Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 02:27
Sellal rencontre François Hollande
sellal-hollande.png
 
La lutte antiterroriste et l'énergie sont au centre des discussions des dirigeants de 10 pays méditerranéens.
Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a eu, hier, un bref entretien avec le président de la République française, François Hollande. C'était juste avant l'ouverture des travaux du Sommet du dialogue 5+5. Sellal a été désigné par le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, pour diriger la délégation algérienne à la rencontre qui s'est déroulée à La Valette (Malte).
Selon l'APS, le Sommet a eu pour thèmes la sécurité et la coopération économique. Cinq pays de l'Union du Maghreb arabe (Algérie, Tunisie, Maroc, Libye et Mauritanie) et cinq pays de l'Union européenne (France, Italie, Espagne, Portugal et Malte) y prennent part.
L'Algérie a toujours souhaité que la rencontre soit l'occasion d'assurer la synergie nécessaire entre les différents cadres de consultation et de coopération et les initiatives liant les pays des deux rives de la Méditerranée. C'est ce qu'avait dit le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, en septembre dernier, lors d'un entretien avec son homologue espagnol, Garcia Margallo.
En plus de l'économie et de la sécurité, le phénomène migratoire sera aussi abordé. Ce dernier dossier a fait irruption dans l'actualité: 50 harraga ont tenté de joindre l'Europe à partir de Annaba en 24 heures.
Le dossier sécuritaire est également d'actualité étant donné que l'intervention militaire au Mali est à l'ordre du jour de certaines puissances. Quant à l'économie, l'étude du dossier se justifie par le fait que de nombreux liens unissent les pays des deux rives de la Méditerranée.
L'Algérie est même l'un des principaux fournisseurs en gaz pour l'Europe.
Sur tous ces points, l'Algérie est en faveur d'une vision d'ensemble devant aboutir à des résultats concrets. Le Sommet aborde aussi la situation des pays qui sont sortis des «révolutions populaires» et aborde les conditions dans lesquelles ces pays pourraient être accompagnés dans leur mouvement de transition notamment la relance de leur économie par des investissements porteurs de création d'emploi.
Les dirigeants des pays du sud de la Méditerranée se sont d'ailleurs attachés à rassurer leurs homologues sur l'état de la démocratie dans leurs pays et à appeler de leurs voeux une plus ample coopération. «Pour la première fois de notre histoire, nous partageons les valeurs de la démocratie», s'est réjoui le président tunisien, Moncef Marzouki, lors de la cérémonie d'ouverture. Les changements en cours sur la rive Sud de la Méditerranée «ne constituent pas une menace pour l'Europe», a déclaré Marzouki, en appelant par exemple à «ne pas avoir peur des groupes salafistes».
«Le peuple n'accepterait jamais des systèmes islamiques non démocratiques. Nous voulons la démocratie islamique, pas l'autocratie», a-t-il insisté. Pour le président mauritanien, le dialogue 5+5 devrait «aider à affronter des défis comme le terrorisme, le crime transfrontalier, le trafic d'armes». Du côté des Occidentaux, Paris et Rome veulent relancer le dialogue politique et approfondir la coopération en dépit des difficultés économiques et de la crise de la zone euro. La France et l'Italie souhaitent aussi promouvoir des projets dans les transports (autoroute intermaghrébine) ou l'énergie.
Source L’Expression Ahmed Mesbah
Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires