Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 08:06

Le fruit interdit

interdit

«Chose interdite, chose désirée». Ce proverbe vieux comme le monde explique à lui seul une façade prépondérante et cachée du comportement humain. En effet, depuis que le monde est monde le fruit interdit a attiré la convoitise des hommes et des femmes. Il s’agit là d’un principe de base du comportement humain. L’âme humaine à une propension à l’opposition. Pour prouver cette thèse il suffit de demander à une personne de ne pas regarder dans une direction. Une partie considérable  se sentira obligée de regarder dans cette direction car animée d’une impulsion occulte et mystérieuse qui la pousse à accomplir cet acte qu’on lui interdit. Il y a lieu de signaler que l’interdiction elle-même, qui est souvent impérative et négative, recèle la suggestion de la chose interdite. Donc si on suit cette forme d’analyse psychique de l’interdiction, faut-il éviter d’interdire aux gens des comportementS même s’ils  sont fâcheux. Répondre à cette question n’est pas une simple affaire. C’est une problématique très complexe. Si le fait d’interdire pousse bon nombre de personnes à commettre l’interdit, en revanche le contraire ferait de la société un corps débridé qui part dans tous les sens dans un mouvement anarchique. Un simple rappel  de ce qui s’est passé aux Etats-Unis dans le début du 20e siècle, lorsque la vente des boissons alcoolisées était proscrite par la loi fédérale. Cette interdiction a donné un grand souffle au trafic d’alcool. La figure d’Al Capone, le célèbre mafioso américain, est le symbole immortel de cette époque. Les autorités américaines ont remarqué que le fait d’avoir interdit la vente de ces produits A fait doubler son taux de consommation et de pénétration  dans la société. Cela a même donné naissance à des centaines de gangs rivaux qui s’affrontaient dans les rues de Chicago. Ce n’est qu’après avoir autorisé le commerce de ce produit que la criminalité a considérablement baissé.

Source Le Jour d’Algérie Salah Harirèche

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires