Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:54
Dans la continuité  

algerie hoggar tin hinan

La 3e édition du Festival international des arts de l’Ahaggar, Tin Hinan-Abalessa (Fiaata) aura finalement lieu. Elle est prévue du 14 au 19 février 2012 à Tamanrasset. Cet événement a pour objectif principal la sauvegarde du patrimoine immatériel de cette partie du sud algérien.
Durant le Fiaata, la capitale de l’Ahaggar sera sous les feux de la rampe. Elle accueillera les festivaliers avec une programmation culturelle et scientifique. L’édition 2012 verra la restitution et la valorisation des produites des deux précédentes, et ce, à travers la publication des actes des rencontres scientifiques internationales, ainsi que d’un recueil de contes et légendes des lauréats du concours national.
Il y aura, entre autres, la projection de deux films retraçant les deux dernières éditions, ainsi qu’une compilation audio de musiques et chants traditionnels (une manière d’assurer de perpétuer ce patrimoine immatériel séculaire et ancestral). Par ailleurs, les habitants de la ville de Tamanrasset et des localités environnantes auront rendez-vous avec la musique, les ateliers et les conférences. Une journée d’étude (avec des ateliers) se déroulera les 15 et 16 février prochains, au niveau de la salle Dassine (maison de la culture de cette wilaya).
Elle a pour thème : “Le patrimoine culturel saharien et les médias”. De plus, une exposition de photographies géantes relative “aux activités et moments forts des éditions 2010 et 2011” sera visible tout au long de ce festival, en ce même lieu. Quant à la programmation musicale, même si la liste n’est pas totalement clôturée, on peut déjà dévoiler quelques noms, à l’image de Tissilawn (Djanet), Imerhene (Tamanrasset), Mesbahi (Djanet), Lalla Badi Lalla (Tamanrasset)… En ce qui concerne la participation étrangère, on peut citer Bombino (Niger), Tinariwen (Mali), Malouma (Maurétanie), Royaume Zipmpa Pompa, Djéli Moussa Condé… Ces concerts se dérouleront au niveau de la grande scène de la l’esplanade du 1er- Novembre, attenante à la maison de la Culture. À rappeler que lors des éditions précédentes, ils avaient lieu dans un camp reconstitué à la sortie de la ville de Tamanrasset. Suite au succès qu’ils ont connu, les ateliers d’artisanat (cuir, vannerie, métaux, bois poterie…), de musique et danse africaine, de cinéma, de contes…, seront reconduits. Concernant le dernier, il sera animé par un conteur et une conteuse professionnels. Ils s’attèleront à mettre en scène les contes des lauréats concours précédents. Quant à l’atelier poésie et récitation, il a pour thème “La résistance à l’occupation française” (cinquantenaire de l’indépendance de l’Algérie oblige). En outre, les enfants ne sont pas en reste, un atelier de dessin, peinture, bande dessinée, photo, astronomie leur est dédié.

Source Liberté.Amine Idjer

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires