Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

18 octobre 2011 2 18 /10 /octobre /2011 03:26

Après la réouverture du Tassili aux touristes, la saison touristique sauvée ?

10-mars-2007--5-.jpg

 

La saison touristique dans le sud du pays sera-t-elle sauvée cette année ? C’est du moins le souhait des professionnels qui se réjouissent de l’annonce de la réouverture du Tassili de l’Ahaggar aux touristes nationaux et étrangers.
Après deux années de pertes sèches induites par l’interdiction du Tassili aux touristes pour raisons sécuritaires, les agences de voyages espèrent une saison touristique moins maigre. Bachir Djeribi, le président du Syndicat national des agences de voyages, expliquait hier qu’après deux saisons blanches et beaucoup de pertes, l’espoir était revenu aux agences spécialisées dans le tourisme saharien. La nouvelle a suscité l’intérêt des habitués du Sud algérien. La destination aurait, dit-il, pu être mieux promue si la décision de réouverture avait été prise plus tôt de manière à permettre aux tour operators de réintroduire cette destination sur leurs catalogues. Le président du Syndicat national des agences de voyages estime que l’argument sécuritaire n’était plus de mise. Les touristes étrangers, affirme- t-il, ne sont pas escortés par les gendarmes sauf s’il s’agit d’une délégation officielle. Bachir Djeribi est optimiste et pense que le développement du tourisme passera inexorablement par le tourisme saharien. Pour y arriver, il pose cependant des préalables. Il considère en effet anachronique qu’en Algérie, les hôtels affichent les mêmes tarifs toute l’année sans prendre en compte les hautes ou les basses saisons ni proposer des tarifs de groupe ou spécial étudiants par exemple. Il propose également la légalisation de l’hébergement chez l’habitant, l’amélioration des prestations de service et la formation du personnel au niveau des hôtels et des établissements de restauration. Bachir Djeribi espère que le projet de rénovation de neuf hôtels dans le Sud relancera l’activité car, pense-t-il, c’est tout l’avenir du tourisme qui s’y joue, plaidant pour ce qu’il appelle «le tourisme d’élite» en opposition avec le tourisme de masse. Pour favoriser l’arrivée des touristes, le syndicat a réussi à conclure un accord avec le ministère des Affaires étrangères au sujet de l’octroi des visas. Les groupes de touristes souhaitant faire un voyage en Algérie peuvent, grâce à une procédure simplifiée, obtenir leur visa en quatre jours. Le tourisme interne trouvera-t-il sa place ? Pour pousser l’Algérien à découvrir son pays, la question des prix des billets et des tarifs pratiqués par les hôtels constitue un frein à l’émergence d’un tourisme interne en dépit du potentiel existant.
Sur les 1 074 agences de voyages existantes, seules 434 possèdent un agrément
Sur les 1 074 agences de voyages en activité, seules 434 d’entre elles possèdent un agrément en bonne et due forme. Les chiffres ont été révélés hier par Bachir Djeribi, président du Syndicat national des agences de voyages. Il expliquait que les agences n’ayant toujours pas reçu le sésame de la commission d’agrément relevant du ministère du Tourisme faisaient soit l’objet d’enquêtes de moralité ou nécessitaient pour leur agrément une vérification des documents au niveau local.
Source Le Soir d’Algérie Nawal Imès

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires