Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 05:40

L’avis de Christian Delorme. Prêtre lyonnais

christan-delorme-pretre-lyonnais.jpg

Christian Delorme, prêtre lyonnais, peut être considéré comme l’un des «historiques» du dialogue islamo-chrétien. Il était présent au forum islamo-chrétien qui s’est déroulé à Lyon les 26 et 27 novembre derniers. Le prêtre Christian Delorme est l’un des pionniers de la rencontre avec les musulmans. Celui qu’on a appelé «le curé des Minguettes» a toujours cherché à établir des passerelles entre les communautés dans les cités il y a déjà plusieurs décennies. C’était à une époque moins troublée qu’aujourd’hui, mais déjà exigeante.

«La rencontre fait partie de ma vie depuis presque quarante ans ! Elle est constitutive de ce que je suis, depuis que des familles musulmanes, dans les années 1970, m’ont ouvert les portes de leur maison et de leur cœur. Pour moi, elle est à la fois un impératif pour la paix des hommes et une merveilleuse provocation spirituelle. Je me refuse à opposer christianisme et Islam. L’un et l’autre sont pour moi les lieux de la rencontre mystérieuse de Dieu avec les hommes», nous a-t-il expliqué humblement, en marge du récent forum interreligieux qui s’est tenu à Lyon (lire nos éditions du 27 novembre et du 3 décembre).

Christian Delorme est l’auteur de plusieurs livres, dont un consacré à l’Emir Abdelkader, qui fut de passage à Lyon en 1851, après sa libération de captivité par l’empereur Napoléon III et avant son exil pour la Syrie. Pour le père Delorme, «il y a beaucoup trop d’incompréhensions et de méconnaissance entre chrétiens et musulmans, beaucoup trop de peurs.» «Il importe donc, estime-t-il, de faire l’effort de nous écouter mutuellement, de réfléchir ensemble aux grandes questions de notre société et de notre monde.» La nécessité de l’échange n’est pas une nouveauté, puisque outre l’accueil populaire étonnant de l’Emir Abdelkader, l’histoire lyonnaise du XXe siècle est marquée par des événements fondateurs : «A Lyon, nous avons déjà une très longue histoire de relations fraternelles entre chrétiens et musulmans qui remonte au moins à la période de la guerre d’indépendance de l’Algérie.

C’est ainsi que nous allons pouvoir nous retrouver d’abord entre amis, tous soucieux de donner le témoignage de croyants au service de la paix des hommes, dans la fidélité au même Dieu que nous adorons. Cette rencontre est certes une petite chose, mais elle vient s’ajouter à des milliers d’autres initiatives allant dans le même sens qui se multiplient à travers le monde.» Sur les thèmes abordés à Lyon lors de cette première grande et vraie rencontre islamo-chrétienne, «il y a des questions nouvelles auxquelles nous sommes confrontés et qui nous provoquent à trouver des solutions : couples mixtes, conversions, règles alimentaires... Dans une société marquée par le chômage massif et le développement des pauvretés, dans un monde soumis à la violence, comment, aussi, faisons-nous face ensemble ?» Toute la question est là.

Source El Watan Walid Mebarek

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires