Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

27 mars 2012 2 27 /03 /mars /2012 03:49

Truffe algérienne : vaste trafic au Sud

truffe.jpg

 

Les réseaux de trafic ne lâchent rien. Après les dattes, le corail et l’huile d’olive, ils s’attaquent à la truffe algérienne qui est acheminée vers des pays étrangers tels que la France et le Golfe. Raison de plus, c’est la période de la moisson de ce tubercule qui pousse «comme des champignons» dans le Sud algérien, d’autant que cette année de grosses quantités ont été déterrées non pas par des agriculteurs, puisqu’il s’agit d’un légume «sauvage»,
mais par des trafiquants.
Du coup, tout le monde court derrière la truffe algérienne, très estimée en raison de sa très bonne qualité. Au premier jour de la cueillette, leur prix a dépassé les 4 000 DA/kg. La truffe algérienne fait le bonheur des grands restaurants français et des pays du Golfe.
Mais voilà que des opportunistes saisissent l’occasion de gagner de grosses sommes d’argent. En effet, des étrangers soutenus par certains réseaux algériens se sont déplacés vers les lieux où généralement poussent les truffes pour en remplir dans des caisses et les acheminés vers la France et les pays du Golfe, notamment les Emirats arabes unis et le Qatar. C’est le cas de la région de Barika, une localité située à quelque 50 km du chef-lieu de la ville de Batna, où des camions ont débarqué pour convoyer des caisses de truffes vers les ports du pays, pour ensuite être acheminées vers la France et d’autres pays. Un véritable scandale qui malheureusement se répète chaque année, sans toufefois que les autorités locales ne réagissent. «Chaque année, des étrangers, notamment des émiratis et des qataris, viennent ici pour négocier des quantités de truffes avec des personnes qui se disent être les propriétaires de ce légume sauvage, alors que c’est faux. Les truffes qui poussent et sortent du sable n’appartiennent à personne, et tout le monde a le droit de les prendre», expliquent les citoyens de Barika contactés hier par téléphone. Dans le Sud algérien, à Béchar ou encore Laghouat, le vol des truffes par des gens richissimes se fait à ciel ouvert, et personne n’intervient pour arrêter le «massacre». D’après nos sources, des chauffeurs de camions se rendent sur les lieux où poussent les truffes de très bonne qualité pour en remplir des caisses qui seront conduites aux frontières, à travers des itinéraires sécurisés qu’ils connaissent bien. Le but est d’éviter les barrages fixes dressés par les services de sécurité, afin que la marchandise arrive à sortir du territoire algérien en toute sécurité. Après l’huile d’olive, les dattes et le corail, les trafiquants font la chasse à la truffe algérienne.
Source Le Jour d’Algérie Sofiane Abi

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires