Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

24 mars 2011 4 24 /03 /mars /2011 08:12

Espérance de vie des Ariégeois - La plus basse de Midi-Pyrénées

ariege.jpg

 

C’est ce que révèle la dernière lettre du CRICOM qui reprend des chiffres de l’INSEE. L’espérance de vie à la naissance d’un ariégeois était de 73,3 ans en 1990 et a grimpé jusqu’à 74,8 en 2004. Pour les femmes, elle était de 81 ans en 1990 et de 82 ans en 2004. A noter toutefois que cette espérance de vie a légèrement augmenté en 1999 et 2002, pour baisser en 2004. Et l’Ariège est le seul département où l’on relève cette régression, partout ailleurs, les chiffres ont une progression constante. Sachez encore qu’en Midi-Pyrénées l’espérance de vie d’un petit garçon né en 1990 était de 74,5 ans (72,9 en France) et de 77,8 ans pour ceux né en 2004 (76,8 en France). Pour les petites filles : 81,6 ans pour celles venues au monde en 1990 (82,7 en France) et 84 en 2004 (83,7 moyenne France). Ces chiffres sont certainement à mettre en parallèle (on ne peut parler de corrélation, faute d’études) avec un constat qui avait fait l’objet d’un colloque en début d’année à Foix. On y relevait en effet que la mortalité des ariégeois par maladies cardio-vasculaires était plus élevée que la moyenne, sans que les experts puissent dire exactement pourquoi.

Précarité et espérance de vie plus faible

Santé. L'observatoire régional de la santé a publié le carnet de santé du département.

Les Ariégeois ont une espérance de vie inférieure à la moyenne nationale.

À première vue, l'Ariège aurait plutôt la réputation d'un département où il fait bon vivre. Et pourtant, l'air des montagnes ariégeoises ne serait pas le meilleur pour la santé. C'est ce qui ressort d'une étude menée par l'observatoire régional de la santé. D'après cette dernière, l'Ariège est un département âgé, frappé par la précarité et une espérance de vie plus faible que nationalement.

Un département vieux. Premier constat de l'analyse, l'Ariège est un département vieux. Les plus de 75 ans représentent 12, 1 % de la population. En 2030, ce sera 14, 9 %.

Cette situation entraîne une forte prévalence des pathologies liées à l'âge : cancers, dégénérescence neurologique…

La précarité. Le département connaît une situation moins favorable que dans le reste de la région. Il cumule la part la plus élevé de personnes à bas revenus, un des plus forts taux de chômage et la part la plus élevée de personnes bénéficiant de la CMU.

Plus faible espérance de vie. Là encore, mauvais point pour le département. Pour les hommes, elle est de 76, 7 ans contre 77, 3 (moyenne nationale) et 78, 5 (moyenne de Midi-Pyrénées) et de 83, 9 ans pour les femmes contre 84, 5 (Midi-Pyrénées) et 84, 1 % (national). Ces chiffres placent l'Ariège parmi les quarante départements de métropole aux espérances de vie les plus faibles.

Des taux de mortalités prématurés élevés. Non seulement, l'espérance de vie est plus faible qu'ailleurs, mais en plus, les Ariégeois ont plus de chance de mourir prématurément que les autres. Avec près de 300 décès prématurés avant 65 ans par an, le taux est bien supérieur aux taux des sept autres départements de la région. On constate de fortes disparités locales. Ainsi, le Couserans et la haute Ariège ont les taux les plus forts. Suit le pays d'Olmes. Inversement, dans le Volvestre, le Vicdessos et le Séronais, on enregistre des taux inférieurs à la moyenne nationale.

Un des taux de mortalité évitable les plus élevés de France. Cette situation est due à des niveaux de mortalité particulièrement élevés pour la plupart des pathologies liées à des consommations ou comportements à risques : tabagisme, alcoolisme, suicide, accidents de circulation…

Causes de mortalité. Contrairement au reste de l'Hexagone, chez les hommes, on ne note pas de baisse de mortalité par cancer du poumon, de la prostate et du côlon. Les causes liées aux maladies cardiovasculaires sont supérieures à la moyenne nationale. Pire chez les femmes, on enregistre une hausse de la mortalité liée aux cancers du poumon et du côlon. Là aussi, il existe une surmortalité liée aux maladies cardiovasculaires.

« Certains patients ne peuvent pas payer leurs médicaments »

Depuis quelques mois, Anaïs Blassier est médecin généraliste à Saint-Pierre-de-Rivière. Elle partage les grandes lignes de l'analyse de l'observatoire régionale. Notamment au niveau de la précarité. Un phénomène inquiétant. « On rencontre des patients avec des pathologies importantes, non pris en charge à 100 %, qui ne peuvent pas acheter leurs médicaments. Autre exemple, il y a des gens qui nous demandent de ne leur prescrire que des médicaments remboursés par la Sécurité sociale », explique-t-elle.

Concernant la mortalité, pour elle, certains décès pourraient être évités. « Il y a un gros déficit d'information par rapport au 15, assure-t-elle. Des gens qui ont des douleurs dans la poitrine doivent appeler le 15 et non aller voir leur médecin traitant. Surtout les personnes âgées ».

Le médecin pointe aussi les distances qui séparent les patients des hôpitaux. « Il est évident que les risques sont plus grands quand on fait un infarctus à Ax qu'à Toulouse. Même si la qualité des secours est la même », avoue-t-elle.

Enfin, Anaïs Blassier note un manque de prévention par rapport aux méfaits du tabac de l'alcool et du diabète. « Les gens vont se négliger pour toutes sortes de raisons ». La solution ? « Une meilleure éducation de la santé ».

Source La gazette ariégeoise.

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires