Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 23:55

Toulouse - Francazal : nouvel envol ou fermeture

tour-toulouse-francazal.jpg

 

La base militaire aérienne ne dépendra plus de l'autorité militaire à la fin du mois d'août. Une société de gardiennage assurera la surveillance du site jusqu'à la fin de l'année. Alors que l'état et les élus s'orientent vers une poursuite de l'activité aéronautique mais civile, grâce au transfert, à l'essai, de l'aviation d'affaires de l'ancien aérodrome de Blagnac sur la piste de Francazal, nous avons confronté les points-de-vue des deux mouvements de riverains sur le devenir de la plus ancienne base civile et militaire aérienne de la région toulousaine. Le collectif historique de Bernard Gineste prépare sa grande manif de rentrée, le 25 septembre, tandis que l'association plus récente de Pierre Beder veut faire de Francazal un village en pariant sur l'emploi.

Où en est-on du dossier à l'approche de la rentrée ?

Bernard Gineste, président du collectif Francazal. On prépare une manif festive contre le maintien de la piste avec des mini cortèges convergents vers Francazal pour le 25 septembre. La mobilisation ne faiblit pas avec plus de 3 600 pétitions signées et plus de 1 030 adhérents. Les gens se rendent compte de l'urgence du danger. L'aviation d'affaires à elle seule ne peut rentabiliser Francazal, on sera loin des 5 500 mouvements d'avion par an de Lyon-Bron. Il faut qu'il y ait quelque chose d'autre...

Pierre Beder, président de l'association «Francazal, champ d'envol». Jusqu'à la fin du mois d'août, la base est commandée par le colonel Le Maire . Une société de gradiennage doit assurer la surveillance jusqu'à la fin de l'année. On espère une activité l'an prochain pour éviter l'abandon et la friche, toujours risquée. Notre but est de préserver l'outil de travail existant, les installations aéroportuaires, pour créer vite des emplois. Nous enregistrons chaque jour des adhésions, avec adresse, signature, pas bidon.

Quelle activité envisagez-vous pour l'avenir de Francazal ?

Pierre Beder . Il faut créer le village de Francazal. Comme la base était un village, avec sa Poste, ses cantines, ses centres de production. Autour de l'aviation d'affaires, des activités diverses peuvent être attirées par les 5 hangars, les 18 ha de parking, la piste de 1800 m X 45 m, disponibles immédiatement. Formation aux métiers de l'aéronautique, activités liées à l'avion mais aussi développement durable (parc photovoltaïque), centre sportif rattaché à la médecine aérospatiale, services publics (crèches) ou privés (commerces, restaurants, etc.)

Bernard Gineste. On reste modestes, on souhaite une véritable étude sérieuse, pas qu'on nous dise c'est la piste ou 70 000 habitants. On ne veut pas que du logement mais des activités à 10-15 ans et une desserte améliorée au niveau transport dans un secteur plutôt déshérité. Pourquoi pas le tram' ou le prolongement du métro si le secteur démarre.

Pierre Beder. Le type de la piste réserve l'usage à une certaine catégorie d'avions pas aux gros. Les plus gros (A320 ou 321) ne pourraient se poser qu'à vide (de passagers et un minimum de carburant) donc le low cost n'est pas possible. Outre l'aviation d'affaires, des appareils militaires pourraient ponctuellement utiliser la piste pour les paras du 11e Régiment, qui reste, lui, à Francazal.

Que se passerait-il si la piste était supprimée. On a accusé certains d'avoir des visées spéculatives ?

Bernard Gineste . On a essayé de nous faire passer pour des propriétaires fonciers ayant des intérêts énormes. Il n'est pas interdit d'espérer que le terrain prenne de la valeur s'il devient constructible. Ce serait un effet positif mais ce n'est pas notre vocation. On n'a pas quantifié la proportion de gros propriétaires mais je n'en vois pas beaucoup même si cet aspect là existe, c'est vrai .

Si la vocation aérienne perdure, quelles garanties exiger ?

Pierre Beder. Un avion fait du bruit, d'accord. Mais si la piste venait à disparaître ce serait une catastrophe. Il y aurait d'abord six années incompressibles d'une dépollution industrielle et pyrotechnique chère et susceptible de transformer le site en stock-car. Le projet de transformer la piste en 2X2 voies, en 2e périphérique reliant l'axe de Tarbes à celui de Bordeaux serait tentant. On ne contrôlerait plus alors le flux de véhicules et l'approche de Blagnac modifié (gain de 2 à 3 mn), on aurait aussi les avions de ligne.

Bernard Gineste. On va prévoir. On va s'attaquer à cette question-là. On va vérifier d'abord si tout se passe légalement. On va devenir procéduriers, avec d'éventuels recours judiciaires. La décision d'expérimenter même en petit existe. Si on perd, il faudra revoir le plan d'exposition au bruit, obtenir des garanties sur l'absence de trafic de nuit. Il y a d'autres solutions ailleurs, à Muret par exemple. Pour passer du satut militaire au civil, il faut des arrêtés, des décisions administratives d'ouverture, on vérifiera tout.

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

Michel 24/08/2010 16:50



Salut l'ami


Pendant plusieurs mois il m'était impossible de me connecter dur ton blog ( mystére)


Pour te connecter sur "couleurs d'Algérie" cherches sur www.facebook.com et recherches " couleurs d'Algérie


Dans quels coins vas tu????


A+++++



Le Pèlerin 25/08/2010 19:03



Salut Michel,


Je ne comprends pas pour mon blog


En ce qui concerne mon point d'attache c'est Cherchell, à 25 km à l'ouest de Tipasa


Cherchell était il y a 2000 ans la capitale du Maghreb sous le nom de Césarée


Je vais chercher sur Facebook


Amicalement,


Henri