Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 février 2011 6 19 /02 /février /2011 09:06

Des dizaines de morts et de blessés ont été décomptés ce vendredi dans ces trois pays...

contestation dans le monde arabe 

La flambée de violences que connaît le monde arabe depuis les révolutions tunisiennes et égyptiennes n’est pas prête de s’arrêter. La Libye, le Yémen et Bahreïn ont été à nouveau le théâtre de violents accrochages ce vendredi entre manifestants et forces de l’ordre provoquant la préoccupation de Barack Obama qui a exhorté les autorités de ces pays  «à faire preuve de modération dans leur réponse aux protestations pacifiques et à respecter les droits de leurs peuples».

Au moment où des millions d'Egyptiens fêtaient la «révolution du Nil» qui a chassé du pouvoir Hosni Moubarak il y a tout juste une semaine, des manifestants inspirés par leur succès étaient ainsi engagés dans des luttes de plus en plus violentes avec leurs gouvernants autoritaires dans d'autres pays arabes.

L’armée tire sur les manifestants à Bahreïn

A Bahreïn, des dissidents ont été pris pour cibles à Manama près de la place de la Perle, a dit l'ancien député chiite Sayed Hadi, membre du bloc d'opposition chiite Wefak qui a démissionné du Parlement jeudi. «Nous pensons que c'était l'armée», a déclaré Sayed Hadi en faisant état d'au moins 23 blessés.

Les tirs de ce vendredi intervenaient lors d'une journée de deuil durant laquelle des milliers de chiites ont enterré quatre des leurs tués place de la Perle. Ils coïncidaient aussi avec un appel au calme et au dialogue lancé à la télévision nationale par le prince héritier, le cheikh Salman Hamad al Khalifa.

Plusieurs morts au Yémen

Au Yémen, quatre personnes au moins ont été tuées et des dizaines d'autres blessées lors d'accrochages dans plusieurs villes entre les forces de sécurité et des manifestants qui réclamaient la fin du régime du président Ali Abdallah Saleh. Selon la chaîne de télévision Al-Jazira, trois protestataires ont été tués et des dizaines d'autres blessés au cours d'une fusillade à Aden, dans le sud du pays.

Des dizaines de milliers d'opposants se sont aussi rassemblés dans la ville de Taïz, à 200 km au sud de la capitale, Sanaa. Un homme y a été tué et sept autres personnes ont été blessées par une grenade lancée d'une voiture contre un rassemblement de l'opposition, ont rapporté des témoins.

Forte répression en Libye

En Libye, le régime du dirigeant Mouammar Kadhafi a riposté avec force à des manifestations de rue sans précédent, en particulier dans la province rétive de Cyrénaïque. L'ONG internationale Human Rights Watch a fait état ce vendredi d'au moins 24 morts ces dernières 48 heures, mais les organisations d'opposition et d'exilés avancent des bilans beaucoup plus lourds, pour le moment invérifiables.

L'armée s'est déployée ce vendredi à Benghazi, où les jeunes qui s'insurgent contre Kadhafi, au pouvoir depuis 41 ans, s'inspirent ouvertement des mouvements de Tunisie et d'Egypte. A Genève, deux groupes d'exilés libyens ont annoncé que la ville d'Al Baïda, à 200 km au nord-est de Benghazi, était tombée «aux mains du peuple» après le ralliement d'une partie de ses policiers au soulèvement populaire. Mais ces deux groupes, citant leurs contacts sur place, ont précisé ultérieurement que les milices paramilitaires du régime avaient reçu des renforts. Epaulées par des chars, elles s'efforcent de reprendre le contrôle d'Al Baïda aux émeutiers.

Source 20minutes.fr C.C. avec Reuters

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires