Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

Archives

30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 08:43

Le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale soulignent les bonnes performances économiques de l’Algérie

FMI

 

Le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque mondiale ont réaffirmé à plusieurs occasions, durant l’année 2010, le maintien des performances économiques relatives de l’Algérie en dépit d’un contexte économique mondial marqué par une lente reprise et des incertitudes.

A travers son conseil d’administration et l’ensemble de ses rapports publiés à l’occasion de la tenue de ses deux réunions annuelles durant l’année en cours, le FMI a constamment noté avec satisfaction les réalisations économiques de l’Algérie tout en soulignant que le pays reste confronté à de nombreux défis.

 »La croissance hors hydrocarbures a été vigoureuse, l’inflation est restée faible et l’Etat a accumulé une épargne considérable dans le Fonds de régulation des recettes (FRR) pour financer un vaste programme d’investissement public tout en ramenant les dettes publiques et extérieures à de très bas niveaux », a observé le conseil d’administration du Fonds dans le cadre de la revue annuelle des relations entre les deux parties. Pour lui, l’Algérie a fait face au ralentissement de l’économie mondiale à partir d’une position relativement solide, tout en relevant la position financière extérieure confortable, appuyée par des réserves officielles de devises substantielles qui fait d’elle un pays nettement créancier, et un taux de change effectif réel proche de son niveau d’équilibre. Les administrateurs du FMI ont souscrit à l’orientation générale de l’évaluation effectuée par les services du FMI, en félicitant en particulier les autorités algériennes pour les politiques financières prudentes quelles ont menées et qui ont permis d’accroître sensiblement le matelas de devises, réduire la dette publique et extérieure à un bas niveau et accumuler une épargne budgétaire. Sur la question du taux de change, le FMI a également salué la politique menée par l’Algérie la considérant compatible avec la stabilité extérieure à moyen terme. Les conclusions du prochain conseil d’administration devraient maintenir les même appréciations et les mêmes projections.

Sur la base d’évaluations macro-économiques positives, le FMI a prévu des taux de croissance positifs pour l’Algérie sur les deux années 2010 et 2011, en estimant que la croissance devrait s’établir à + 3,8 % en 2010 pour remonter à +4 % en 2011 (contre +2,4 % en 2009).

Même pour la question de l’emploi, le Fonds relève que le taux de chômage connaît des baisses consécutives en Algérie passant de 10,2 % en 2009 à 10 % en 2010 avant de se replier encore à 9,8 % en 2011.

Lors de sa première visite à Alger en novembre dernier, l’actuel directeur général du FMI, M. Dominique Strauss-Kahn, a abondé dans le même sens en soutenant que malgré un contexte international incertain, l’Algérie continue d’enregistrer de bons résultats économiques tirés par les dépenses publiques. En vertu des réformes en cours dans cette institution internationale, la quote-part de l’Algérie au FMI a été modifiée dans le sillage de la révision générale des quotes-parts approuvées par le conseil d’administration du Fonds en novembre dernier.

Cette quote-part passera de 1,25 milliard de DTS (l’équivalent de 1,92 milliard de dollars) à 1,88 milliard de DTS (l’équivalent de 2,89 milliards de dollars), soit 0,41 % de la totalité des quotes-parts du FMI.

La révision générale des quotes-parts du FMI, qui doit être mise en place d’ici octobre 2012, a entériné un transfert de plus de 6 % des quotes-parts au profit des pays émergents et des pays en développement dynamiques, qui ont été prélevées sur celles des pays surreprésentés (pays de l’OCDE), tout en protégeant les quotes-parts relatives des pays membres les plus pauvres.

A ce propos, il est observé que dans les différentes réunions du Comité Monétaire et Financier International (CMFI) du FMI, l’Algérie avait toujours réclamé, au nom du groupe des pays qu’elle représente (Algérie, Afghanistan, Ghana, Iran, Maroc, Pakistan et Tunisie), une réforme des quotes-parts pour améliorer leur distribution entre pays avancés et pays émergents ou en développement. La Banque mondiale a, pour sa part salué l’amélioration de la croissance économique de l’Algérie en 2010 conjuguée à une amélioration de la balance des comptes courants, tout en établissant des pronostics positifs sur l’année 2011.

Pour la BM, les pays exportateurs de pétrole de la région Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), dont l’Algérie, jouent le rôle moteur dans le redressement de cette région.

Par ailleurs, dans le cadre de partenariat stratégique entre la Banque mondiale et l’Algérie, en préparation actuellement, il est prévu la poursuite d’activités d’assistance technique en appui à certaines actions du gouvernement dans les domaines de l’agriculture, des finances, de l’environnement et de la prospective.

A cet effet, la vice-présidente de la BM pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), Mme Shamshad Akhtar, a effectué une visite de travail en Algérie en mai dernier dans le cadre de la préparation de la nouvelle stratégie de partenariat durant la période 2010-2013.

Sur le plan de l’économie verte, la BM a également observé que l’Algérie faisait partie des 14 pays à revenu intermédiaire ayant élaboré des programmes importants pour rééquilibrer leurs sources d’énergie en investissant dans les projets d’énergies renouvelables à grande échelle, en tant que sources fiables d’accès à l’énergie pour leurs populations.

Cofinancés à des taux concessionels par le Fonds pour les technologies propres géré par la Banque mondiale, ces programmes portent sur trois projets de centrales solaires hybrides à Naâma, Hassi Rmel et Meghaïr, sachant qu’avec un potentiel solaire considéré comme l’un des plus importants de la Méditerranée, l’Algérie ambitionne de porter à 6 % la part des énergies renouvelables dans sa production électrique à l’horizon 2015.

Source El Moudjahid

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires