Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

17 juillet 2010 6 17 /07 /juillet /2010 05:38

Algérie – France - Quelle sera la suite?

bouteflika sarko Mai 2010

 

Le dégel et la décrispation des relations algéro-françaises ont commencé à s’opérer depuis quelques semaines et les observateurs s’interrogent déjà sur la suite qui sera donnée à cet élan après deux années de blocage. La France va-t-elle se contenter d’une part du gâteau dans les 283 milliards de dollars que comporte le plan de relance économique? Dans l’allocution de bienvenue devant les invités, prononcée mercredi dernier, à Alger, à l’occasion de la fête du 14 Juillet, l’ambassadeur de France à Alger, Xavier Driencourt, n’a pas laissé l’ombre d’un doute sur les intentions de son pays. «Les entreprises françaises ne viennent pas ici faire de coups ni pour profiter des effets d’aubaine. Elles travaillent dans la durée et sur la distance: en 2009, 80% des bénéfices réalisés en Algérie ont été réinjectés dans l’économie du pays et plus de 300.000 journées de formation ont été dispensées.» C’est parce que la situation économique est cruciale en ces temps de crise qu’«il est indispensable de reconstruire sur du durable, du solide, du long terme. Le partenariat économique qu’engagent ensemble la France et l’Algérie est de cette espèce», a affirmé Xavier Driencourt soulignant dans son allocution que «le gouvernement français s’est engagé auprès du Premier ministre, Ahmed Ouyahia, à désigner un ´´Monsieur Algérie´´, haute personnalité du monde politique et économique, chargé de promouvoir les investissements français en Algérie». Cette nomination annonce une nouvelle approche de la France dans ses rapports avec l’Algérie. Le dossier Algérie a été confié au secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, au lieu du ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner. Michel Dejaegher, ou «Monsieur visa», vient d’être nommé Consul général à Alger et enfin un Monsieur Algérie pour les relations économiques. Abordant la question de la mémoire, M.Driencourt a parlé «d’étapes franchies» dans cette question et cite le cas de l’indemnisation. Cela sous entend-il qu’il y aura encore d’autres étapes à franchir? A propos de la circulation des personnes, le diplomate français a confirmé encore une fois, la révision des accords de 1968 portant sur la circulation des personnes entre la France et l’Algérie. «(...) Il me revient ainsi que ces discussions migratoires ont pour objet de dénoncer les accords qui lient la France et l’Algérie. Je le répète: c’est inexact. La vérité est beaucoup plus simple: ces discussions sont aujourd’hui indispensables pour adapter l’accord migratoire aux évolutions de son environnement démographique et réglementaire.» En tout cas, les dossiers en suspens entre les deux pays sont connus et ont été largement abordés, notamment lors de la réception accordée par le président de la République au secrétaire général de l’Elysée, Claude Guéant, à Alger en juin dernier.

Source L’Expression Brahim Takheroubt

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires