Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 14:08

Daho Ould Kablia remet les pendules à l’heure à Rabat

algerie-maroc-copie-3.jpg

 

L’Algérie n’est pas partie prenante du conflit sahraoui, selon Daho Ould Kablia qui rappelle, à propos de la réouverture de la frontière, que celle-ci nécessite le règlement de questions en suspens.
Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, a réaffirmé, hier à Rabat, que l’Algérie a toujours soutenu le principe de l’autodétermination des peuples comme convenu dans les résolutions de l’Organisation des Nations unies (ONU). “L’Algérie a toujours soutenu le principe de l’autodétermination des peuples comme convenu dans les résolutions de l’ONU et de son Conseil de sécurité”, a déclaré M. Ould Kablia, à propos de la question du Sahara Occidental, lors d’une conférence de presse conjointe des ministres de l’Intérieur des pays de l'Union du Maghreb arabe (UMA). 
Il a réaffirmé, à l’issue du Conseil des ministres maghrébins, que l’Algérie “n’est pas une partie dans le conflit du Sahara Occidental qui oppose deux parties” (le Maroc et le Polisario) et “ne nourrit aucune ambition dans cette question qui est sous la responsabilité de l’ONU”. 
Dès le déclenchement de ce conflit, l’Algérie a clamé haut et fort son respect pour le principe du “droit des peuples à disposer d’eux-mêmes”, a-t-il dit, estimant que la solution doit être trouvée dans le cadre de l'ONU. Interpellé sur la question de la réouverture de la frontière terrestre entre l’Algérie et le Maroc, le ministre algérien a souligné que cette question était “très importante”, nécessitant, néanmoins, a-t-il souligné, certaines dispositions notamment sur plusieurs questions “en suspens”. 
Il a assuré que ces questions ne sont pas d’ordre politique, mais ont trait, entre autres, à la résidence, à la propriété et à la circulation. “Nous devons trouver les mécanismes pour bien préparer cette question qui doit être traitée de façon globale”, a-t-il dit, en insistant sur l’“impératif d’un environnement propice”. Il a fait remarquer que la présence au Maroc d’un ministre algérien de l’Intérieur, après plusieurs années d’absence, était “un signal fort” pour renouer le dialogue avec son homologue marocain, Mohand Laenser, qu’il avait rencontré, ces derniers temps, dans différentes capitales. 
Il a, par ailleurs, regretté la manière dont est traitée l’Algérie dans la presse marocaine, estimant que celle-ci met de l'huile sur le feu. D’autre part, à une question sur l’arrestation d'un citoyen marocain en la personne de Khalid Zirari samedi à Tizi Ouzou, Daho Ould Kablia a indiqué que celui-ci est entré en Algérie en tant que touriste, a participé à une marche non autorisée organisée par un mouvement qui prêche la sécession d'une partie du territoire algérien. “Il a été arrêté et aurait dû, de par les actes commis, être présenté devant la justice”, a-t-il expliqué, ajoutant que “des instructions ont été données pour qu'il soit mis dans le premier avion” à destination du Maroc et interdit d'accès en territoire algérien. “Un étranger n’a pas le droit de venir soutenir une manifestation non autorisée. Il a transgressé la loi algérienne”, a-t-il affirmé. 
S’agissant du conflit au Mali, le ministre algérien a rappelé, après avoir souligné le caractère pacifique des relations entre les deux pays, que la Constitution algérienne interdisait expressément, notamment dans son article 28, l’ingérence dans les affaires intérieures d’un État, précisant que son article 25 interdisait aux forces armées de quitter le territoire national.

Source Liberté R.N. APS.

Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires