Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

10 mai 2013 5 10 /05 /mai /2013 08:05
Société - Ne jamais se coucher fâchés
sterilite et psychologie
Comment ça a commencé déjà ?
Ah oui, il est 20h vous rentrez tous les deux du travail et vous êtes exténués.
Quand soudain (choisissez votre situation préférée) :
En ouvrant une lettre, vous découvrez que le compte commun est à découvert,
le téléphone sonne et vos beaux-parents vont passer le weekend chez vous,
C’est encore vous qui vous tapez la vaisselle alors que l’autre regarde le journal à la télé,
Vous avez du travail à finir mais les enfants font du bruit et votre partenaire ne s’en occupe pas,
En allumant l’ordinateur, vous découvrez que votre conjoint fait du chat en ligne.
Ce soir… ça va barder !!!
D’ailleurs la dispute dure tellement longtemps qu’il est déjà minuit.
Malheureusement pour vous un conseil ancestral résonne dans votre tête : ne vous couchez jamais fâchés !
Je n’aime pas trop ce conseil…Je n’ai pas envie de culpabiliser
À vrai dire, je trouve ce conseil culpabilisant et stressant.
Culpabilisant dans le sens où on n’a pas le droit à l’erreur. Il faut trouver absolument une solution avant de rentrer sous les draps.
Stressant, car : qu’est-ce qu’on fait si on y arrive pas ?
He bien moi, je vais me coucher même s’il y a des tensions entre nous.
Et si c’est vraiment c’est trop tendu entre nous et qu’on n’arrive vraiment pas à supporter la présence de l’autre, nous faisons chambre à part.
Pourtant on nous dit : c’est pas bien ! Il faut communiquer. Chacun doit donner son point vue calmement, essayer de comprendre l’autre et on termine la discussion par un bisou avant de se coucher calmement.
Dans le monde des Bisounours c’est surement le cas…
Mais pas chez moi… et sûrement pas chez vous non plus !
Chez moi, on se fait la tête et on se couche en colère.
Bon… pas tous les soirs non plus ! Hein ! 
Parfois on se couche enlacés l’un et l’autre, réconciliés.
Et parfois une bande de matelas glacé nous sépare quand les lumières s’éteignent…
Nous avons accepté de ne pas être parfaits.
J’ai envie de dormir
Gottman affirme que 69% des conflits dans un couple n’ont pas et n’auront peut-être jamais de solution.
Ça veut dire que plus d’une fois sur deux on devrait faire une nuit blanche parce que notre dispute n’a pas trouvé de solution ?
Non merci !
J’ai décidé de me coucher et d’aller me coucher même si notre conflit n’est pas résolu.
Pourquoi ?
Pour 2 raisons principalement.
Arrêter la dispute est une bonne occasion pour se poser, s’allonger, se calmer et reprendre le contrôle de ses émotions. La nuit de sommeil permet de faire baisser la tension des 2 côtés. Le lendemain, l’esprit reposé, vous pourrez mieux rediscuter du problème.
Arrêter la dispute est une bonne occasion pour faire une analyse du conflit :
Qui a commencé ?
Est-ce que c’est un sujet récurent ?
Quelle est ma part de responsabilité ?
Qu’est-ce que je pourrais dire pour m’excuser demain matin ?
Arrivé au lit, on ne devrait plus aborder le sujet de la dispute.
On devrait parler d’autres choses ou alors… se taire et éteindre les lumières.
La chambre à coucher doit vous inspirer amour, calme et volupté ! C’est le lieu intime par excellence.
Si vous avez hâte de vous faire une bonne dispute, allez plutôt profiter du balcon.
Vous serez assez efficace pour trouver un compromis :
si c’est l’hiver et qu’il fait –4°C dehors.
ou si, comme moi, vous êtes dans une résidence ou tout le monde vous entend parler alors vous vous disputerez à voix basse : excellent moyen pour que la dispute ne se termine pas mal !
La petite phrase magique
C’est bien beau tout ça mais si on se couche en colère, cela ne règle rien au problème…
En plus au réveil, on va se faire la tête.
Effectivement, si comme moi vous êtes orgueilleux !
Sinon, vous pouvez prendre votre courage à deux mains, laisser votre orgueil sous l’oreiller, vous rappeler tout ce que vous apporte l’autre, qu’il est votre ami et confident et dire simplement :
Excuse-moi pour hier soir.
Stop ! Pas plus !
Pas de justification, rien d’autre !
Quoi ? Vous n’êtes pas responsable de la dispute ? C’est la faute de l’autre : il ne veut pas changer, il a un sale caractère, il ne parle pas, il n’écoute rien !
Oui.. Et vous ? Et moi ?
Je sais que je ne suis pas parfait alors j’accepte également que mon épouse ne soit pas parfaite elle non plus.
Même si vous êtes persuadé que c’est la faute de l’autre, soyez rassuré, l’autre pense la même chose de vous !
Ca, c’est une bonne nouvelle.
Vous êtes au moins d’accord sur une chose !
C’est le début d’une résolution de conflit là ! 
Demander pardon est un acte de bravoure et non, ce n’est pas une humiliation.
Vous devez être fier de ça : vous travaillez ainsi pour votre couple.
Bravo ! 
Chez nous, c’est un peu le concours à celui qui demande pardon à l’autre le premier.
Ma femme gagne souvent, mais je commence à la rattraper ! 
Si vous n’êtes pas le premier à dire pardon, acceptez ses excuses.
Ne dites pas :
Mais non, ce n’est pas ta faute…
Dites :
Oui, j’accepte tes excuses et j’aimerais que tu me pardonnes à ton tour.
Attention !
On a le droit de se coucher fâchés.
Par contre, il ne faut pas oublier le problème et le reporter à … jamais.
Il ne faut pas non plus aller dormir en espérant se lever le lendemain et que le problème sera résolu comme par magie !
C’est la meilleure façon de se voiler la face, d’accumuler de la rancœur et de bousiller son couple.
Des questions à se poser dans ces cas-là :
Pourquoi reculez-vous la discussion ?
Quel comportement redoutez-vous de la part de l’autre ?
Qu’avez-vous peur de faire?
Ou ne pas faire ?
Cela peut-il venir de votre passé ? De votre éducation ?
Comment se disputaient vos parents ?
C’est un travail intéressant sur soi pour comprendre l’origine de cette peur du conflit.
Le Pèlerin
Partager cet article
Repost0

commentaires