Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 octobre 2013 3 23 /10 /octobre /2013 10:50

Jeter l'eau du bain et le bébé avec!

  Ça vient du 15e siècle...

tonneau.jpg

 

La vie au 15e siècle

Si vous aimez connaître l'origine des mots et des expressions, vous allez

savourer ce petit courriel.  Bonne lecture!

La prochaine fois que vous prendrez votre bain et que vous trouvez que

l'eau n'est pas à la température souhaitée, pensez à vos ancêtres qui

vivaient au 15e siècle...

1.  La plupart des gens se mariaient en juin, parce qu'ils avaient pris leur

bain en mai et qu'ils sentaient encore bon.

Cependant, la chaleur arrivant, ils commençaient à sentir, alors les mariées

apportaient un bouquet de fleurs pour cacher l'odeur...

d'où la coutume, pour la mariée, de porter un bouquet...

2. Les bains se prenaient dans un grand tonneau rempli d'eau chaude.

L'homme de la maison avait le privilège de passer le premier, puis tous les

autres fils et hommes;

alors seulement après tous les mâles venaient les femmes et finalement les

enfants, et le dernier de tous, le bébé.

Mais comme l'eau était devenue très sale et qu'on pouvait perdre quelqu'un

au fond, on lançait la phrase, avant de vider le tonneau : «Attention de ne pas jeter

le bébé avec l'eau du bain...»

3. Les maisons avaient alors un toit de chaume; de la fine paille pilée l'une sur l'autre, sans bois souvent.

Cela devenait la place favorite des petits animaux pour se tenir au chaud :

Chats, chiens, rats, souris et autres bestioles.

Quand il pleuvait, l'endroit devenait glissant, et certains animaux tombaient;

Alors d'où vient l'expression anglaise : «it rains cats and dogs»

(Expression employée lorsqu'il pleut averse).

Comme on ne pouvait les empêcher de tomber dans les beaux draps, cela devenait un vrai problème.

Alors on inventa le lit à baldaquin...

4. Le plancher se salissait facilement.

Seuls les riches pouvaient se payer des produits pour enlever cette saleté;

les pauvres furent donc vite traités de «sales pauvres».

5. Parfois ils réussissaient à se procurer du porc; c'était un signe de richesse quand un homme pouvait apporter du bacon à la maison et l'expression est restée :

«Bring home the bacon» (Rapporter le bacon (la paye) à la maison).

6. Les riches possédaient des plats en étain; mais les produits avec un grand taux d'acidité provoquaient l'empoisonnement; c'est pourquoi, pendant plus de 400 ans, les tomates ont été considérées comme poison...

7. Le pain était divisé selon le statut de chacun;

les travailleurs avaient droit à la croûte souvent brûlée du dessous, la

famille, la mie du milieu et les invités la croûte du dessus...

8. Les coupes pour la bière et le wiskey étaient, souvent en étain aussi.

Ils provoquaient des malaises et les gens se traînaient sur les routes et on

les pensait souvent morts.

Mais avant de les enterrer, on les amenait sur la table de la cuisine et pendant ce temps, les autres buvaient et mangeaient jusqu'à ce que le malade se lève enfin ou décède, pour de vrai... d'où vient la coutume de «la veillée au corps»...

9. Souvent, comme les cimetières étaient vite remplis, on enterrait, plus tard, dans le même terrain.

Mais plus d'une fois sur 25, on constatait que le « mort » précédent avait gratté et laissé des traces sur la pierre tombale.

Ils réalisèrent donc que certains avaient donc été enterrés encore vivants...

Alors, pour éviter pareille torture, ils décidèrent d'accrocher une corde au poignet du mort qu'ils laissaient ressortir en dehors et ils y accrochaient une cloche.

Et quelqu'un devait veiller chaque nuit pour voir si la cloche ne sonnait pas. Si oui, on disait qu'il avait été  «sauvé par la cloche».

Et tout ceci est la vérité... Maintenant qui osera affirmer que l'histoire est ennuyeuse?

Source Salem Ferdi

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost 0
Published by Le Pèlerin - dans Société
commenter cet article

commentaires

lucie 13/12/2011 08:43


Bravo pour cet article enrichissant. Merci. Salutations.

Le Pèlerin 16/12/2011 04:42



Bonjour Lucie,


Je vous remercie Lucie pour vos encouragements et votre fidélité


J'aime que mes lecteurs apprécient mes blogs....


Je vous souhaite une bonne journée....


Les jours à venir s'annoncent froids et rigoureux..


Je vous souhaite une très bonne journée


Amicalement,


Le Pèlerin


 


 



denis 02/01/2011 12:01



aucun retour depuis l'annonce à l'occasion de l'anniversaire des 50 ans de sa mort


son fils Jean était contre et je pense que Catherina a fini par dire non également


Lourmarin lui va si bien...


AMitiés et à bientôt pour des articles sur Camus, ce sera tjs un plaisir de les lire



Le Pèlerin 02/01/2011 20:15



Bonjour Denis,


Je n'étais pas au fait de ces informations


Quant aux articles sur Camus, c'est avec plaisir que je les diffuserai chaque fois que cela
sera possible


Cordialement,


Le Pèlerin


 



denis 01/01/2011 12:04



bonne et heureuse années 2011 sous les couleurs entre autres de Camus


amitiés de Denis et fabienne de bonheurdelire



Le Pèlerin 02/01/2011 11:35


Bonjour Denis et Fabienne Oui j’ai lu que vous étiez des ardents défenseurs de la pensée de Camus Je n’hésiterais pas à inclure des écrits relatifs à Albert Camus, chaque fois que cela me sera
possible…d’autant plus que je me reconnais pleinement dans sa pensée Cordialement, Le Pèlerin PS Qu’est devenu la proposition de transfert de ses restes au Panthéon Notre cher Président en avait
parlé