Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

11 février 2013 1 11 /02 /février /2013 09:27

Si l’on savait sur quel pied danser ? *

Tunisie - Obseques de Chokbri Belaid

Tunisie - Obseques de Chokbri Belaid

 

Deux ans après les « révolutions arabes spontanées et sans slogans religieux », qui ont renversé les régimes tunisien, libyen, égyptien, les rues de Tunis, Tripoli et du Caire ne décolèrent pas. Elles critiquent leurs autorités pour tout. Notamment pour leur incapacité à mener des réformes. Comme la visibilité est plus que jamais embrouillée, elles vont même jusqu’à réclamer « la chute du (nouveau) régime » et une « deuxième révolution ». « Le Printemps arabe qui a débuté avec des appels à la liberté, à la démocratie et au développement, se muera-t-il, après avoir pris une orientation partisane, en un interminable hiver islamiste » ?

La Tunisie, berceau du « Printemps arabe » ne pourra pas être le bon modèle pour les pays arabes. Les islamistes qui sont arrivés au pouvoir par les urnes — ils ont remporté 41 % des voix —, ont échoué. Ils n’ont réussi ni à redresser l’économie, ni lutter contre le chômage, ni même fixer le rôle de l’islam et la place de la femme dans la société. Et le fossé entre eux, les modérés et les laïcs, ne cesse de se creuser et d’ouvrir la voie aux tensions et à l’effusion de sang. Après les tirs à la chevrotine sur des manifestants, les incendies de mausolées de marabouts, les profanations de cimetières, les islamistes sont, depuis mercredi 6 février, tenus pour responsables de l’assassinat de l’opposant Chokri Belaïd. Pourquoi ? Le secrétaire général du Parti des patriotes démocrates unifié, a tiré à plusieurs reprises la sonnette d’alarme. Sans que ses appels soient entendus. Il y a plus d’une année, il avait affirmé avoir été menacé de mort en pleine rue. Ce ne sera pas la seule fois. Hamma Hammami, son compagnon de route, pointe du doigt « l’indulgence coupable du gouvernement, et de certains hommes politiques à l’égard des appels à la violence ». Certains députés d’Ennahdha trouvent même des justifications à ces appels au meurtre. La « Révolution du jasmin » va-t-elle sombrer dans le sang ? Cet assassinat et le conflit ouvert au sein même d’Ennahda : le numéro deux et chef du gouvernement Hamadi Jebali a été désavoué dans son camp après avoir annoncé en urgence la formation d’un cabinet apolitique, réclamé par son allié laïc, le président Moncef Marzouki, et l’opposition, semblent avoir mis le feu aux poudres. En Egypte, en Libye, où l’avenir est aussi incertain, les dés semblent jetés. Ces Etats qui souffrent de convulsions périodiques, se désagrègent. A vue d’œil. Le président Morsi, qui est sommé par la rue de réaliser les objectifs de la révolution, qui lui a permis d’arriver au pouvoir, ou de démissionner, a décrété un couvre-feu dans les villes de Suez, Port Saïd et Ismaïlia sans que ce couvre-feu ait pu être effectivement imposé à la population. Idem en Libye. A Benghazi, l’insécurité est en train de chasser les étrangers. Tombés dans l’escarcelle des islamo-salafistes qui refusent un des fondements de la démocratie : le partage du pouvoir, les sociétés de ces pays se talibanisent. Celles de la Tunisie aussi. Le cas de la Syrie est éloquent. Le soulèvement pacifique du printemps 2011 s’est transformé en guerre civile. Moins de deux ans après, le pays de Bachar el Assad est en phase avancée de démembrement. Dans ces pays où on a « célébré » le deuxième anniversaire des « révolutions » avec des grenades lacrymogènes, le chaos prend place. En Libye, un tract circulant dans la capitale libyenne appelle à un « soulèvement populaire » et à la « désobéissance civile », pour « faire tomber le régime », et encourage les Libyens à faire des réserves de nourriture et de carburant avant le 17 février. L’opposition justifie ces appels à manifester par une accumulation de problèmes ». Comme l’inflation, le coût de la vie et le chômage élevé chez les jeunes. Certains politiques comptent dénoncer ce jour-là « l’échec de l’Assemblée nationale à réaliser des avancées dans des dossiers tels que la réconciliation nationale, la répartition des ressources, (...) et la rédaction d’une Constitution ». La raison de ces échecs ? L’absence d’une élite alternative, entre autres. Certes, il y avait des oppositions dans ces pays avant la « révolution » mais toutes, ou presque, ont été réprimées, sauf deux, celles qui s’exprimaient dans les mosquées et les stades de football. Et comme les Frères n’avaient aucune idée claire dans le domaine de l’économie, du Caire à Tunis, les citoyens se découvrent livrés, pieds et poings liées, aux séides des mouvements salafistes qui tiennent le haut du pavé avec les milices armées d’Ennahdha, appelées « Ligues de la Protection de la Révolution ». Une question : Combien d’années faudra-t-il attendre la « fin » des régimes islamiques ? Et de quelle manière s’effectuera-t-elle, dans la légalité d’une élection ou dans la violence ? Dans certains pays arabes, on prie. Parfois en découvrant la pauvreté, les horizons bouchés, la confusion de l’identité religieuse et la radicalisation rampante, on se surprend à regretter les anciens régimes. Comme l’ont fait il y a plus de 20 ans, les habitants des pays de l’Est après l’implosion de l’Union soviétique. « Au moins, disaient-ils, on avait un toit au-dessus de nos têtes et un boulot garanti à l’usine… ». Deux ans après, tous les observateurs de la région s’accordent à dire ceci : « Si aucun mouvement populaire, émergeant de ces pays, n’arrive à offrir une vision claire avec un programme économique innovateur et une réforme sociale courageuse, le monde arabe plongera dans une guerre civile généralisée » entre messieurs tout le monde et les « groupes islamistes armés » créés, de l’aveu même de Hillary Clinton devant le Congrès, par les Etats-Unis. Vingt ans plus tard, ces groupes ne seraient-ils pas actionnés pour alimenter le cycle « déstabilisation-déstructuration-dissolution » et ce, pour installer un foyer de désordre et d’instabilité dans le monde arabe ? « Les puissances occidentales — les USA en tête, et derrière eux, l’Europe — ne veulent pas de la démocratie dans le monde arabe. Ils sont contre. C’est un mensonge gigantesque de dire qu’ils interviennent « aux côtés » des peuples qui réclament la démocratie », rappelle l’économiste égyptien Samir Amin. Ni dans l’Afrique subsaharienne, pourrions-nous ajouter quand on réalise que le bourbier dans lequel est plongé le Mali, est la conséquence directe, à un an d’intervalle, du conflit libyen qui a permis à Al-Qaïda d’enrichir son arsenal en acquérant des armes que la France et les autres belligérants ont fournies aux « thowars ». Il est vrai que le Mali qui a inauguré le passage de la Françafrique à la Françafric a des ressources minières variées. Comme l’or, le quartz, les carbonates, le bois, les minéraux liés aux pegmatites et aux métamorphismes, le pétrole, le gaz…

Source Horizons Djamel Boukrine

Le Pèlerin

*Ce sous titre est de  votre serviteur

Source Horizons

Partager cet article

Repost0

commentaires