Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 novembre 2011 1 28 /11 /novembre /2011 03:37

Santé - Marseille - Premier décès signalé d'une femme ayant porté des prothèses mammaires PIP

protheses-mammaires-PIP.jpg

Marseille - Une femme de 53 ans, ancienne porteuse d'implants mammaires PIP, est décédée lundi à Marseille d'un lymphome sans que l'on puisse pour l'heure établir formellement un lien de cause à effet, malgré la conviction de la famille et de la principale association de victimes.

Edwige Ligoneche s'était fait poser en 2005 des prothèses fournies par la société varoise PIP, accusée depuis d'utiliser du silicone industriel. Un an après, l'implant se fissurait, la patiente recevant alors une deuxième prothèse de même marque, jusqu'à ce que son chirurgien la recontacte en 2010, au moment où les pouvoirs publics lançaient l'alerte sur ces produits.

Début 2011, Mme Ligoneche développe une inflammation. En avril, le lymphome est diagnostiqué.

Sa soeur, Katia Colombo, a annoncé jeudi son intention de déposer plainte "pour homicide involontaire". Pour elle, le lien entre lymphome et prothèse ne fait aucun doute: "L'inflammation au sein était très localisée, c'était l'endroit où la prothèse s'était fissurée", a-t-elle dit à l'AFP.

Un avis partagé par l'association des Porteuses de Prothèses PIP (PPP), qui a révélé mercredi le décès de cette femme.

Selon Me Philippe Courtois, leur avocat, cette conviction est fondée sur une "lettre du cancérologue (de la victime) qui dit clairement que le lymphome s'est développé au contact de la prothèse qu'elle portait".

Contactée par l'AFP, la direction de l'Institut Paoli Calmettes, où Mme Ligoneche est décédée, a précisé que celle-ci souffrait du "lymphome anaplasique à grandes cellules" (ALCL), avec "antécédents de complications sur des prothèses mammaires".

Selon la même source, son cancérologue a notamment évoqué une étude de la FDA (l'agence américaine des médicaments, NDLR), publiée début 2011, concluant à un "lien possible" entre les implants mammaires et cette forme rare de cancer.

Pour l'agence des produits de santé (Afssaps), il s'agit du "premier" et "unique" cas de lymphome signalé à ce jour avec ce type d'implant, sans qu'il soit possible pour l'instant d'établir un lien de cause à effet.

L'Afssaps, qui a révélé l'affaire PIP en mars 2010 avant d'interdire l'usage de ces implants défectueux, a fait des "tests très approfondis" sur ce gel de silicone frauduleux, "qui n'ont pas démontré d'effets génotoxiques".

"Mais il faut qu'on fasse une évaluation pour savoir s'il faut revenir sur cette conclusion ou pas, mais là, franchement c'est totalement prématuré", a insisté Jean-Claude Ghislain, directeur de l'évaluation des dispositifs médicaux de l'agence.

Me Courtois a précisé vouloir "demander au procureur que toutes les expertises réalisées par l'Afssaps soient refaites complètement", rappelant que l'association avait porté plainte contre l'établissement public en novembre 2010.

Le Dr Dominique-Michel Courtois, médecin-expert de l'association PPP, a demandé au ministre Xavier Bertrand "un fonds d'indemnisation d'urgence" pour financer le remplacement des prothèses des 30.000 Françaises concernées.

Dans le même temps, la secrétaire d'Etat à la Santé, Nora Berra, a rappelé que "l'explantation" et "la réimplantation dans le cadre de la reconstruction mammaire suite au cancer du sein" de ces implants étaient "pris en charge par l'assurance maladie". Mais la réimplantation de nouvelles prothèses pour des patientes y ayant eu recours pour raisons esthétiques n'est, elle, pas remboursée.

Le premier volet de l'enquête préliminaire du pôle santé du parquet de Marseille, ouverte en mars 2010, est clos. Il porte sur la tromperie dont l'entreprise varoise PIP est accusée et sera jugé courant 2012, a précisé une source proche du dossier.

Au total, plus de 2.000 plaintes ont été enregistrées par le parquet de Marseille, selon cette source, dans une affaire aux ramifications internationales, 300.000 femmes dans le monde étant concernées.

Source 20minutes.fr AFP

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires