Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 08:50

La Tunisie est encore et toujours un havre de paix

tunisie 2

 

Que préconisez-vous pour attirer cette année le plus grand nombre de touristes algériens ?

L’apport du million de touristes algériens qui ont visité la Tunisie l’année dernière est très important. D’importantes et incitatives mesures seront prises en faveur du marché algérien qui a progressé de plus de 25% depuis 2003. Je profite de l’opportunité pour inviter mes frères algériens à découvrir la Tunisie, ses régions, son peuple, sa culture, sa diversité, sans aucune restriction ou surveillance policière, laquelle a, dans un passé récent, tout fait pour cacher l’autre face du pays. Laissez-moi vous dire que le moment est venu pour que les touristes découvrent nos régions regorgeant d’inestimables trésors touristiques qui seront à court et moyen termes valorisés.

- Les problèmes d’insécurité ainsi que le mois de Ramadhan, après la campagne électorale des élections du 24 juillet, ne compromettent-ils pas la saison estivale ?    

Il est vrai que juste après le démantèlement de l’ancien régime, certains proches de l’ex-président ont tenté de semer la zizanie et le doute au sein de la population qui a déjoué ce plan machiavélique. Je démens formellement ces informations tendancieuses, car le peuple tunisien, qui est désormais fier et libre, se charge de la sécurité des touristes. Il ne veut pas qu’on porte atteinte à sa révolution. En Tunisie, on peut toujours  circuler et flâner au-delà de 1h ou 2h du matin. Comme vous le constatez vous-même, la sécurité est de mise partout. Même si la police n’est plus omniprésente. Pour rassurer nos frères algériens, qui ont le devoir de nous manifester leur solidarité en ces moments difficiles, nous allons non seulement participer aux prochains salons du tourisme d’Alger et d’Oran, mais aussi inviter des journalistes algériens pour constater de visu que la Tunisie est encore et toujours ce havre de paix où il fait bon vivre.

Pouvez-vous être plus explicite ?   

Nos frères algériens, qui ont eu la chance de connaître des campagnes électorales inhérentes au pluralisme, auront le privilège d’assister à une étape historique de la Tunisie post-révolution. Leur présence en tant que touristes observateurs est un avantage pour nous. Même si je ne dois pas m’exprimer à la place des professionnels du secteur, un programme spécial Ramadhan, qui n’a rien à voir avec la dernière édition, va, j’en suis convaincu, agrémenter le séjour des Algériens qui optent pour des vacances durant cette période.  

- Les professionnels du tourisme attendent des mesures…

Pour la préservation de milliers d’emplois, le ministère du Tourisme et du Commerce a, en concertation avec la Fédération des hôteliers, décidé de reporter les échéances bancaires et le paiement des charges sociales. Dans la même optique, des crédits de campagne seront accordés aux secteurs pour payer les salaires et les fournisseurs. Croyez-moi, cette année ne sera pas  une saison sabbatique, comme le laissent entendre certains.

- Que vont devenir les établissements détenus auparavant par le clan Ben Ali ?

La partie du capital détenu par le clan Ben Ali a été nationalisée. Pour ne pas mettre en péril des centaines de postes de travail, un administrateur judiciaire, qui vient d’être désigné, est chargé de la direction de ces établissements.

Source El Watan Kamel Beniaiche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires