Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

28 janvier 2012 6 28 /01 /janvier /2012 08:49

Société - Les 10 gestes qui vous trahissent

attitudes-corporelles.jpg

 

 

Vous croisez les bras...

Bras gauche sur le droit? Ou bras droit sur le gauche? Essayez, vous verrez que c’est toujours le même qui, chez vous, prend l’ascendant!
Bras gauche au-dessus: vous avec une attitude défensive... Réfléchi, observateur, voire méfiant, vous savez préserver votre espace vital, votre famille, et défendre vos valeurs et vos idées. Votre confiance en vous dépend de l’estime des autres.
Bras droit au-dessus: vous êtes d’un naturel plutôt offensif, impulsif, fonceur, partant pour toutes les bonnes causes et/ou les nouveautés, vous ne finissez pas toujours ce que vous entreprenez... Vous avez besoin d’avoir confiance en vous pour emporter l’estime des autres.

Vous croisez les jambes...

Si vous êtes un homme, croiser la jambe droite sur la gauche montre votre aisance, la position inverse trahit votre émoi: vous ne maîtrisez plus la situation.
Pour les femmes droitières, croiser la jambe gauche sur la droite montre une personne sans angoisse particulière, mais que la jambe droite recouvre la jambe gauche et tout est dit de l’opposition ou du stress!
Si vous posez votre cheville sur la cuisse, jambe en équerre, vous montrez votre immaturité : comme un ado, vous niez votre nervosité. Pire encore, vous la cachez derrière une fausse désinvolture, rédhibitoire dans un contexte professionnel!

Vous croisez les chevilles...

Jambes tendues devant vous, croisez les chevilles: vous voilà en pleine séance de détente! Pour peu que vous nouiez les doigts derrière la nuque, c’est l’ambiance relax! Si vous croisez vos chevilles sous votre chaise, la signification est contraire...
Cheville droite sur cheville gauche: vous vous coupez de vos émotions, un peu trop sur vos gardes peut-être.
Cheville gauche sur cheville droite: vous êtes 'psychoflexible', prêt(e) à vous adapter à toutes les situations en faisant confiance à votre intuition

Vous entremêlez vos doigts...

Examen, réunion importante… Dans toutes les situations où vous devez argumenter et maîtriser votre stress, vos deux mains s’accrochent et vos doigts s’entrecroisent, témoignant de l’alliance du cerveau droit et cerveau gauche pour faire face.
Le pouce droit recouvre le gauche: vous fonctionnez en mode 'cognitif', vous ne vous fiez qu’à vos connaissances dûment validées par la science ou l’expérience.
Le pouce gauche recouvre le droit: vous êtes en mode affectif, vous vous laissez volontiers guider par votre sixième sens!

Vous joignez les mains...

Devant cette position dite 'du jésuite' (coudes posés sur la table, mains jointes à hauteur du nez), votre interlocuteur devrait se méfier. Même si vous acquiescez à ses dires, vous n’en pensez pas un traître mot et n’avez qu’une envie: le convertir par tous les moyens à vos vues.
Vos index et majeurs sont levés et joints devant vos lèvres: attention, vous affûtez vos arguments, prêt(e) à porter l’estocade à votre contradicteur!
Seuls vos index sont joints devant vos lèvres: vous voilà à court d’arguments... ou, en cas d’approche amoureuse, prêt(e) à craquer pour votre vis-à-vis!

Vous baissez les yeux...

Baisser les yeux revient à adopter une position de soumission, souvent exigée dans l’enfance par certains adultes dominateurs. Mais c’est une position à double tranchant chez les adultes: certes, dans un contexte de séduction, le regard de geisha faussement pudique et soumis peut faire craquer le macho qui sommeille chez votre cher et tendre, mais il peut également vous faire passer pour une personne peu fiable, voire même pour une fieffée menteuse. A manier donc avec précaution!

Vous appuyez votre menton sur vos mains...

Coudes posés sur la table, votre menton repose sur vos deux mains posées à plat sur vos joues et vous regardez la personne en face de vous: pas de doute, vous lui voulez du bien. Même chose si votre menton repose sur votre paume droite, main repliée contre votre joue: extraverti(e), vous avez envie de séduire votre vis-à-vis, et si votre main droite agrippe votre épaule gauche, vous lui exprimez votre tendresse. En revanche, si votre menton est appuyé sur votre main gauche, vous vous montrez plus intéressé(e) par votre propre personne.

Vous vous mordillez les lèvres...

Signe de malaise et d’anxiété, le fait de se mordre les lèvres trahit votre surmenage si vous mordillez votre lèvre supérieure, ou votre peur de voir les choses vous échapper si vous avez plutôt tendance à vous attaquer à la lèvre inférieure. De même, si vous vous acharnez sur l’intérieur de vos joues, il est temps de lever le pied ou de vous mettre à la relaxation: vous êtes trop anxieux!

Vous tendez la main...

Le fait de ponctuer votre discours en tendant une main ouverte vers votre interlocuteur témoigne de votre bienveillance à son égard. Vous avez peut-être envie de le convaincre, mais sans imposer votre point de vue, en ouvrant un dialogue authentique. Si, en revanche, vous tendez la main vers lui mais que vos doigts restent collés les uns aux autres, vous lui montrez ainsi que rien ne vous fera changer d’avis, que vous êtes bardé(e) de certitudes, voire de préjugés. Travaillez votre souplesse!

Source

- Ces gestes qui vous trahissent, par Joseph Messigner, aux éditions First.

Source Medisite

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires