Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 décembre 2010 6 04 /12 /décembre /2010 09:38

Selon WikiLeaks, l’Algérie constitue un des principaux sujets qui empêchent les responsables marocains de dormir.

wikileaks

 

À en croire les correspondances et notes des officiels américains de passage au royaume alaouite, leurs homologues marocains font une véritable fixation sur tout ce qui touche l’Algérie. Ils ne ratent aucune occasion de dénigrer l’Algérie où de salir son image, même si on ne leur demande pas leur avis sur la question.

En effet, dans leurs discussions avec les diplomates et les responsables américains de passage au Maroc, les officiels marocains font tout pour convaincre leurs interlocuteurs que la lutte antiterroriste des Algériens est un échec, et que ces derniers font preuve de mauvaise volonté pour coopérer avec eux dans ce domaine. Une note diplomatique américaine du 31 juillet 2007 indique que l’assistante du président US pour la sécurité intérieure et l'antiterrorisme, Frances Fragos Townsend cite nommément le directeur général pour la surveillance du territoire marocain, Abdelatif Hammouchi, qui affirme que “la coopération avec les Algériens est erratique. Parfois, ils nous fournissent de très bonnes informations et parfois on dirait qu'il s'agit d'impasse”. De son côté, Yassine Mansouri, le directeur général des études et de la documentation, (service de contre-espionnage marocain), qualifie les Algériens de “partenaires difficiles”. Toujours dans le domaine de la lutte antiterroriste, une note du 18 mai de la même année révèle que le directeur général des affaires bilatérales au ministère marocain des Affaires étrangères, Youssef Amrani, avait “suggéré que l'émergence d'Aqmi était principalement due aux échecs du gouvernement algérien”. Voilà une position que ne partageaient visiblement pas les États-Unis, lesquels défendent la politique antiterroriste de l'Algérie, comme le montre cette réplique d’un diplomate américain à l'accusation d’Amrani. “Le GSPC a été forcé de s'associer avec Aqmi parce que le gouvernement algérien a réussi à le marginaliser”. Idem pour Khalid Zerouali, en charge de la sécurité des frontières marocaines au ministère de l'Intérieur, qui “s'est hérissé” lorsque les officiels américains ont cité l'Algérie comme “un modèle” dans la lutte antiterroriste en Afrique du Nord. Ainsi, pour Zerouali, “le Maroc est beaucoup plus stable et sûr alors que je ne peux pas voyager d'Alger à Oran sans crainte”. Concernant les relations bilatérales qui ne s’arrangent pas avec Alger, Rabat impute la responsabilité entière à l’Algérie. Après une visite à Alger, Fouad Ali Himma, adjoint au ministre de l'Intérieur, a affirmé à des diplomates américains que “les efforts marocains répétés pour réduire l'abîme diplomatique ont été rejetés”. Dans leur mémo daté du 31 juillet 2007, ils indiquent que le responsable marocain “a assuré avoir dit aux Algériens que le Maroc était prêt à rouvrir sa frontière et à prendre d'autres mesures pour rétablir la confiance, mais les Algériens ne nous ont jamais dit ce qu'ils voulaient”.

Selon la même source qui précise que Himma est un proche du roi Mohammed VI, souvent considéré comme plus puissant que le ministre de l'Intérieur lui-même, “il a attribué ce qu'il décrit comme l'intransigeance algérienne à l'écart générationnel et de mentalités entre les dirigeants des deux pays”. Il est également révélé que le Maroc soupçonne depuis longtemps l'Algérie de chercher à développer un programme nucléaire militaire. Cette inquiétude est rapportée dans une note diplomatique américaine du 21 novembre 2006 transmise cinq jours après un entretien entre le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Omar Hilale, et l'ambassadeur américain à Rabat au sujet du programme nucléaire de l'Iran. Hilale trouve qu'“un Iran doté de l'arme nucléaire serait un désastre pour la région et spécialement pour le Maroc”, d’autant plus que “cela provoquerait une course à l'armement dans la région et cela accélérerait la poursuite de ce qu'il a décrit comme un programme nucléaire militaire algérien similaire même s'il n'est que naissant”.

Plus catégorique, Hilale dira aux Américains : “Si l'Iran réussit, dans les dix ans, d'autres pays du Moyen-Orient auront la bombe et les Algériens suivront peu après”. Le dénigrement de l’Algérie est donc le sport favori des responsables marocains, quand bien même leurs interlocuteurs ne partagent pas leur vision sur le sujet.

Source liberté Merzak Tigrine

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires