a estimé que Rabat et Alger ont accusé trop de retard. «Nous connaissons la position des uns et des autres sur un certain nombre de dossiers, ainsi que la divergence sur la question du Sahara (occidental, Ndlr)», a confié à l'AFP le ministre marocain qui a regretté le «maintien des frontières (terrestres, Ndlr) fermées». Il faut rappeler qu'un processus de coopération a été mis en route entre les deux pays dans des domaines sensibles. «Nous pensons qu'il débouchera sur une normalisation complète de nos relations...Les deux pays décideront dans un avenir très, très prochain de la prochaine étape», a souhaité M. Fassi Fihri. «Nous considérons au Maroc que rien n'interdit de discuter sérieusement avec nos frères algériens pour tourner la page et construire ensemble le Maghreb qui est notre bien commun...il est évident qu'il n'y a pas de Maghreb sans un apport positif et sans une synergie entre l'apport du Maroc et de l'Algérie», a indiqué de son côté, jeudi, le ministre marocain de la Communication, porte-parole du gouvernement. Lors d'un point de presse à l'issue du Conseil de gouvernement, M. Khalid Naciri a indiqué que le chef de la diplomatie algérienne, M. Mourad Medelci, a eu avec le ministre (marocain) des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Taib Fassi Fihri «des discussions sérieuses qui ont été l'occasion effectivement pour les deux ministres de dire à quel point les deux pays pouvaient être attachés à la création des conditions d'une normalisation des relations», a rapporté l'agence de presse officielle marocaine MAP. Du côté algérien, on ne veut pas précipiter les choses. Alger veut capitaliser et consolider l'amorce d'une coopération qui s'est concrétisée à travers les visites récentes et réciproques des ministres des deux pays (celle effectuée par Rachid Benaissa). «Nous avons une feuille de route, qui a démarré il y a quelques mois à travers des rencontres ayant réuni les différents ministres des deux pays et qui ont commencé à produire des effets concrets...Cette consolidation va nous permettre de nous rencontrer plus souvent, de prendre plus de temps pour échanger des informations sur nos propres défis... et de mieux nous comprendre», a déclaré Mourad Medelci à l'issue de l'entretien qu'il a eu avec son homologue marocain. «On va trouver le chemin qui nous conduit à quelque chose, dont nous rêvons tous et qui va au-delà de la relation bilatérale, à savoir cette ambition que nous avons, nous Maghrébins, de faire le Maghreb ou de participer à le faire» a affirmé, persuadé, le chef de la diplomatie algérienne. Un rêve que caressent les peuples marocain et algérien...

Source L’Expression Mohamed Touati

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

Sala 20/11/2011 10:08


C'est une réconciliation pronée par les américains que Bouteflika sera contrait d'accepter, à défaut, il ne restera pas jusqu'au 2014! Bouteflika travail pour son prestige personnet et non pour
le salut du peuple§ Qu'il aillle au diable! Il ne fait que solder ses comptes avec l'Armée qu'il lui a préféré Chadli en 1979! Il peut aller plus loin en concession comme ce qu'a fait pour les
deux agents des USA, le premier est célébre pour avoir jugé des infirmières à des peines inhumaines, le second qui reste illigétime depuis la destitution de son père en 1995. Vive la
démocratie à sens unique?


 

Le Pèlerin 26/11/2011 19:47


Bonjour Sala Sans chercher Midi à 14h00, il me semble que le rapprochement entre les deux peuples est une aspiration profonde des algériens qui rêveraient de pouvoir se rendre au Maroc comme ils le
font librement vers la Tunisie Cordialement, Le Pèlerin