Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 10:06

Algérie - La double nationalité du volcan 

islandais

 

 volcan islandais 2

 

C'est la théorie de la baraka. Une version explicative qui veut que le règne Bouteflika a toujours été sauvé par des miracles. Sous ce règne tenace contre l'évidence du sursis, il n'a jamais eu autant de pluies, le baril n'a jamais coûté aussi cher, les gens n'ont jamais été aussi enthousiastes et aussi larbins (au début) et le terrorisme n'a jamais autant servi la doctrine algérienne de la stabilité par la dictature. 

Même pour la fameuse rentrée sociale 2009, annoncée comme un 05 octobre 88 bis, le destin de ce miraculé a été sauvé par un match de football qui a tellement bouleversé la nation que le pays a été encore une fois offert à Bouteflika et aux siens sur un plateau, emballé dans des applaudissements collectifs.
Pour le fameux GNL 16, le miracle a encore voté : ce sommet qui s'annonçait comme un trottoir mal fini avec des dalles de sol qui se décollent sous les pas des délégations, a été sauvé par un volcan. Une éruption qui a offert un gros nuage international qui a donné un sursis à l'inachevé et a permis aux travailleurs d'OHL de déballer leurs cartons, d'installer les lits, d'essuyer les vitres et de permettre au goudron de sécher. Et pour bien se convaincre que c'est un miracle qui va masquer l'inachevé par l'inattendu, il faut rappeler par exemple de simples détails : le volcan islandais ne connaît ni Khellil, ni son patron, ni la facture du Centre de convention d'Oran et pourtant il dort depuis 1823. Depuis 1823, ce volcan qui n'a même pas la double nationalité, qui ne craint pas la mise sous contrôle judiciaire et qui n'est même pas situé à Tlemcen, dort. Il a choisi de se réveiller juste avant le sommet, bloquant les délégations étrangères dans leurs aéroports, allongeant les délais d'ouverture, donnant un répit aux maçons et permettant de couvrir le désordre par une éruption et la peinture par un lacrymogène mondial.
Dire que les hommes de Bouteflika ne bénéficient pas de l'appui du hasard, prénommé coïncidence et se présentant comme destin, est donc une erreur. Peu de pouvoirs et d'Etats au monde ont la possibilité de construire un palais en 10 mois et de réveiller un volcan en deux jours. Bien sûr, certains astrologues détracteurs expliquent aussi que pendant ce règne des 4x3 ans, on a eu trois séismes, deux inondations majeures, quatre bateaux coulés, une raffinerie en flammes, un crash d'avion d'Air Algérie et des dizaines d'émeutes collectives. Dans les deux cas, et pour rester dans le paranormal et pas dans la science, c'est à Bonatiro de trancher. Cet astrologue tourné vers les sous-sols, incarne au mieux cet étrange destin de l'Algérie qui dépend plus de la voyance que de la prévoyance.
Source Le Quotidien d’Oran Kamel Daoud

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires