Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 janvier 2014 3 08 /01 /janvier /2014 00:49

Humour - Les Choses de la vie… !  Les-choses-de-la-vie-copie-2.jpg

 

1 - Le Mari : “Je ne sais pas pourquoi tu portes des soutien-gorge,tu n'as rien à y mettre. - La femme : “Tu portes bien un slip !”
2 - Une femme vient de raccrocher le téléphone, son mari lui demande :
- Qui c'était ?
- C'était ma mère, je crois bien qu'elle est devenue à moitié folle !
- Ah bon ?! Ça va mieux alors ! 

3 - Faites l'amour, pas la guerre... ou bien faites-les deux:
mariez-vous 

4- Un homme vient de mourir.  Aux funérailles, le curé se répand en éloges pour le défunt : Un  bon mari, un bon chrétien, un père exemplaire...
La veuve se penche vers son fils et lui dit à voix basse :
- Va donc voir dans la tombe si c'est bien ton père. 

5 - Une vieille dame dit à son fils :
- Comment il s'appelle déjà, ce bel allemand qui me rend complètement folle ?
- Alzheimer maman … Alzheimer ! 

6 - Un homme va dans une pharmacie et demande à la pharmacienne :
- Auriez-vous du Viagra, s'il vous plaît ?

- Bien sûr Monsieur. Vous avez une ordonnance ?
- Non, mais j'ai la photo de ma femme ! 

7 - Quelle est la différence entre une fée et une sorcière ?

- Deux ans de mariage. 

8 - Quelle est la différence fondamentale entre une femme et un terroriste ?

Tu peux négocier avec le terroriste!

9 - Un jeune couple dîne romantiquement et l'homme dit :

-Tu sais ce que j'aime dans tes yeux ?

- Non c'est quoi mon amour ?

- Mon reflet 

10 - une composition française:   

Sujet: "Abordez, de manière concise, les trois domaines suivants :

Religion-Sexualité-Mystère"
Une seule copie a reçu 20/20 :      

La voici : ”mon Dieu! Je suis enceinte! Mais de qui ?” 

11- Quelle est la différence entre une belle mère et une télé ?
Sur une télé, on peut couper le son !

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

souvenir 10/01/2013 20:52


Que cette photo est belle ! Romy Scheinder refléte la joie de vivre ! la jeunesse !


elle est éclatante de bonheur !  Beau souvenir !

Le Pèlerin 12/01/2013 05:51



Bonjour Souvenir


Romy Schneider, ou l’éternelle importance d’aimer


Voilà trente ans, l’écran s’éteignait pour Romy Schneider. Mais la star est passée, dans l’instant, au rang de mythe où la
beauté le dispute à la souffrance.


C’était un jour du printemps 1973. Au Club Med de Vittel, dans les Vosges, Jean-Claude Brialy tournait Un amour de pluie, une
bluette dans laquelle une femme de 40 ans tombe sous le charme d’un bel Italien…


Ce jour-là, Brialy mettait en scène Romy Schneider et Nino Castelnuovo faisant du vélo sur une petite route de campagne. Le
tournage débutait vers 10 h, et on attendait Romy Schneider sur le plateau.


Lorsqu’elle sortit de l’hôtel, on ne la reconnut pas. C’était une femme banale, ordinaire. Mais lorsqu’elle revint du
maquillage, ce fut une apparition. Avec Romy Schneider, la magie du cinéma venait d’opérer en direct. Et Daniel Schmitt, alors reporter-photographe à L’Alsace, n’arrêta pas de mitrailler…


Tout en faisant mine de n’y prêter aucune attention, la star pratiquait à merveille l’art de jouer avec l’œil et l’objectif du
photographe…


On a tout dit et tout écrit sur Romy Schneider. Mais il est vrai que l’histoire de Rosemarie Magdalena Albach tient d’emblée
du conte de fées et de la tragédie…


Née en septembre 1938 dans la capitale autrichienne, Rosemarie partira, après quelques semaines seulement, vivre dans les
Alpes bavaroises auprès de sa grand-mère. Ses parents sont partis, la plupart du temps, sur des tournages.


Le nid d’aigle d’Hitler à Berchtesgaden n’est qu’à une dizaine de kilomètres de la maison d’une fillette qui, avec sa mère,
fréquentera le cercle des intimes du Führer.


Après le divorce de ses parents, Romy fréquentera un internat proche de Salzbourg. Solitaire, la jeune fille confie à son
journal intime son rêve de devenir comédienne.


En 1953, c’est sa propre mère qui lui mettra le pied à l’étrier avec Les lilas blancs où, d’emblée, on remarque sa photogénie.
L’aventure prendra une dimension impériale avec la saga Sissi, qui apportera, entre 1955 et 1957, à Romy Schneider une notoriété internationale et lui collera une étiquette dure à
retirer. « Je hais Sissi », dira-t-elle. Malgré un pont d’or, elle refuse un quatrième épisode.


Sa mère peut bien encore lui interdire de signer le film proposé par Kirk Douglas, rencontré au Festival de Cannes, c’en est
fini. Romy Schneider a décidé de prendre sa vie et sa carrière en main. Elle accumule les flirts et les amourettes.


Le grand amour, ce sera, en 1958, Alain Delon, avec lequel elle va tourner Christine. Les débuts sont houleux, mais Delon
initie Romy à la vie parisienne, et celle-ci ne reviendra plus en arrière.


Longtemps, l’Allemagne « fera la gueule » à celle qui ne sera jamais une star allemande. Le cinéma français, lui, tarde à
s’offrir à la lumineuse et sensuelle Romy Schneider…


Ensuite, le parcours sera celui des belles lumières du cinéma et des ombres pesantes d’une vie fragile.


Ce seront Orson Welles et Le procès, Deray et La piscine, cinq merveilles seventies avec Claude Sautet, L’important, c’est
d’aimer, où Zulawski la met à nu, l’admirable Vieux fusil d’Enrico (où Noiret était vraiment fou d’amour pour Romy), Claude Miller et Garde à vue, où elle est un fantôme douloureux et tragique,
La banquière, où l’ami Freddy Willembucher incarnait son père et avec lequel elle prenait plaisir à parler allemand, Bertrand Tavernier et La mort en direct, ou encore l’ultime Passante du
Sans-souci, où elle posait un regard éperdu sur son jeune partenaire jouant un fils… qu’elle venait de perdre dans la vraie vie.


Comédienne engagée (elle signa le fameux Manifeste des 343 pour l’avortement libre), Romy Schneider, ce fut aussi le stress,
le trac, les doutes, l’alcool, le tabac, les médicaments en abondance, les dépressions, les ruptures, le suicide de son ex-mari Harry Meyen, et l’accident mortel de son fils David…


Romy Schneider est décédée le 29 mai 1982 à Paris, à l’âge de 43 ans. Le procureur Laurent Davenas préféra classer
l’affaire sans autopsie pour que Romy « garde son secret avec elle ».


Source L’Alsace.fr Pierre-Louis Cereja


Le Pèlerin