Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

9 juin 2011 4 09 /06 /juin /2011 02:44

Valls ou "la sécurité avant tout" percute le "social avant tout" de Martine Aubry, première secrétaire et presque candidate. Carnet de campagne

Manuel-Valls-depute-maire-PS-Evry-jpg

Manuel Valls, député-maire PS d'Evry.

 

En janvier 2010, quand la chaîne de télévision Canal Jimmy lança "Bonsoir, Monsieur le Président", une émission façon téléréalité qui invite les politiques à se prendre pour le Président de la République, Manuel Valls fut le premier à se livrer à l’interview imaginaire de Caroline Roux et Bruce Toussaint, sous les ors d’un Elysée factice.

Quelques mois plus tôt, le Parti socialiste engageait le processus de sa primaire interne et le député maire d’Evry était déjà le premier à s’aligner… On voit par là que ce quadra qui frise désormais la cinquantaine (49 ans le 13 août) ne pense qu’à ça : inscrire un jour son nom dans la lignée des De Gaulle, Mitterrand, Chirac et Sarkozy.

Un rêve comme un autre mais un long chemin…

"Mobiliser de nombreux concitoyens"

Voilà pourquoi Valls veut se mettre en route de bonne heure.

Après avoir remisé sa candidature pour se ranger derrière l’ex-homme providentiel Dominique Strauss Kahn et respecter un délai de décence après son arrestation, il s’est offert un JT de TF1, comme les grands, pour relancer sa course vers la magistrature suprême. Une candidature non pour "témoigner" mais "pour gagner".

"Je suis convaincu que je suis capable de mobiliser de nombreux concitoyens en leur parlant de recherche, d'innovation, de culture, en leur disant que la sécurité est une priorité" a-t-il expliqué.

"C'est autour de ces débats que je mènerai campagne", a-t-il précisé, ajoutant vouloir "être le candidat de l'énergie, du changement".

Ancien collaborateur de Rocard et de Jospin

Soit, mais pourquoi au juste cette candidature dans une primaire qui s’annonce fournie ?

Tout simplement parce qu’aucune des candidatures déclarées ou supposées ne trouve grâce aux yeux de cet ancien collaborateur de Rocard et de Jospin à Matignon.

Martine Aubry horripilée par ses préoccupations sécuritaires qui ont un temps fait de lui un candidat possible à l’ouverture sarkozienne a été à deux doigts de l’exclure du PS.

Trêve de socialisme

Entre la maire de Lille et le maire d’Evry, le contentieux est lourd : rallié à Ségolène Royal lors de la bataille pour le contrôle du parti, en novembre 2008, Valls était de ceux qui voulaient mener l’affaire des tricheries électorales devant les tribunaux.

Manuel le bouillant catalan ne s’entend pas plus avec François Hollande.

Exaspéré par la sclérose du PS des années 2002-2007, il voulait tout mettre à bas et changer le nom. Trêve de socialisme, ce mot pollué par le totalitarisme rouge du XXe siècle ! Sa présence auprès de Ségolène Royal en 2008 n’avait d’autre explication que sa volonté de refonder la maison… Il a ensuite repris ses distances avec la dame du Poitou.

"La sécurité avant tout"

Le voilà donc qui se lance en solo, dans un contexte qu’il juge favorable : les violences constatées à la cité des Tarterêts (Corbeil-Essonne) ou à Sevran font dire au maire d’Evry que chez lui "ça se passe bien".

Sa première visite de candidat est aujourd’hui réservée au commissariat de Conflans-Sainte-Honorine. Un symbole inédit pour un candidat socialiste !

Valls ou "la sécurité avant tout" percute le "social avant tout" de Martine Aubry, première secrétaire et presque candidate : la bataille médiatique s’annonce musclée. Solférino n’a pas oublié le dérapage de Valls déclarant lors d’un reportage dans sa ville qu’il conviendrait de filmer quelques "blancos"… Ségolène Royal dont on connaît l’attachement à l’"ordre juste" – et peut-être François Hollande dont le lieutenant François Rebsamen publie une tribune musclée sur la sécurité dans Marianne - peuvent en profiter pour isoler la première secrétaire.

Le réveil de Pierre Moscovici

Crédité de 4% d’intention de vote dans les sondages sur la primaire, Valls risque aussi de réveiller les ardeurs d’un autre lieutenant de la Strauss-kahnie : Pierre Moscovici réfléchit très fort à son destin présidentiel. Il vient d’adresser une sorte de charte de neuf pages aux prétendants à l’investiture socialiste pour évaluer leur attachement à la social-démocratie.

L’ancien ministre des Affaires européennes pourrait bientôt compléter l’offre sur l’aile droite du parti. Son credo : la défense d’une certaine idée de l’économie de marché et du libre-échange.

De quoi contrer, s’il se lance lui aussi dans le grand bain, le projet socialiste d’Aubry qui préconise d’élever quelques digues contre la mondialisation.

C’est aussi cela, l’après DSK.

Source Le Nouvel Observateur Sylvain Courage

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires