Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 09:40

Algérie - De violentes émeutes éclatent dans plusieurs quartiers d’Oran

emeutes-algerie.jpg

Oran, la capitale de l’Ouest et deuxième ville d’Algérie, vit depuis le d’après-midi du mercredi 5 janvier un climat de début d’émeute relayé par des rumeurs colportées de bouche à oreille faisant craindre le pire. Des dizaines de jeunes habitant le quartier de Victor Hugo, un quartier populaire de la ville, ont bloqué l’accès au pont d’El Hamri (dit pont du manège) avec des pneus brulés et des blocs de pierre, pour protester contre la cherté de la vie à l’ombre des dernières augmentations qu’ont connues les produits de consommation.

Les éléments des brigades antiémeutes ont été dépêchés sur les lieux pour empêcher le jet de pierres contres les automobilistes qui empruntaient ce pont. Aucune arrestation n’a été enregistrée jusqu’à l’heure. Les manifestations se sont ensuite propagées dans les autres quartiers populeux et populaires d’Oran, atteignant Bastié, Petit Lac ou encore signalées au centre-ville. Pour parer au plus urgent et prévenir d’éventuels dégâts, plusieurs secteurs urbains ont fermé les portes des sièges administratifs alors que la majorité des commerces ont baissé rideau.

Le siège de la CNEP attaqué et saccagé par des manifestants

Les manifestants étaient encore rassemblés au niveau de Bastié, dans un climat tendu et les policiers restaient vigilants à l’affut de toute éventuelle reprise des violences vers 16 heures au plus tard. Des témoins ont également signalé des pneus brulés au niveau de Petit Lac et de Bastié. Le siège de la CNEP à Petit Lac a été attaqué et saccagé par les manifestants qui ont volé au passage des micro-ordinateurs et du mobilier de bureau

Pourtant, la situation explosive que vit la ville était prévisible dans la mesure où des mouvements de protestation se sont multipliés dans la wilaya cette semaine, à la faveur des émeutes qui se sont succédé un peu partout à l’occasion des opérations de démolition des bidonvilles.

Ras-le-bol de la cherté de la vie

Le mouvement a commencé, lundi dans le quartier des Planteurs, suite à la démolition de constructions illicites suivie d’une contestation des occupants, lesquels été appuyés par le reste des habitants du quartier qui ont fini par récupérer ce désormais mouvement pour enfin verser dans des actes de violence. Dans la soirée du lundi, quelque deux cent jeunes se sont rassemblés devant le siège de la radio El Bahia en bloquant l’accès à Aissa Messaoudi.

Ces protestataires exprimaient, violemment, un ras-le-bol quant à la cherté de la vie en dénonçant les nouveaux prix affichés dans les commerces en début de cette année 2011. Mardi matin, plus de deux cents habitants du village Menatsia dans la commune de Ben Fréha ont bloqué la route reliant le village à Gdyel et Arzew.

Source DNA

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires