Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

13 juillet 2010 2 13 /07 /juillet /2010 10:50

Sortie en France du livre Notre ami Bouteflika

livre-bouteflika.jpg

 

Algérie. Les auteurs déplorent que pendant dix ans, le pouvoir algérien a dupé le monde, stoppé l’élan novateur de la société algérienne et fait le lit d’une kleprocratie. Pour eux, Bouteflika symbolise l’échec du projet républicain sur la rive sud de la Méditerranée.

Un ouvrage collectif ”Notre ami Bouteflika: De l’Etat rêvé à l’Etat scélérat”, écrit sous la direction de Mohamed Benchicou, directeur du journal algérien “Le Matin” avec des textes d’une dizaine de journalistes et écrivains algériens de renom, vient de paraître en France et au Canada.

«Pourquoi ce livre puisque l’auguste ne fait plus rire et que la salle est vide? Parce que cette histoire, ils ne la raconteront pas. Ou alors, à leur façon. Ils expliqueront, la main sur le cœur, que Bouteflika, c’est le symbole de l’échec du projet républicain sur la rive sud de la Méditerranéeet qu’il nous faut nous résigner à notre impuissance», lit-on dans la préface de Benchicou.

Le sang mêlé aux affaires

En dix années de règne, et pour obtenir le pouvoir, il a décapité l’embryon d’ouverture démocratique, réduit la société au silence, réhabilité l’islamisme, changé la Constitution et aligné l’Algérie sur les dictatures arabes, résume-t-il.
L’ouvrage sorti le 25 juin aux éditions “Riveneuve”, dépeint au vitriol l’Algérie d’aujourd’hui: «Janvier 2010, Alger est devenue le Chicago des années 1930». annoncent d’emblée les auteurs.

«Le chef de la police est abattu dans son bureau. Qui l’a tué?». «Affaire de clans», dit-on à Alger. Le sang mêlé aux affaires d’argent sale, selon les auteurs, qui dénoncent le «détournement de milliards d’euros blanchis dans l’immobilier dans les quartiers chics d’Alger, de Paris et Barcelone».

«Un Etat voyou! Comment en est-t-on arrivé là?», s’interrogent-ils, avant de déplorer que pendant dix ans, le pouvoir algérien a dupé le monde, stoppé l’élan novateur de la société algérienne et fait le lit d’une kleprocratie. «Un pouvoir de malfrats, qui dirige aujourd’hui un Etat perverti, vide le pays de sa richesse et se livre aujourd’hui une guerre de gangs».

Parmi les auteurs de cet ouvrage, Abdelaziz Rahabi (Ancien ministre de la Culture et de la Communication, Ancien ambassadeur), Djilali Hadjadj, (président de l’Association de lutte contre la corruption en Algérie), Ali Yahia Abdenour (président de la Ligue des droits de l’Homme), Keltoum Zinou (veuve d’un journaliste assassiné par les intégristes, membre de l’Association des Victimes du terrorisme), Fayçal Metaoui, (journaliste-reporter à El-Watan), Zouani Houria (mère d’une victime du terrorisme), Mustapha Hammouche (chroniqueur du quotidien Liberté), Hassan Zerrouky (journaliste au quotidien l’Humanité).

Notre ami Bouteflika,

ouvrage collectif sous la direction de Mohamed Benchicou

Préface de Gilles Perrault

Édition Riveneuve

Source maroc-hebdo.press.ma

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires