Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

8 mai 2014 4 08 /05 /mai /2014 19:18

L’indifférence

L-indifference.jpg

 

Qu’y a-t-il de pire ? La sollicitude dominatrice d’un ami malveillant, les pointes cruelles d’un homme méchant, ou le regard glacé d’un être indifférent ?

On dit parfois qu’il n’y a pas plus mordant, plus humiliant, plus blessant que l’indifférence.

Elle nous dédaigne, ignore notre existence et rien n’est plus cuisant qu’un tel ressentiment.

Au moins la méchanceté nous accorde-t-elle un intérêt en cherchant à nous blesser… L’indifférence est elle un sentiment, ou plutôt une position qui ne s’éprouve pas à la manière d'une sensation ou d'une émotion?

Doit on réagir à l’indifférence autrement que par elle-même ?

N’y a-t-il pas un usage positif, actif même, à cette passion apparemment vide et négative ?

Une chose est sure, c’est que l’indifférence demeure le pire de tous les états de l'âme.

« Le pire pêché envers nos semblables, ce n'est pas de les haïr, mais de les traiter avec indifférence, c'est là l'essence de l'inhumanité. »

Citation de George Bernard Shaw.

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

indifference 10/05/2014 14:08











L'indifférence
 
 
 
 
L'indifférence vous transit
Glaçant votre sang, engourdi
Figeant votre cœur, meurtri
Transperçant votre âme, effrayée


 


L'indifférence, c'est la transparence
De cette eau pure qui s'écoule
Effaçant sur son passage
Les traces abandonnées par vos pas.


 


L'indifférence balaye les sentiments.
Autant être mal aimé
Dans cette société qui rend sa place facile
Dans cette foule où vous n'êtes qu'un anonyme


 


L'indifférence est meurtrière
Elle tue sans vergogne
Dérobant le regard des autres
Assoiffant l'âme devenue aride


 


L'indifférence est sourde
Vos cris de désespoirs se liquéfient
Parmi les voix assourdissantes des autres
Ceux qui reçoivent encore


 


L'indifférence vous perd
Dans un monde parallèle
Où le rien vous fait affront
Où la solitude vous rejoint.


 


L'indifférence est cruelle
Elle désintéresse les égoïstes
Dans cette société âpre
Où l'individualisme culmine


M. F










 




Le Pèlerin 11/05/2014 20:54


Bonjour Indifférence Je vous réponds par les paroles de la chanson de Gilbert Bécaud : https://www.youtube.com/watch?v=gYkZpABhBhY L'indifférence Les mauvais coups, les lâchetés Quelle importance
Laisse-moi te dire Laisse-moi te dire et te redire ce que tu sais Ce qui détruit le monde c'est : L'indifférence Elle a rompu et corrompu Même l'enfance Un homme marche Un homme marche, tombe,
crève dans la rue Eh bien personne ne l'a vu L'indifférence L'indifférence Elle te tue à petits coups L'indifférence Tu es l'agneau, elle est le loup L'indifférence Un peu de haine, un peu d'amour
Mais quelque chose L'indifférence Chez toi tu n'es qu'un inconnu L'indifférence Tes enfants ne te parlent plus L'indifférence Tes vieux n'écoutent même plus Quand tu leur causes Vous vous aimez et
vous avez Un lit qui danse Mais elle guette Elle vous guette et joue au chat à la souris Mon jour viendra qu'elle se dit L'indifférence L'indifférence Elle te tue à petits coups L'indifférence Tu
es l'agneau, elle est le loup L'indifférence Un peu de haine, un peu d'amour Mais quelque chose L'indifférence Tu es cocu et tu t'en fous L'indifférence Elle fait ses petits dans la boue
L'indifférence Y a plus de haine, y a plus d'amour Y a plus grand-chose L'indifférence Avant qu'on en soit tous crevés D'indifférence Je voudrai la voir crucifier L'indifférence Qu'elle serait
belle écartelée L'indifférence Chaleureusement votre, Le Pèlerin