Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 05:37

Après la victoire du PJD aux législatives marocaines

contestation dans le monde arabe

 

De Rabat au Caire, en passant par Tunis, la dominante est dorénavant au vert. Après avoir avancé masqués, les islamistes prennent ainsi le pouvoir dans les pays arabes, notamment ceux qui ont chassé leurs dictateurs.
Le roi du Maroc marque un point : le scrutin de vendredi a vu la participation de 45% du corps électoral, soit un score honorable pour ces élections législatives censées traduire dans les faits sa volonté de réformes, sur fond de révoltes démocratiques dans le monde arabe. Face aux manifestations en faveur de changements politiques dont le Maroc a été le théâtre à partir de février, Mohammed VI a proposé, en juin, une série d’amendements constitutionnels pour transférer une partie de ses prérogatives à des représentants élus, adoptés par référendum deux semaines plus tard. En vertu de cette réforme, le souverain, qui conserve la haute main sur les affaires religieuses et la sécurité, devra notamment choisir un Premier ministre dans les rangs de la formation arrivée en tête. Mais de l’autre côté, ce vote est un échec pour le roi, qui pensait faire barrage à ses islamistes. Les islamistes du Parti de la justice et du développement ont revendiqué la victoire avant même les résultats officiels. “Sur la base des informations dont nous disposons actuellement, nous sommes en passe de faire mieux que prévu. Je pense que nous sommes partis pour obtenir entre 90 et 100 sièges”, a annoncé dans la nuit de vendredi à samedi le président du PJD, Abdelilah Benkirane. Soit le quart de la Chambre des représentants, formée de 395 députés. Si cette estimation devait être confirmée, le PJD deviendrait, après le parti Ennahda en Tunisie, la deuxième formation islamiste modérée à arriver en tête d’une élection depuis le déclenchement du Printemps arabe.
Et sans nul doute, les Frères musulmans d’Égypte réaliseront un score au moins identique, lundi, si la date des législatives sera maintenue. En Lybie, le gouvernement de transition est islamiste dès lors que le président du Conseil national libyen a en personne affirmé que la Lybie post-Kadhafi se fondera sur la charia. De là à imaginer qu’une république islamique remplacera la Jamahiriya, la coquille vide de Kadhafi, il n’y a qu’un pas. Donc, de Rabat au Caire, en passant par Tunis, la dominante est dorénavant au vert. Après avoir avancé masqués, les islamistes prennent ainsi le pouvoir dans les pays arabes qui ont chassé leurs dictateurs. Le Maroc, en douceur, pour s’être épargné une révolution violente ; la Tunisie qui a ouvert la saison du printemps arabe et l’Égypte qui l’a marquée au pas, mais dont l’armée se veut encore gardienne du temple ; et enfin la Libye, cas d’espèce où il a fallu l’intervention de l’Otan pour faire tomber Kadhafi. Même la Syrie devrait basculer. Une évolution et des perspectives qui inquiètent les milieux modernistes arabes à tel point que se répand en son sein et chez les régimes encore debout ce discours “conspirationniste” : les États-Unis ont manœuvré pour que l’islamisme politique s’installe démocratiquement à la tête des pays d’Afrique du Nord.
La thèse n’est pas nouvelle. Après avoir boosté les dictatures, voilà venu le temps des islamistes. Objectif, et la secrétaire d’État américaine ne l’a que trop répété implicitement ces derniers temps : garantir la stabilité de ces régions à long terme en les dotant de gouvernements qui seraient “enfin légitimes aux yeux de leurs propres populations.” Il reste cependant à confirmer cette thèse d’une main américaine agissant secrètement dans les coulisses pour imposer aux peuples arabes un nouvel ordre islamiste.
Comme il reste à résoudre cette énigme de partis islamistes qui n’ont pas pris part à la chute des dictatures ou, quant elles l’avaient fait, c’était prendre le train en marche, et qui raflent les mises électorales. Ennahda, le PJD, les Frères musulmans, pour ne citer que ceux-là, ont disposé de structures bien organisées et de pactoles financiers ne provenant pas des cotisations de leurs militants, mais ça n’explique pas pour autant leur succès, d’autant, et, on ne le soulignera jamais assez, qu’ils n’ont pas pris part aux changements révolutionnaires. Ils ont d’abord assisté en spectateurs aux évènements et ensuite se sont insérés dans le processus de changement en donnant l’impression qu’ils se sont fondus dans la démocratie, allant jusqu’à s’interdire, verbalement pour l’heure, de toucher aux acquis démocratiques ou, comme en Tunisie, au statut des femmes, le plus avancé dans le monde arabe. Dans les courants républicains et démocratiques, ce langage n’est que propagandes et balivernes. Et de convoquer les engagements de l’ayatollah iranien Khomeiny en 1979 et le tapis vert que lui ont déployé les Occidentaux et même la gauche marxiste iranienne. Les ayatollahs ont récupéré la révolution à leur seul profit. Depuis, la République Islamique tient le pouvoir à Téhéran d’une main de fer. Ce sera plus difficile pour Ennahda, le PJD et demain les Frères musulmans. Le contexte a changé et les sociétés sont assez sécularisées, du moins en ce qui concerne les libertés fondamentales. En outre, ces islamistes qualifiés de soft savent qu’ils ne doivent surtout pas affoler les Occidentaux. La question est de savoir si ces islamistes au pouvoir avanceront encore masqués ou feront leur aggiornamento.
Pour l’heure ils se réclament tous du modèle turc. Les islamistes de l’AKP ont effectivement fait basculer la Turquie dans le camp des pays émergeants mais leur respect de la démocratie n’est pas endogène à leur propre idéologie. Ceux qui s’ébahissent devant ce modèle ont zappé le legs d’Atatürk, la proximité de l’Europe dont la Turquie est toujours candidate et, surtout, la sécularisation de très larges pans de la société pour lesquels la laïcité, à ne pas confondre avec l’athéisme, est la ligne rouge.

Source Liberté Q. Nouatta 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires