Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 mai 2013 7 12 /05 /mai /2013 16:12

Le virus qui embarrasse l'OMS

 5759778-virus-proche-du-sras-le-patient-francais-dans-un-et

 

Un méchant virus est signalé pas très loin de notre pays. A portée d'avions pourrait-on dire. Surtout quand le trafic de ces avions est particulièrement dense avec les pays touchés. En effet, des malades atteints par ce virus sont signalés, entre autres, en France et en Arabie Saoudite. Des pays avec lesquels nous échangeons, habituellement, beaucoup de voyageurs. S'in ne s'agit pas de céder à la panique, la vigilance doit être cependant de mise. Surtout que nous sommes à la veille des grandes vacances où les échanges de voyageurs avec la France atteignent des taux de fréquence record. Cela est aussi vrai avec l'Arabie Saoudite et les voyages Omra qui font le plein durant le mois sacré de Ramadhan qui est à nos portes. Sans y ajouter le pèlerinage à La Mecque. Quel est ce virus et où a-t-il été détecté? Dans le jargon médical on l'appelle ce nouveau virus le «nCov». Selon l'OMS, il s'agit d'un «nouveau coronavirus (qui) est une souche particulière jamais encore identifiée chez l'homme...on a très peu d'informations sur la transmission, la gravité et les conséquences cliniques de cette infection». Oui mais un coronavirus, c'est quoi? Toujours selon l'Organisation mondiale de la santé, le terme désigne «une vaste famille de virus susceptibles de provoquer un large éventail de maladies chez l'homme». Nous avons vu plus haut la particularité de ce «nouveau coronavirus» encore inconnu, il y a moins d'un an. Ses premiers symptômes sont ceux d'un rhume banal (toux, fièvre, essoufflement, mucosités, douleurs thoraciques, etc.). Mais après une période d'incubation de 10 jours les choses peuvent se compliquer et se transformer en maladies plus sévères. La plus courante est le syndrome respiratoire aigu sévère (Sras). Depuis jeudi dernier nous avons appris que ce nouveau virus cause aussi une insuffisance rénale. Bien que depuis sa découverte, en 2012, des cas de malades atteints par ce virus ont été signalés dans six pays (Angleterre, France, Arabie Saoudite, Emirats arabes unis, Jordanie et Qatar), nous assistons ces derniers jours à une brusque flambée de cas. D'un cas signalé, mercredi dernier, en France, deux autres cas l'ont été le lendemain et un troisième cas hier. Il s'agit de personnes ayant été en contact avec le premier malade qui aurait contracté le virus lors d'un voyage à Dubaï. L'Arabie Saoudite a, de son côté, signalé à l'OMS deux nouveaux cas, jeudi dernier. Face à ces cas l'OMS reste stoïque. Elle «ne conseille pas de dépistage particulier aux points d'entrée (des pays), ni l'application de quelconques restrictions aux déplacements ou au commerce» précise son dernier communiqué. Le sacro-saint «principe de précaution» n'est pas évoqué. Pour certains observateurs «on doit, aujourd'hui, l'excès de prudence de l'OMS, au flop de son excès de zèle pour la grippe A». C'était, pour rappel, en juin 2009. L'organisation onusienne avait créé la panique en déclarant l'alerte maximum (niveau 6) face aux cas de grippe A (virus H1N1) qu'elle a, trop vite, considérés comme une pandémie. La suite, tout le monde la connaît. Si cette réaction s'avère vraie, elle n'aurait, dans ce cas comme dans le précédent, rien d'une démarche scientifique. Alors, que doivent faire les Etats pour prévenir et protéger leurs populations? Certains n'hésitent pas à isoler et mettre en quarantaine les voyageurs présentant des signes grippaux. Avec les fameuses caméras qui détectent les personnes avec une température au-dessus de la normale. Pourquoi pas, en effet, les remettre en service quand on en est pourvu? Ce qui et sans ironie aucune, rentabiliserait mieux leur investissement. Sachant que les vertus de la prévention restent incontestables. Le tout dans le calme et la discipline. Avant le rush. Pendant qu'il est encore temps!

Source L’Expression Zouhir Mebarki

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Algérie
commenter cet article

commentaires