Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

19 juillet 2010 1 19 /07 /juillet /2010 07:33

Vacances en Algérie: Les Juilletistes boudent le bled

partis-pour-le-bled.jpg

 

Calculatrice, calendrier et internet, CCI… Halim est un consommateur averti. Il a fait ses comptes méticuleusement. La calculatrice pour les billets d’avion, les inévitables cadeaux et les dépenses sur place, le calendrier pour jongler avec les congés, les RTT et le Ramadhan, et enfin internet pour dénicher la bonne affaire.

Et justement, Halim n’en a pas trouvé. Il a beau faire et défaire son projet, le total avoisine toujours les 2 500 euros. « C’est trop pour trois semaines en Algérie. Mon budget vacances explose et je ne suis pas convaincu que mes enfants soient particulièrement motivés pour aller au bled. Franchement, le Ramadhan en août et en Algérie c’est juste que ce n’est pas possible. Et dire que cela risque de durer encore quelques années avant que le Ramadhan ne reprenne le chemin de l’école et ne nous gâche pas les vacances scolaires », confie-t-il sur le ton de la dérision. Alors, Halim scrute internet, guette les promotions de dernière minute : « Cela se joue, pour l’instant, entre la Tunisie et la… Tunisie. Pour les prix, aucune concurrence possible ». Tassadit se moque des nouvelles technologies. Elle est en colère contre « cette mentalité de la France ». Ses enfants, aujourd’hui adultes, ont grandi trop vite pour elle. L’aîné est parti à Londres pour ses études. Les trois derniers, tous étudiants, préfèrent rester en France et trouver un petit boulot estival. « Cela fait presque quatre ans qu’ils n’ont pas mis les pieds en Kabylie, même pas pour le mariage de leur oncle.

Ils trouvent toujours des excuses. Qui va habiter notre maison que leur père a construite péniblement. J’ai peur qu’un jour des inconnus ne l’occupent ! C’est triste, une maison abandonnée ». Tassadit ne désespère pas de convaincre ses enfants, réticents à l’idée de se rendre au village de leurs parents. « Ma mère est très âgée, elle ne peut pas prendre l’avion chaque année pour voir ses petits-enfants. Heureusement que le problème de visa ne se pose pas pour elle, mais le temps est contre elle, contre moi. Je commence moi aussi à prendre de l’âge (55 ans). Les enfants sont trop français, ils ne parlent même plus notre langue. Ils doivent aller chez eux l’été ! », tranche la pétillante quinquagénaire. Akli, père de deux filles, se souvient avec nostalgie de ses voyages avec ses parents. « Il fallait toujours des scènes, des crises de nerfs. On préférait zoner à Ivry plutôt que de subir la chaleur et l’ennui au bled. Plus tard, devenu père moi-même, j’ai essayé d’y emmener mes filles, en vain. Jusqu’à l’âge de dix ans, tout allait bien. Devenues ados, elles refusent de quitter Paris. Déjà qu’à la campagne, à deux heures de la capitale, elles s’ennuient… », se désole le papa qui ne cache pas que, lui aussi, a du mal à traverser la Méditerranée une fois par an. Il est même resté plus d’une dizaine d’années avant de fouler à nouveau le sol natal de ses parents. C’est lors de l’enterrement de son père en 1996 qu’il a redécouvert l’Algérie. Depuis, il s’y est rendu plusieurs fois. Souvent non accompagné par sa petite famille.

Source El Watan R.Y.

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires

M


Chère monsieur le pèlerin j’aime bien votre blog, et j’aime aussi votre front parler, vous souhaiter le bien venu dans
mon pays serais mal placer de ma part car j’estime que  vous être plus que chez vous en Algérie...


Cordialement  



Répondre
L


Bonjour Mechroha,


Merci pour ces compliments....


Oui en Algérie je me sens chez moi et c’est ce que me disent tous mes amis là bas


« Tu es plus Algérien qu’un Algérien »


Il n’y  a que la rigueur administrative qui
m’agace un peu


J’y retourne le 2 septembre, manière de faire quelques jours de ramadhan et ensuite faire
la fête avec eux


L’an dernier j’y étais mais avec les ans et la chaleur je l’avais trouvé un peu
difficile


Cette année ce devrait être pire c’est la raison pout laquelle je me contente d’une petite
semaine


Merci encore mon cher Mechroha, tu seras toujours le bienvenu sur le blog


Bien chaleureusement,


Le Pèlerin


 



M


Ramadhan au bled en plains mois d’Aout c’est le top, surtout qu’il ne va
pas y avoir trop de monde et c’est très bien  ainsi pour une fois en vas être entre nous ... 


marre des ces hordes males élèves qui débarquent comme des cowboys et qui se croient tous
permis.


 


 



Répondre
L


Bonjour Mechroha,


Chacun ses sensations....je connais pour avoir pratiqué


Je sais aussi que c'est fatiguant avec les grosses chaleurs et cette année cela le sera
encore plus que l'an dernier


Mais il y a la plage ...et peu d'estivants...Moi j'y serai


Cordialement,


Le Pèlerin