Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 00:37

Société - Où est ton nombril ?
miss-france.jpg
En plus de tous les défauts qu'on lui connaît, le nombrilisme peut-il être aussi nomade ? En principe non, bien sûr, mais à voir la vitesse et la manière auxquelles se dégradent les choses dans le monde actuel, il ne fait plus de doute que, renvoyant l'image de l'instabilité totale qui caractérise les hommes, le nombrilisme maladif se déplace au gré des lieux nauséabonds, des mares infectes et des endroits répugnants.
Seule satisfaction, si l'on peut parler de satisfaction, c'est que cela n'arrive pas aux uns sans les autres. Cette nouvelle maladie du siècle est commune à tous, sans exception.
Justifie ton prénom
Commençons donc par le cas de cette jeune fille élue Miss France 2009. «Arrivée là tout à fait par hasard» comme elle le précise elle-même, cette jeune Française s'est vue d'un coup devenir l'objet d'une campagne médiatique comme seuls savent en faire ceux qui ne gobent ni l'Arabe, ni musulman ni le Maghrébin. Pressée de justifier son prénom qui, semble-t-on dire, sonne mal dans les oreilles d'une fameuse identité française, justement en débat ces jours sur les boulevards dépravés d'une certaine république sarkosienne, Malika Menard s'est sentie frustrée et troublée. Elle s'est dépêchée de faire des déclarations et elle hurle, à qui veut l'entendre, qu'elle est française à 100%. «Non, ajoute-t-elle, lorsqu'elle a repris ses esprits et compris le jeu et l'enjeu de la chose, je ne suis pas maghrébine !», comme pour chasser quelques démons.
En fait, les torts de Malika Menard sont nombreux. Tout d'abord, elle porte un prénom qui sonne faux. D'ailleurs, elle le reconnaît elle-même presque au bord de l'excuse, «c'est un prénom arabe qui signifie reine», mais, en poussant l'analyse plus loin comme pour tenter de justifier l'origine de son prénom, elle ajoute «mon père et ma mère ont vécu au nord du Maroc et en ont gardé un merveilleux souvenir». D'ailleurs, elle tente même de faire de l'esprit en déclarant que ce prénom est symbole de l'ouverture et de la tolérance.
Le second tort de la jeune Malika c'est d'avoir été élue Miss France à un moment où la France officielle s'interroge sur son identité et se pose des questions, d'une manière à peine masquée, sur la diversité des origines des habitants de l'hexagone. D'où nous sort encore celle là ? semble demander d'un coup ceux qui, faisant des raccourcis trop bas et trop simplistes, confondent identité et nationalité, origine et culture, patriotisme et xénophobie... En effet, étourdis par les incohérences d'un mandat présidentiel particulièrement critiqué, certains n'ont pas hésité à porter à bras le corps un débat forcément déplacé sur l'identité nationale. Ce n'est pas parce que les Français n'ont pas d'identité, mais plutôt parce qu'ils paraissent en perdre les repères. Hier, leur identité pouvait aisément se rencontrer sur les chemins entrecroisés de la famille, de la langue, de la religion et de l'histoire. Aujourd'hui, et l'on ne sait pas pourquoi, les choses semblent autres. Eric Cantona, l'ancien joueur, de foot n'a d'ailleurs pas tort en se demandant si «être français est-ce que c'est devoir parler français, chanter la Marseillaise, lire la lettre de Guy Môquet ?» et de répondre qu'être français c'est «d'abord être révolutionnaire face à un «système» qui contraint notamment des gens à vivre dans la rue...». Malika, la Miss, serait ainsi venue à un moment où les repères ont glissé et où le nombril paraît changer de place. Dans cette nouvelle conception du nombrilisme glissant, les définitions doivent impérativement changer, y compris celles Miss et de leurs noms.
Malika a d'autres torts, notamment ceux d'avoir montré la tête juste après que les voisins suisses aient décidé d'interdire toute nouvelle construction de minarets. Elle est venue aussi au moment où Thierry Henry, un Français embarrassant autant sinon plus qu'elle, a entaché la qualification de la France au mondial avec une main qu'on aurait bien coupée sur mille plateaux de télévisions. Elle est venue au moment ou Marine Lepen a demandé un référendum semblable à celui de la Suisse... que Malika soit française à 100 %, et qu'elle n'ait absolument rien à voir avec les Arabes, les musulmans, les Maghrébins et les Africains, cela ne change rien à rien. Elle porte un prénom qui peut réveiller les démons et cela suffit pour que les sans repères se focalisent en force sur le prétendu nouveau nombril de l'identité nationale.
Affiche ta priorité
Chez nous, ce n'est pas tellement différent bien que sur un autre registre. Il semble, en effet, que la date du bac 2010 soit l'objet de divergences entre quelques différentes parties concernées par l'Education nationale.
Si, l'idée de discuter sur la manière de récupérer le temps perdu à cause de la grève est tout à fait plausible, il y a lieu tout de même de rappeler que la perte de temps est devenue un refrain du quotidien de notre école. Les grèves sont devenues trop longues et la conscience de certains enseignants semble totalement absente. On ne comprend pas pourquoi les enfants sont pris en otage à chaque fois que l'on décide de quelque chose. La grève, c'est bien mais quant est-ce que cela va devenir raisonnable enfin ? Quant à la gestion du secteur, il n'est plus besoin de revenir sur l'échec total qui en découle et nous avons, ici même, dans ces mêmes colonnes, déploré à maintes reprises, le manque de sérieux dans la gestion de ce secteur.
Mais, ce n'est pas tant cela qui nous inquiète pour l'instant. C'est plutôt l'autre aspect de la chose. Il semblerait, en effet, qu'il y ait coïncidence de «la date de l'examen du baccalauréat avec le premier match de la sélection nationale de football dans le cadre de la phase finale de la Coupe du monde en Afrique du Sud» (Le Quotidien d'Oran du 07/12/2009). Et cela semble être un problème, plutôt le problème central du moment. Comment est-ce possible, messieurs, que nos enfants aillent passer leur examen du bac au moment où leur Equipe nationale de football joue ? Comment est-ce possible, messieurs, que l'on ose demander à nos enfants de se concentrer sur un simple examen du bac au moment où leur coeur bat pour une rencontre de football ? Comment peut-on oser fixer la date du bac le jour du premier match de foot de cette équipe nationale ? Comment... comment... comment...
D'ailleurs, là haut, on est conscient du problème et l'on compte agir «en concertation avec les syndicats nationaux et la fédération nationale des associations de parents d'élèves, en vue de trouver des solutions qui évitent aux élèves de vivre cet événement national important pendant la période d'examens décisifs. Une solution sera trouvée à temps» (Le Quotidien d'Oran du 07/12/2009).
Comme quoi, lorsque un bac et une rencontre de football se croisent, c'est le premier qui se met en veilleuse ! Cette situation résume, à elle toute seule, mieux que toutes les paroles, mieux que tous les écrits, mieux que toutes les critiques, à quel point notre école est tombée bas, bas, bas ! Ne nous étonnons point si, un jour, pour une rencontre de foot du championnat national, des écoles fermeront, des directions de l'Education nationale donneront jour férié ou que le ministère de l'Education nationale gracie des élèves puni d'avoir triché dans un examen...
Inutile de nous demander pourquoi l'on est si bas, tous connaissent la réponse, même ceux qui ne veulent pas le reconnaître. Interrogeons-nous plutôt comment en sommes-nous arrivés là ?
Les repères ont glissé chez nous depuis longtemps. Seulement, ils n'ont pas migré vers des points fixes, repérables. Ils se sont plutôt mis à faire dans l'instable et le changeant. Aussi, le nombril, repère par excellence de certaines sociétés de ce monde, est devenu migrant, instable... la nomadisation du nombril est, en plus de toutes les tares qu'on lui connaît, la dernière invention, ou la dernière maladie c'est selon, des hommes. C'est triste, c'est désolant... mais ainsi vont les choses et ainsi doivent-elles être à partir du moment où rien ni personne n'est à sa place. Qu'on demande à Malika de justifier son prénom ou qu'on demande à Benbouzid de changer la date du bac à cause d'un match de foot, que Malika fasse dans l'esprit pour plaire à ceux qui vont dorénavant commercialiser son image et son corps ou que Benbouzid accepte de considérer la possibilité de changer la date du bac... tout cela fait encore plus mal que la situation elle-même.
Source Le Quotidien d’Oran Aissa Hireche
Le Pèlerin

 

Partager cet article

Repost0

commentaires