Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

15 mai 2010 6 15 /05 /mai /2010 06:51

Cannes 2010 - Le réalisateur répond à la polémique déclenchée par son film Hors-la-loi...

rachid bouchareb

 

Rachid Bouchareb

 

Devant le procès intenté à son Hors-la-loi, Rachid Bouchareb a pris la plume, «dans un souci d'apaisement». Dans une lettre adressée aux organisateurs du Festival de Cannes, le réalisateur a tenu à rappeler qu’il ne s’agit là que d’«un film de fiction» sur l’histoire de l’Algérie. Plusieurs voix, dont celles du député UMP des Alpes-Maritimes Lionnel Luca, s’étaient élevées, l’accusant de «falsifier» l’histoire, de «manichéisme» et de «négationnisme».

«Il faut qu'il soit possible que le cinéma aborde tous les sujets, écrit Rachid Bouchareb. Je le fais en cinéaste, avec ma sensibilité, sans obliger quiconque à la partager. Après les projections, il sera temps que le débat public se déroule.» Un élu cannois non encarté de la majorité UMP, André Mayet, président de la Maison des rapatriés de la ville, avait déjà appelé le préfet à «interdire» la projection du film, faisant valoir les risques de troubles à l'ordre public.

«La France est une terre de liberté et je suis particulièrement fier d'y montrer mon film»

«Ceux qui participent à cette polémique n'ont pas vu le film», regrette le réalisateur dans son courrier. Ce qui est exact, au moins concernant Lionnel Luca. «Attaché comme je le suis à la liberté d'expression, il me paraît normal que certains puissent être en désaccord avec mon film, poursuit Rachid Bouchareb mais je souhaite que ce désaccord s'exprime dans un cadre pacifique et dans la sérénité du débat d'idées.»

«Pour le monde entier, la France est une terre de liberté et je suis particulièrement fier d'y montrer mon film, dans le plus prestigieux des festivals», conclut le réalisateur, qui «souhaite que cette projection se fasse dans le respect mutuel et dans un climat serein».

Source 20minutes.fr J.M.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires