Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 juillet 2012 5 27 /07 /juillet /2012 04:42

Sud algérien - Tourisme à Bechar : Voyage au coeur de la Saoura Une activité en plein essor

la saoura

 

Bechar. La capitale de la Saoura est une grande vallée façonnée par un oued. A vocation touristique, elle est limitée au nord par les monts des ksour et l’atlas marocain, alors qu’elle est ceinturée à l’ouest par la hamada du Draa. A l’est, elle est délimitée par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Ce décor lunaire fait de Bechar l’une des plus belles régions du sud algérien. Les habitants, en temps de repos, passent leur temps, en été, autour d’un thé alors que les plus prévoyants font une escapade du côté du littoral. Les jeunes sans emploi stable, se bornent à vendre des téléphones portables en attendant des jours meilleurs.

Le tourisme connaît un essor considérable à Bechar grâce à la relance du secteur entreprise par les pouvoirs publics. Sur le terrain, cette politique est derrière la hausse significative du nombre de visiteurs étrangers qui se sont rendus dans la capitale de la Saoura depuis le début de l’année. Une chose que les voyagistes ont unanimement tenu à saluer. Un propriétaire d’une agence de tourisme connu dans la région affirme, en effet, que le nombre de touristes s’étant rendus à Bechar a connu une hausse notable, générant du coup une augmentation du chiffre d’affaire. Il explique le rush des touristes à Bechar par les efforts déployés autant par les autorités que par les voyagistes. En effet, en vue de faire connaître la région et promouvoir le tourisme saharien, certaines agences recourent à la vulgarisation. Elles distribuent à l’étranger des prospectus où sont consignées informations et photos de la région.
Un travail qui permet aux touristes étrangers d’avoir une idée sur la région et ses trésors avant même de s’y rendre. Cela étant, nombreux les touristes -français en particulier- visitent Bechar et profitent des sites panoramiques dont regorge la capitale de la saoura. Par ailleurs, la géographie de Bechar est un atout majeur qui fait d’elle une région à vocation touristique par excellence. C’est dire que cette région attrayante doit en premier lieu sa renommée à sa situation géographique.
La capitale de la Saoura est une grande vallée façonnée par un oued. Au nord, elle est limitée par les monts des ksour et l’atlas marocain, alors qu’elle est ceinturée à l’ouest par la hamada du Draa. A l’est, elle est délimitée par les oasis du Tidikelt et au sud par le plateau du Tanezrouft. Ce décor lunaire fait de Bechar l’une des plus belles régions du sud algérien. A cela s’ajoute la disponibilité des infrastructures hôtelières.  
En effet, Bechar est dotée de onze hôtels, dont trois étatiques classés trois étoiles, sise à Bechar, Béni Abbes et Taghit  et constitués de 518 lits et huit hôtels appartenant au  privé d’une capacité de 488 lits. Au chef lieu de wilaya, des touristes déambulent dans les rues à la recherche de tenues traditionnelles et autres gadgets du terroir. Souvent, ils se prennent en photos, histoire d’immortaliser des instants inoubliables. Professeur de mathématique et caricaturiste, André affirme aimer particulièrement Taghit. Pour lui, «cette région est un havre de paix et de quiétude». Ce sexagénaire souligne qu’à chaque fois qu’il met les pieds dans ce petit village pittoresque il se sent défait de toute fatigue physique ou morale. «C’est un endroit, explique-t-il, calme, favorable de surcroît à la méditation».
Moins cérébrales, d’autres touristes s’y rendent tout simplement pour profiter des couchers de soleil au milieu des dunes. C’est le cas notamment de Jacqueline. Retraitée depuis quatre ans, cette parisienne jure par tous les saints n’avoir jamais vu nulle part ailleurs un aussi beau crépuscule qu’à Taghit.
Elle fait remarquer que la première fois qu’elle a assisté au coucher du soleil dans cette bourgade, elle est tombée tout de suite sous ses charmes. «Je suis émerveillée par la beauté de cette région ainsi que son ksar qui témoigne d’un passé historique riche en évènements», dit-elle en substance. Lieu de recueillement pour certains, havre de paix pour d’autres, Bechar l’enchanteresse ne cesse d’exercer une fascination profonde sur tous ceux qui s’y rendent.

Source El Watan Djamel Oukali

Le Pèlerin

 

Partager cet article
Repost0

commentaires