Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

2 avril 2013 2 02 /04 /avril /2013 18:19

Béchar : les étonnantes gravures de l’Oued des Genêts blancs

Des-gravures-rupestres-dans-la-region-de-Bechar-jpg
Des gravures rupestres dans la région de Béchar.

 

Lors de nos pérégrinations, nous avons fait la découverte de gravures rupestres que très peu d’Algériens, même ceux de la région, ont approchées.
A quelques kilomètres avant Ksi-Ksou, un ancien centre minier dont il ne reste qu’un terril de charbon dont l’incongrue présence en plein Sahara déconcerte le visiteur, il se dresse, un peu conventionnel, un panneau indicateur. Fiché en bord de la RN 6, entre Béchar et Abadla, il signale la direction de «Dayat Ettiour» à 7 km de là. Un «lac des oiseaux» au désert, cela valait le détour ! C’est ce que proclame également le site d’un internaute d’Abadla : «La sécheresse de 1994 à 2009 a fait que le lac s’est asséché et que les dunes avaient commencé à envahir et à boucher le passage de l’Oued. Grâce à Dieu en 2009, des pluies exceptionnelles et des crues à répétitions ont fait que ce site a repris ses droits».
Les dayas étant des dépressions dans la platitude des regs de hamada, deviennent des lacs à la faveur des précipitations. Celle dont il est question possède la particularité d’attirer une multitude d’oiseaux migrateurs. Mais si vous empruntez la piste, il y a de fortes chances que vous vous perdiez en pleine hamada car c’est une piste qui y mène. C’est ce qui nous est arrivé sans que nous ayons eu à perdre au change puisqu’au bout de nos pérégrinations nous avons fait la découverte de gravures rupestres que très peu d’Algériens, même ceux de la région, ont approchées. A travers le reg, sa pierraille noire avec de-ci de-là ses touffes de plantes et arbrisseaux, la piste initiale se subdivise en d’autres chemins qui se croisent et se décroisent. Parmi les nombreux itinéraires creusés par le passage d’autres véhicules, nous guidons le nôtre sur les moins susceptibles de nous ensabler.
Au bout d’un laps de temps qui s’éternisait plus que de raison au regard de la distance que nous devions couvrir, nous vîmes au loin une pauvre masure en pisé. Quatre personnes étaient à côté. La rencontre, comme toujours au Sahara, est cordiale. Le maître des lieux, Hadj Mohamed Targui, explique que nous avions pris la mauvaise piste et que de toute façon, comme il n’y avait aucun panneau indicateur le long de la piste, il n’y avait aucune chance que nous arrivions à destination : «Ce sont des rigolos qui ont placé le panneau en bord de route. D’ailleurs, ils auraient dû signaler que pour rejoindre «Dayet Ettiour», il faut être en 4x4.
Ce n’est pas avec votre voiture que vous pouviez y accéder». Là où nous avions abouti s’appelle «Hassi Rtem». Hadj Mohamed possède une concession agricole naissante. Face à notre déception, il nous console en nous révélant que pas loin de là, il y a des gravures rupestres à voir. C’est à Oued Rtem (le rtem étant le genêt blanc). Il se propose même de nous conduire. Et sur le haut des falaises noires dont des roches jonchent le sable qui recouvre la pente qui mène à leur sommet, des gravures rupestres défient le temps.
De toutes celles qui recouvrent les parois et qui figurent des animaux, il en est deux, de plus petite dimension, représentant deux chasseurs qui, selon leur attitude, dansent. Remarquable particularité : leurs membres virils sont dessinés dans une étonnante disproportion par rapport aux jambes ! A les contempler, on se prend à avoir des craintes sur leur préservation. En effet, par les temps qui courent, ceux de la régression des mentalités et de la bigoterie ambiante, il est heureux que ces témoignages des temps reculés ne soient pas encore accessibles au tout venant des visiteurs.
Source El Watan Mohamed Kali

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires