Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

12 août 2011 5 12 /08 /août /2011 11:36

Sud algérien - L’or bleu du Sahara

fougaras-du-Touat-Timimoun.jpg

Traditionnellement, les habitants du Sahara exploitaient les sources d’eau souterraines du désert grâce à d’ingénieux systèmes d’acheminement d’eau et d’irrigation, comme les fougaras du Touat (Timimoun).

C’est cette eau miraculeuse qui a permis l’exploitation d’oasis luxuriantes. Que se cache-t-il sous les dunes arides du désert ? Ni plus ni moins des réserves aquifères souterraines qui permettraient d’avoir, au rythme actuel de la consommation algérienne, des réserves pour des milliers d’années. Des études ont montré que le bassin aquifère du Sahara est l’un des plus grands au monde, partagé entre l’Algérie et la Tunisie. Ils sont répartis dans deux immenses aquifères, le continental intercalaire et le complexe terminal. Le volume des eaux contenues dans les nappes phréatiques du Sahara est estimé à 60 000 milliards de mètres cubes, dont 40 000 milliards de mètres cubes dans le sous-sol algérien, a indiqué le ministre des Ressources en eau,  Abdelmalek Sellal.

L’exploitation de ce précieux liquide, à hauteur de 1,7 milliard de mètres cubes d’eau puisés dans les nappes souterraines du Sahara, sert principalement à l’acheminement d’eau vers les régions en déficit hydrauliques plus au nord. Ces eaux souterraines sont déjà exploitées par la Libye, dont on connaît le projet pharaonique de rivière artificielle qui pompe directement l’eau dans l’aquifère saharien pour l’acheminer vers les villes du nord. En Algérie, les projets de pompage d’eau s’inscrivent dans la politique algérienne d’aménagement du territoire, comme c’est le cas pour le projet de canalisation de l’eau de la nappe phréatique d’In Salah pour être acheminée jusqu’à Tamanrasset, inauguré en avril dernier.  Un autre projet en cours concerne l’acheminement de ces ressources aux régions steppiques du nord. Ces ressources ne seraient pas renouvelables en cas de fort pompage. En 2006, un système  permettant de contrôler les prélèvements excessifs a été mis en place par les trois pays riverains de ce grand océan d’eau douce.

Le Système aquifère du Sahara septentrional (SAS), basé à Tunis, a aussi pour objectif  de créer une base de données complètes afin d’améliorer à long terme l’entretien et l’actualisation des modèles servant à l’extraction de l’eau. On ne peut que se réjouir de ce mouvement de coopération transnational sur un thème aussi important que les ressources en eau. En revanche, on peut s’interroger sur la pertinence de l’utilisation de ces eaux, qui acheminées au nord, ne servent plus le développement local des régions sahariennes. Ajouter à cela des pertes d’eau pouvant aller jusqu’à 70% par l’utilisation intensive des agriculteurs. Les fougaras du Touat sont peu à peu abandonnées faute d’eau. La réelle question est de savoir comment utiliser l’eau de la nappe albienne du Sud algérien sans porter préjudice à l’environnement, apportant ainsi une alternative possible aux usines de dessalement d’eau, très coûteux en énergie fossile.       
Source El Watan Kamel Boudjemil

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires