Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 07:24

Sud algérien - Quelques nouvelles de Biskra

biskra

Les agriculteurs de Leghrous protestent
Des dizaines d’agriculteurs de la commune de Leghrous, située à 45 km de Biskra, observent, depuis Lundi, sur la RN46, un rassemblement pour protester contre l’attribution de terrains agricoles dont la liste des bénéficiaires a été dernièrement affichée et qui contiendrait, selon eux, des membres de la commission d’étude des dossiers et certains de leurs ascendants. «Ceux qui sont en charge de procéder à la répartition équitable de ces lots de terrain sont les mêmes qui en profitent au détriment des véritables agriculteurs de la région», ont affirmé les protestataires, qui attendent une intervention des services concernés pour annuler ces décisions « entachées de népotisme, de clientélisme et autres dépassements inacceptables» et réétudier les dossiers au cas par cas.               

Grogne au centre d’enfouissement technique  
Des travailleurs de l’entreprise publique de gestion et de traitement des déchets urbains, dont le siège est situé à El Alia, ont bloqué, hier, l’accès au centre d’enfouissement technique (CET) de Biskra, alors que d’autres employés de la même entreprise ont pris part à un rassemblement devant le siège de la wilaya. Ils entendaient par ces actions interpeller les autorités sur la dégradation de leurs conditions de travail et les dépassements dont se rendrait coupable leur directeur dans la gestion des activités de cette entreprise comptant quelques 200 travailleurs. Les protestataires dont des représentants ont été reçus par le directeur (par intérim) de l’environnement, revendiquent le départ de leur directeur, qui ferait preuve «de mépris envers les travailleurs», l’ouverture d’une enquête approfondie sur «certains contrats illégalement établis» et sur  «l’utilisation du matériel et de la logistique de l’entreprise à d’autres fins que celles qui sont normalement les leurs».    

Salon national des dérivés du palmier
En marge de l’Exposition nationale des produits dérivés du palmier, organisée par la Chambre de l’artisanat et des métiers de Biskra (CAM), du 20 au 24 décembre à la Maison de l’artisanat, en collaboration avec la direction du tourisme, le directeur de la CAM de Biskra, Nasreddine Benarab, a lancé un appel appuyé à tous les artisans de la région, ayant des compétences et de l’expérience dans la transformation des produits du palmier, à se rapprocher de son administration afin d’étudier les nombreuses opportunités offertes par le créneau.
Le palmier est l’arbre roi des oasis ; en plus de la production de dattes, de bois de chauffe et d’ébénisterie, on peut en tirer une gamme de produits très bien mis en relief par cette exposition.
Ainsi, les visiteurs ont été étonnés d’apprendre que le palmier peut fournir du vinaigre, de l’alcool, du fil chirurgical, de l’huile, du sucre liquide, de la farine, du jus (Robb), du miel, de la pâte utilisable en pâtisserie, de la crème dermique, des objets décoratifs, un compost biologique, du papier et de l’aliment pour le bétail extrait des noyaux et des palmes séchés et broyés. «Nous avons actuellement 40 artisans participant au système de production localisé (SPL) dans le secteur de la transformation des produits du palmier. Notre objectif est de sortir cette activité du cercle purement familial et traditionnel pour en exploiter toutes les potentialités et la faire passer au moins à un stade semi-industriel afin de créer des emplois et susciter des richesses à partir des produits locaux.», a ajouté notre interlocuteur.
A noter que des dinandiers de Constantine, des potiers de Tizi Ouzou, des vanniers de Oued Souf et des maroquiniers de M’Sila ont enrichi cette exposition dédiée à l’artisanat nationale.                                             

Source El Watan Hafedh Moussaoui

 

 

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires