Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 23:05

Naturisme ne rime pas forcément avec sexualité débridée

naturisme-cap-agde.jpg

 

Les résidents du Cap d'Agde, venus profiter de la vie au grand air supportent de plus en plus mal les dérives sexuelles du camp naturiste.

Le vieux débat entre les purs naturistes et les libertins du Cap d'Agde vient de ressurgir. Les simples résidents qui veulent vivre nus au soleil ne supportent plus l'ambiance « sexuellement débridée » du camp naturiste pendant la saison, devenu le grand rendez-vous international des touristes libertins.

Les protestataires ont exprimé leur exaspération au dernier conseil municipal, réclamant un retour aux valeurs de base du naturisme. « La notion même de naturisme n'est pas respectée. Il y a pratiquement plus de gens habillés, surtout le soir. Et quand vous êtes simple naturiste, on vous regarde comme une bête curieuse », explique ce résident qui décrit, pêle-mêle, le folklore nocturne des accoutrements sexuels, les happenings sur la plage ou sur les terrasses et le va-et-vient incessant des jeunes gens qui viennent chercher ici du sexe facile.

« Aujourd'hui, pratiquement tous les commerces du camp sont axés sur le sexe. Nous sommes devenus une destination purement sexuelle et plus du tout familiale », déplore l'employée d'une agence de location qui rêve d'un environnement préservé pour ses enfants.

Insécurité

Elle met en avant une forte augmentation du sentiment d'insécurité, voire une hausse de la criminalité. « Nous ne supportons plus le vacarme des bars de nuit, les sifflets à roulette des gogos danseuses jusqu'à 2 h du matin. Au mois d'août, nous préférons fuir la station », ajoute ce retraité qui passe pratiquement quatre mois dans son appartement de Port Nature. Surtout, ces résidents ne peuvent plus supporter l'image déplorable véhiculée par leur quartier. « On reçoit nos amis exclusivement hors saison. Pendant l'été c'est trop chaud », explique cette habitante à l'année depuis plus de vingt ans.

« Lorsque nos amis nous rejoignent en vacances, ils vont poster leurs cartes postales le plus loin possible, pour ne pas avoir à s'expliquer sur leur présence au Cap », ajoute un autre naturiste désabusé.

« On n'a pas inventé le libertinage »

Gilles d'Ettore, le député-maire de la commune d'Agde, a sa propre lecture du camp naturiste. « Cet été, je n'ai pas recueilli de plainte. Et en général la criminalité est moins importante chez les naturistes qu'ailleurs dans la station. Quant aux attaques contre le libertinage, je réponds que la pratique sexuelle est une affaire strictement personnelle. On n'a pas inventé l'échangisme ou le libertinage au Cap cet été », estime l'élu, qui met en avant exactement le même dispositif de sécurité que pour l'ensemble de la station qui peut accueillir 250 000 touristes en pleine saison dont seulement 40 000 au centre naturiste. Les CRS, policiers municipaux et nationaux y seraient aussi nombreux. « Et nous avons mis en place une brigade équestre pour empêcher l'intrusion dans les dunes de la réserve naturelle du Bagnas », poursuit le maire qui entend bien « ne pas refaire au Cap Les gendarmes de Saint Tropez avec un policier derrière chaque naturiste ».

Source La Dépêche du Midi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires