Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 08:51

Après l'euphorie et la fierté, la vigilance

democratie

 

 

Les bouleversements dont le monde arabe est le théâtre ont pour acteurs des foules socialement et politiquement hétérogènes, entrées en révolte pour se libérer des régimes dictatoriaux et corrompus qui les ont trop longtemps asservis. Elles sont descendues dans la rue avec la volonté d'en finir avec le servage et de devenir des citoyens libres.

Il serait néanmoins hasardeux de se prononcer sur la nature des régimes auxquels leur révolte va permettre de s'instaurer en lieu et place de ceux qu'elle a déchus. En Tunisie et en Egypte, la transition à l'œuvre incite à la réserve sur le pronostic. Car ceux qui la conduisent n'ont pas émergé du mouvement populaire qui a provoqué la chute de Ben Ali et de Moubarak. Et bien qu'ils se soient engagés à concrétiser les aspirations démocratiques et libertaires de la rue, il n'est pas exclu qu'ils nourrissent un autre projet que celui porté par les revendications populaires.

A Tunis et au Caire, la chute des dictateurs s'est accompagnée de manipulations qui ont abouti à confier le processus du changement à des personnalités aux conceptions équivoques en la matière. La rue n'est pas dupe de la sincérité des convictions démocratiques et libertaires des nouveaux et transitoires responsables à qui a échu la mission d'opérer le changement auquel elle aspire. Cela justifie qu'elle se montre inquiète et vigilante.

Il n'y a pas que la gestion équivoque de la transition à inciter à la prudence du pronostic sur la nature des régimes qui vont s'instaurer dans le monde arabe. Il faut aussi tenir compte du fait que d'autres forces et parties sont à l'oeuvre pour empêcher que les révolutions des peuples arabes ne débouchent sur l'instauration de systèmes véritablement et pleinement démocratiques. Au premier chef, bien sûr, il y a les islamistes dont le projet politique exclut les concepts de démocratie et de liberté. En Tunisie et en Egypte, les islamistes font mine pour l'heure de coller à la rue et évitent de parler d'autre chose que de l'instauration d'un système respectueux des volontés exprimées par les foules en révolte. Ils ne sont pas moins déterminés à faire aboutir leur projet, dont les fondamentaux sont pires que ceux des régimes déchus.

Mais il y a aussi l'Amérique et l'Occident que l'avènement de la démocratie dans le monde arabe n'enthousiasme pas outre mesure, malgré leurs déclarations de principe faisant croire à leur satisfaction de voir cette région bouleversée par des revendications allant dans ce sens.

La démocratie est antinomique du corpus doctrinal pour lequel les islamistes travaillent. Il est clair par conséquent qu'il ne faut pas attendre d'eux qu'ils restent sans agir contre la perspective de l'instauration de cette démocratie. De l'Amérique et de l'Occident, les peuples arabes ne doivent pas attendre qu'ils vont soutenir et accompagner leur combat pour cette démocratie. Des régimes démocratiques et respectueux de la souveraineté populaire ne les arrangent pas dans le monde arabe. Ils feront tout pour que la transition ne mène pas à ce résultat. Ils disposent, hélas, de relais dans cette région qu'ils peuvent instrumentaliser pour qu'il en soit ainsi.

C'est pourquoi, à l'euphorie et à la fierté que l'on ressent pour le formidable réveil des peuples arabes, doit succéder la détermination d'empêcher que leurs révolutions soient récupérées et dévoyées aussi bien par les islamistes que par les fourriers des intérêts américains et occidentaux.

 

Source Le Quotidien d’Oran Kharroubi Habib

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires