Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

4 février 2011 5 04 /02 /février /2011 00:55

Socialisation de la corruption, injustice sociale et manque d'efficacité économique

carte-du-monde-arabe

 

D'un autre côté la gouvernance est au centre des préoccupations de la pensée juridique, politique et sociale, car elle préfigure le schéma directeur relatif à la gestion des affaires publiques, de l'intérêt commun au centre duquel se trouve alors impliqué la question lancinante de la justice sociale (Adl). Comment ne pas souligner que la bonne gouvernance a toujours marqué la mentalité des communautés et structuré leur identité. Aux origines historiques de l'Etat et de la politique se trouvent enracinées et bien cultivées les origines de la gouvernance. Les questions de " qui peut " ou "qui doit gouverner ", de "comment gouverner " constituent en effet la matrice de la problématique de la gouvernance. Entre les vicissitudes de l'histoire et les cultures juridiques (droit positif ou Fikh) entre les systèmes de la représentation politique (parlement ou d'autres formes de la représentation) et l'efficacité du pilotage des affaires publiques, du bien commun, la gouvernance est au centre des préoccupations des différents acteurs du domaine politique. Si les avancées annoncées par la pensée et vécues par les sociétés occidentales font admettre aujourd'hui que l'Etat n'est plus un sujet protégé par aucune sacralité ni encore une structure fondée sur l'infaillible ( la issma), sa problématique aujourd'hui dans le monde arabe est idéologiquement partagée entre celle d'un nationalisme libérateur pour les uns , tapageur pour les autres et celle d'une sacralité portée tantôt par des envolées " jihadiennes " et agressives (les mouvances jihadistes et populistes) tantôt par un retour aux sources archaïques et sans innovations conceptuelles.

Ce repli politique renforcé par les puissances assabiennes n'a jamais dérogé à la règle et même quand l'islam était la matrice unique du lien social, les divisions, les conflits et les blocages étaient aussi de mise sur les questions de gouvernance tantôt, pour l'hégémonisme tribalo-confrérique, tantôt pour diffuser une daâwa ou défendre un dogme. Des phénomènes politiques non encore suffisamment étudiés et ayant trait au retrait de l'autorité étatique et au vide institutionnel qui ont lieu au niveau des espaces sahariens du Maghreb juste après l'effondrement de la dynastie des mourabitoune nous révèlent que les communautés tribales ont développé un système de gouvernance sans centralité politique. On a assisté à un développement de l'intervention de la société civile. Ainsi, l'organisation des caravanes vers la Mecque ( Haj,), l'organisation de l'enseignement, la planification des villes et la spécialisation fonctionnelle des tribus et des zouis ont remédié à l'absence de l'autorité politique centrale.

3.- Fondements anthropologiques de la gouvernance

Si la pensée contemporaine commence à construire sa régionalité, la politique comme la culture est par essence régionale et exprime la spécificité de l'intelligence et du génie d'une communauté. C'est que les mécanismes juridiques qui cadrent les questions des droits et des devoirs, délimitent les espaces des libertés, les responsabilités individuelles et collectives dans les cultures humaines et dans les esprits des différentes civilisation, diffèrent sans se contredire foncièrement. Ainsi la question des droits, (houkuk), est globalement plus développée dans la pensée juridique et le discours sociologique de l'Occident. Le développement de la culture revendicative et l'esprit des luttes sociales qui l'ont caractérisée a profondément marqué et souvent structuré les modèles politiques. La tradition politico-religieuse du monde arabe est axée surtout sur les obligations wajibate. Le Kharaj et le système archaïque des impôts dans sa globalité, le pouvoir indiscutable et indiscuté de l'autorité religieuse, l'action déstructurante et destructive des assabiates adaptables et

adaptées aux différents contextes de la politique, ont fait des wajibate (obligations) une " seconde religion " qui habite les esprits. Le fakih et ses madahib qui sont en fait une production de la pensée des hommes a dépossédé la raison collective de ses facultés critiques et s'est imposé alors comme une vérité absolue qui échappe à la critique. Alors, qu'il est en réalité une production normative fondée sur la différence. Ibn Khaldoun , dont la structure de la pensée et les sens de son action politique tournent essentiellement autour de l'Ijtima et ses exigences, avait explicitement annoncé en son temps que la liberté et non la contrainte fonde le oumran qui ne peut progresser que par l'apport toujours renouvelé de la politique rationnelle (siassa aklia ) et de l'action normative ( al amal al kholouki). Il avait appelé à légiférer sur l'indépendance de la monnaie vis-à-vis des pouvoirs sultaniens et averti des conséquences néfastes trop importantes de l'intervention de l'Etat dans les affaires économiques et commerciales (privatisation de l'Etat à des fins occultes). Seulement, cette pensée n'a pas toujours réussi à conceptualiser ses approches et à vulgariser les idées. En effet, si les cercles des élites arabes ont fleuri et essaimé l'espace et les institutions, cet élan n'a pas abouti comme cela a été le cas en Europe dès le 16 siècle à enclencher une osmose entre l'évolution de la pensée et le développement des sociétés menacées qu'elles étaient par un démantèlement structurel de ses ordres et de ses idées. Cette tendance régressive s'est soldée par la dilapidation de tout l'héritage relatif à l'urbanité et à l'esthétique arabe pour finir coincée dans une politique fondée sur le rudimentaire qui a engendré toutes les assabiates. C'est le commencement des logiques perverses qui n'ont fait, au-delà de l'agitation idéologique de certains foukaha, que creuser davantage les fractures et anéantir les chances d'une compétition raisonnée avec l'Occident. Mais dire que la gouvernance et surtout celle de la bonne gouvernance est une météorite qui vient de tomber venant de la galaxie de la banque mondiale, c'est faire l'impasse sur une tradition intellectuelle riche et profonde qui a alimenté les mouvements sociaux.  La tradition arabe à produit en effet un patrimoine intellectuel divers sur la question de la gouvernance qui renvoie essentiellement à la légitimité khilafienne puis sultanienne et aussi à la question de la bonne gouvernance avec ses discours et structures. Les logiques des contrats politiques ne concernent pas le modèle sultanien et ses pratiques, comme le suggère le fikh sultanien et ses prolongements dans la pensée politique arabe. C'est surtout de la gouvernance et particulièrement de la bonne gouvernance qu'il s'agit. Du contrat de la médiation prophétique au contrat politique républicain contemporain( basé sur le droit positif ) en passant successivement par le contrat Khilafien (Rachidien) , le contrat du Moulk sultanien (Oumayyade et abbasside) et ses différentes variantes doctrinales, le fond des débats théologiques ( sunnisme, chiisme, kharijisme et muatazilisme ) et philosophiques (Ibn Rochd et ibn Khaldoun en l'occurrence), l'imaginaire social arabe était et reste accroché non à l'identité institutionnelle du modèle politique, mais surtout à ses capacités adliennes, ses compétences à gérer les intérêts de la Nation (Umma) et à protéger les gouvernés du despotisme des gouvernants. La culture arabe tout genre confondu (littérature, mythes, légendes et historiographie, satires) a marqué l'imaginaire par ses apports esthétiques et idéologiques concentrés sur le bonne gouvernance devenue,  face aux despotismes, et devant l'hégémonisme assabien un mythe inaccessible. Et toutes les frustrations de la conscience proviennent de la perversion de la norme politique, posant le statut de la légitimité du pouvoir dans le monde arabe qui n'est pas seulement d'ordre méthodologique, mais particulièrement d'ordre culturel.

4.- Mondialisation et bonne gouvernance : où en est l'Algérie ?

La planète politique de notre temps et les modèles politiques qui l'ont caractérisée amorce semble-il une mue qui ne tardera pas à changer sa fonction. D'un côté des Etats puissants qui se liguent pour prendre en main les destinées du monde et d'un autre côté, les Etats chétifs souvent ruinés qui deviennent alors un danger pour la paix, la sécurité dans le monde. Apparaît alors l'importance et l'efficacité des institutions internationales et les organisations non gouvernementales comme structures organisationnelles animées par de nouveaux acteurs sociaux et capables de remédier aux handicaps des gouvernements. Dans le système des relations internationales, la gouvernance apparaît alors comme une gouvernance sans gouvernement. Le principe de la souveraineté est mis à rude épreuve et apparaît alors comme une vieille recette politique. Les constituants juridiques et anthropologiques de la nationalité et les structures idéologiques et subjectives des nationalismes céderont progressivement devant l'avancée d'une nouvelle citoyenneté sans odeur et sans couleur. Les identités religieuses ou écologiques se dissolvent et se désagrègent dans les matrices de la nouvelle culture médiatique.

Source Le Maghreb

Professeurs Abderrahmane Mebtoul - Economiste  et Mohammed Tayebi - sociologue

A suivre ...

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires