Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 04:38
Une vingtaine de films à l’affiche

 

 

cinema Algerie

 

« Nous sommes dans une société d’oralité. On lit peu. Donc, le cinéma joue un rôle important », a estimé le cinéaste et le président de l’association artistique du cinéma lumière, Amar Laski 

Les activités de la semaine du cinéma algérien se poursuivent depuis samedi, dans la  région Nord du France, avec à l’affiche plusieurs produits cinématographiques. Des cinéastes et des réalisateurs connus  dans le monde du 7em art, participent aux activités de la manifestation. 

Le public cinéphile a eu ainsi droit à un programme aussi riche que varié, notamment avec la projection des produits en présence des réalisateurs. Jeudi, lors de la diffusion du film «  les paroles du silence » devant une assistance nombreuse, à l’espace culturel de  l’université de Lille1, le réalisateur de ce produit de genre fiction et de type historique, Amar Laskri a, lors de son intervention,  déclaré que « nous sommes dans une société d’oralité. On lit peu. Donc, le cinéma joue un rôle important. Ce festival est devenu une manifestation internationale surtout avec la présence de nos amis marocains. Nous espérons que d’autres associations Maghrébines et Africaines  fassent ce genre d’activités ». 

D’autres films étaient également à l’affiche lors de ce rendez vous avec le 7em art. Il s’agit, entres, du documentaire historique intitulé « de l’Afrique, des ténèbres à la lumière » de Lamine Merbah et Ali Beloud. Le réalisateur Ali Mouzaoui a aussi participé à  cette rencontre avec son produit sur Mouloud  Feraoun. Il en est de même pour  Abderzak Larbi Cherif, réalisateur du documentaire sur le chanteur Kabyle Kamal Hamadi, qui a pris part à cette manifestation culturelle.

« Je suis très heureux de me retrouver devant les jeunes étudiants qui rêve d’un parcours. Je voudrais aussi dire que la culture ne se fait pas facilement. Aujourd’hui, il y a de l’histoire et des faiseurs de rêves. Je travail actuellement sur un film de fiction, sur la guerre de la libération dans le cadre de la commémoration du 50em anniversaire de l’indépendance. Je prépare également un film parcours d’un combattant de l’auteur Abdelmadjid Azzi.», a dit le cinéaste Ghouti Bendedouche.

Notons également que lors de la septième l’on a également remarqué la présence de Lyazid Khoudja, Nacerdine Guenifi.  Le cinema Marocian est aussi à l’honneur lors de cette manifestation culturel avec des films amazighs « Depuis trois ans, on est partenaire avec l’association Sud Nord evolution. Ce partenariat est concrétisé grâce à l’apport de l’association Tiwizi 59 présidée par Hacene Silwani.

C’est une opportunité pour nous afin de faire connaître les films amazighs marocains au large public », nous a expliqué Rachid Moutchou, directeur artistique du festival Issni N Ourgh international du film amazigh d’Agadir. Enfin, un hommage devrait être rendu par les organisateurs, hier,  au comédien algérien Fawzi Saichi, dit Remimez. «  Depuis 35 ans de carrière dans le cinéma, c’est la premiere fois qu’on me rend un hommage », nous dira, très ému, Fawzi Chaichi. 

Source El Watan Hafid Azzouzi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires