Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 décembre 2009 3 02 /12 /décembre /2009 00:55

Santé - Comment reconnaitre la grippe A

Un tiers de la population nationale devrait être touché par le virus d’ici la fin de l’année… Voici les symptômes qui doivent vous alerter, les réflexes à adopter et les médicaments à prendre, si besoin, en urgence
1. Symptôme n°1 : une fièvre brutale et élevée
La fièvre est l’un des symptômes caractéristiques de la grippe A. Vous devez vous inquiétez dès lors que vous avez plus de 38°C. En général, la fièvre se manifeste brutalement et s’accompagne d’une sensation de malaise général (frissons par exemple). Il peut arriver qu’elle chute légèrement, avant de remonter soudainement pour atteindre parfois jusqu’à 41°C.
"Même chez le sujet âgé où la symptomatologie est souvent trompeuse, la fièvre est rarement absente", précise un médecin de la Société française de médecine générale. Selon une étude clinique menée par des chercheurs américains sur les 642 premiers cas de grippe A diagnostiqués aux Etats-Unis, 94% présentaient de la fièvre (avril 2009).
2. Symptôme n°2 : Une toux sèche…
La toux sèche est un des symptômes les plus observés chez les personnes atteintes de la grippe A ! Parmi les 642 premiers cas recensés aux Etats-Unis, 92 % souffraient de toux (New England Journal of medicine, juillet 2009). L’INVS explique d’ailleurs qu’un cas possible de grippe A est "une personne présentant un syndrome respiratoire aigu à début brutal avec fièvre […] ET toux sèche ou dyspnée [difficultés respiratoires]".
Ce qu’il faut faire : La personne malade doit se couvrir la bouche avec un mouchoir ou son bras quand elle tousse, n’utiliser que des mouchoirs jetables et se laver systématiquement les mains après. En cas de doute ou de persistance des symptômes plus de 48h, consultez rapidement si vous voulez bénéficier du traitement antiviral.
3. Symptôme n°3 : Nez bouché
Nez bouché et rhinorrhée (écoulement nasal) sont des symptômes que vous ne devez pas négliger ! Ils font partie des signes observés chez des personnes atteintes de la grippe A.
Ce qu’il faut faire : La personne malade doit se couvrir le nez avec un mouchoir lorsqu’elle éternue, n’utiliser que des mouchoirs jetables et se laver systématiquement les mains après. Les éternuements propagent des gouttelettes qui contiennent le virus et transmettent la maladie. En cas de doute ou de persistance des symptômes plus de 48h, consultez rapidement un médecin pour bénéficier du traitement antiviral.
A noter : Chez les personnes porteuses du virus, le nez bouché est associé en général à des maux de gorge et de la fièvre, des courbatures et/ou une toux sèche.
4. Symptôme n°4 : Des maux de tête
Tête lourde et/ou douloureuse ? Attention ! Les céphalées (douleurs de tête) font parties des symptômes généraux qui peuvent être observés chez une personne porteuse du virus de la grippe A. En mai 2009, l’OMS a rapporté que sur 49 enfants japonais atteints de la grippe A, hospitalisés à Kobe (Japon), près de 50 % présentait des céphalées.
A noter : En général, les maux de tête accompagnent la fièvre et la sensation de malaise général.
En cas de doute ou de persistance des symptômes plus de 48h, consultez rapidement un médecin pour bénéficier du traitement antiviral.
5. Symptôme n°5 : Des courbatures
Les douleurs musculaires (myalgie) et articulaires (arthralgie) font partie des symptômes caractéristiques de la grippe A. "Les personnes ressentent souvent des douleurs au niveau des grosses articulations", précise le Dr Patrick Pelloux, médecin urgentiste. Ces signes apparaissent en général dès le début de la maladie et sont associés à des troubles respiratoires (toux, nez bouché…). En mai 2009, l’OMS a publié les chiffres concernant l’hospitalisation de 49 enfants japonais porteurs du virus de la grippe A H1N1. Parmi eux, 55 % souffraient de myalgies ou d’arthralgies.
En cas de doute ou de persistance des symptômes plus de 48h, consultez rapidement un médecin pour bénéficier du traitement antiviral.
6. Symptôme n°6 : Des troubles digestifs
"Il n’est pas rare d’observer des troubles digestifs en cas de grippe A", explique un médecin de la Société française de médecine générale. Concrètement, on peut souffrir de nausées, de douleurs abdominales, de diarrhée et/ou de vomissements. En juillet 2009, l’OMS a d’ailleurs annoncé que des symptômes gastro-intestinaux avaient été rapportés chez plus de 50% des cas de grippe A H1N1 bénins à modérés observés au Canada, au Chili, au Mexique et aux États-Unis.
A noter : Les troubles digestifs sont généralement associés à d’autres symptômes plus caractéristiques de la grippe A comme la fièvre et/ou une toux sèche et/ou des maux de tête. En cas de doute ou de persistance des symptômes plus de 48h, consultez rapidement un médecin pour bénéficier du traitement antiviral
7. Symptôme n°7 : une sensation de fatigue
Autre symptôme de la grippe A : la fatigue (appelée aussi "asthénie"). Elle est généralement associée à une toux sèche, de la fièvre ou des troubles respiratoires. Sachez au passage que "aucun symptôme [à ce jour] ne différencie la grippe A (H1N1) des grippes saisonnières rencontrées tous les ans", explique un médecin de la Société française de médecine générale.
A noter : Il est conseillé de consulter rapidement pour bénéficier du traitement antiviral. Ce dernier étant efficace que s’il est pris dans les 48 premières heures
8. H1N1 : les médicaments à prendre
Paracétamol, ibuprofène ou aspirine : attention ! Certains médicaments reconnus pour lutter contre l’état grippal peuvent faire plus de mal que de bien ! "Il faut éviter d’utiliser l’acide acétyl-salicylique [aspirine] car il augmente les risques de syndrome de Reyes [maladie touchant le foie et le cerveau]", explique un médecin de la SFMG. De plus, il ne faut pas prendre d’antiviraux (Tamiflu® ou Relenza®) sans avoir consulté un médecin. En fait, "le seul médicament que l’on peut prendre pour soulager les douleurs et la fièvre est le paracétamol [acétaminophène]. Son rapport bénéfice/risque est nettement supérieur à celui de l’ibuprofène et du kétoprofène." Posologie du paracétamol (adultes et enfants de plus de 50 kg) : 1 g par prise à renouveler au bout de 6 à 8 heures. Pas plus de 3 g par jour.
9. Quand prendre du Tamiflu ?
Le Tamiflu est un antiviral pouvant atténuer les symptômes de la grippe A, raccourcir sa durée et probablement prévenir les complications. Cependant, "il ne faut le prendre que si un médecin le prescrit", a rappelé récemment l’OMS. D’autant que "sa prise systématique peut occasionner nausées, diarrhées et hallucinations", explique la HPA (Haute autorité de santé anglaise). En fait, les médecins généralistes ne doivent prescrire le Tamiflu qu’aux personnes présentant des risques de complications (troubles respiratoires…). Il doit être pris moins de 48 heures après le début de la maladie pour être efficace.
10. Quand consulter en urgence ?
Fatigue, mal de tête discontinu, fièvre… A quel moment faut-il consulter son médecin ? En cas de fièvre "avec des signes généraux comme des maux de tête, des courbatures, une grande fatigue. Si elle est associée à des troubles respiratoires [dyspnée] ou des douleurs basithoraciques, ou encore si elle est associée à des signes neurologiques", répond un médecin de la Société française de médecine générale.
L’OMS précise qu’il faut dans tous les cas consulter un médecin si la fièvre persiste plus de trois jours.
11. Que faire si les symptômes persistent ?
Même si selon l’OMS "l’écrasante majorité des patients [atteints de la grippe A] se rétablissent généralement, même sans traitement médical, en l’espace d’une semaine", il peut arriver que les symptômes persistent voire s’aggravent (reprise de la fièvre, difficulté à respirer, douleur thoracique…). Et il ne faut pas les négliger ! "Les risques de complication sont pulmonaires [pneumopathie] et de myocardite [inflammation du myocarde, muscle du cœur]", explique le Dr Patrick Pelloux, médecin urgentiste. "Il y a aussi un risque de méningo-encéphalite [inflammation simultanée des méninges et de l’encéphale]", ajoute un médecin de la Société française de médecine générale. Si les symptômes persistent, rappeler votre médecin ou appeler le Samu au 15.
12. Combien de temps est-on contagieux ?
La grippe A, comme les autres formes de grippe (B, C), est une maladie très contagieuse. Les autorités françaises prévoient d’ailleurs que 20 millions de personnes, soit près d’un tiers de la population nationale, pourraient être infectées d’ici à la fin de l’année !
Pour éviter la contagion, sachez que la période d’incubation (délai entre la contamination et l’apparition des premiers symptômes) pourrait aller jusqu’à 7 jours, selon le ministère de la Santé. "Une personne porteuse du virus de la grippe A est contaminante cinq jours avant l’apparition des symptômes", précise le Dr Patrick Pelloux, médecin urgentiste. Elle le reste jusqu’à 48h après la fin des symptômes. En général, la grippe A dure 5 à 8 jours.
13. Faut-il porter un masque ?
Depuis le 23 juillet 2009, les pharmacies délivrent gratuitement sur ordonnance des masques anti projections (dits "masques chirurgicaux"). Le port du masque est indispensable si on s’occupe d’une personne malade ou si on est malade et que l’on a des contacts avec des gens à l’intérieur ou à l’extérieur. Il est important de bien l’utiliser sous peine d’augmenter la propagation de l’infection ! - Un, appliquez-le sur le nez et la bouche et ajustez-le bien au visage. - Deux, évitez de le toucher quand vous le portez et lavez-vous les mains après l’avoir retiré. - Trois, jetez le masque après chaque utilisation.
14. Grippe A ou simple grippe saisonnière ?
Fatigue, maux de tête, courbatures, fièvre… Il n’y a qu’un seul moyen pour savoir si on est porteur du virus de la grippe A : le prélèvement naso-pharyngé. Depuis le passage de la France en niveau d’alerte 5 (mai 2009), ces prélèvements ne sont effectués que chez les patients présentant des signes graves et/ou dont l’état de santé ne s’est pas amélioré malgré un traitement et/ou sur quelques patients parmi des cas groupés. Pour autant, même si votre médecin ne confirme pas votre état grippal par le test de la grippe A, il faut absolument suivre le traitement qu’il vous donnera. Le virus H1N1 étant nouveau, les spécialistes n’ont aucune certitude quant à son évolution et ses possibles mutations.
15. Comment enrayer l’épidémie ?
Si vous ne vous sentez pas bien, présentez de la fièvre, une toux et/ou un mal de gorge, mieux vaut prendre quelques mesures préventives pour ne pas contaminer votre entourage. La première : rester chez vous ! La transmission du virus se faisant par voie aérienne, en sortant, vous le propageriez partout ! Si vous êtes obligés de sortir, portez un masque. Idem si vous recevez de la visite. Ensuite, il est conseillé de se laver les mains régulièrement (au moins après avoir toussé ou éternué) avec du savon ou une solution hydro alcoolique (en vente en pharmacies et grandes surfaces) pendant 40 à 60 secondes, et de se couvrir la bouche et le nez avec un mouchoir en papier (à jeter après chaque utilisation) en cas de toux et/ou d’éternuement. Enfin, aérer régulièrement les pièces
16. Des symptômes légèrement différents ?
Parce que le virus de la grippe A H1N1 est nouveau, on pourrait craindre qu’il entraîne des symptômes encore jamais observés… Pour un médecin de la Société française de médecine générale : "Oui, je ne suis pas devin mais on peut imaginer que pourraient survenir une plus grande virulence avec mutation du virus et des complications plus fréquentes [pneumopathies, méningo-encéphalites]". A ce jour, trois cas de mutations ont déjà été répertoriés en Norvège
17. Quand pourrez-vous vous faire vacciner ?
Les trois fabricants GlaxoSmithKline, Novartis et Sanofi Pasteur livrent les vaccins au fur et à mesure. La campagne de vaccination contre la grippe A a débuté le 20 octobre pour le personnel hospitalier -souvent réticent. Suivent les femmes enceintes "à partir du début du deuxième trimestre" de grossesse, l’entourage des nourrissons de moins de six mois, les enfants de 6-23 mois avec facteur de risque (notamment ceux atteints de pathologies chroniques sévères). Ensuite viendront les personnes de 2 à 64 ans avec facteur de risque, les moins de 2 ans sans facteur de risque, les plus de 65 ans avec facteur de risque et les enfants de 2 à 18 ans sans facteur de risque.
18. Cardiaques, diabétiques, fumeurs… plus à risque !
Plusieurs facteurs de risque du virus H1N1 tendent à se dégager. "A ce jour [22 juillet 2009], en plus des situations à risque connues [...] dont asthme et BPCO [broncho-pneumopathie chronique obstructive], les femmes enceintes et les enfants de moins de 5 ans semblent plus fragiles devant le virus de la grippe A", explique un médecin de la Société française de médecine générale. De plus, selon l’OMS "les maladies cardio-vasculaires et respiratoires, le diabète et le cancer font partie des facteurs de risques des formes graves de la grippe H1N1 de 2009. "
Enfin, les fumeurs pourraient être aussi plus à risque, car la fumée de cigarette affaiblit la défense des voies respiratoires contre les agressions extérieures, dont celle de la grippe.
19. Personnes en surpoids : attention !
"Les personnes souffrant d’obésité semblent plus fragiles devant le virus de la grippe A H1N1", déclare un médecin de la Société française de médecine générale. L’OMS rappelait d’ailleurs le 7 juillet 2009 qu’"une forte prévalence de l’obésité a été rapportée au début chez les cas très graves ou mortels de grippe A H1N1 au Mexique". Avant de préciser : "Un rapport récent a fait état de 10 patients ventilés dans des services de soins intensifs du Michigan (États-Unis), dont 9 avaient un IMC ≥30 et 7 un IMC ≥40 […]. Sur les 50 cas mortels recensés en Californie, 30 avaient un IMC ≥30. Parmi eux, 11 ne présentaient pas de facteurs de risque connus de complications." Depuis, l’OMS a demandé la réalisation d’études plus approfondies afin de comprendre le rôle joué par l’obésité dans la gravité de la grippe A.
20. Les plus de 60 ans, à l’abri ?
A l’inverse de la grippe saisonnière qui touche souvent des personnes de plus de 60 ans, la grippe A pourrait les épargner... Une étude publiée en juin 2009 a ainsi mise en évidence que les pneumonies graves et les décès observés au Mexique en avril 2009 concernaient majoritairement des personnes âgées de 5 à 59 ans. Hypothèse scientifique : les plus de 60 ans auraient plus de chance d’avoir été exposé au cours de leur vie à un virus proche du H1N1 (ex : grippe de 1957), ce qui leur aurait permis de générer un anticorps protecteur… Mais le Dr Patrick Pelloux, médecin urgentiste, rappelle que "les personnes âgées sont plus à risque des complications car elles souffrent souvent d’infections cardiaques, rénales, de problèmes immunitaires… ce qui, avec le virus de la grippe, entraîne une surinfection".
Source Medisite
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires