Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 septembre 2012 4 20 /09 /septembre /2012 17:05

Sud algérien - Hassi Messaoud - Projet de réalisation de «superpotagers»jardin-hassi-messaoud.jpg

 

Des «superpotagers», destinés à l'autoproduction de légumes frais autour des bases de vie, lancés dans la région de Hassi Messaoud, dans la wilaya de Ouargla, commencent à porter leurs fruits, selon l'un des promoteurs du projet.

Le projet, initialement conçu pour le développement d'une petite agriculture familiale vivrière en régions tropicales, a été expérimenté, «avec déjà des signes de succès», au niveau des sites de Hassi Khouildet et Hassi Réda, a expliqué Mohamed Bouchentouf. Les premiers fruits de cette expérience lancée fin février dernier, devront être cueillis au courant de cette semaine, a souligné M. Bouchentouf, directeur de projet à Pro-Natura International Paris, copartenaire de ce programme en Algérie, avec l’association Stop Hunter France, JTS Semences France et Sodexo Algérie.
Développé sur des planches d'à peine 60m 2 chacune séparées par des tranchées drainantes, dotées de systèmes d'irrigation très économes en eau, le projet de superpotager permet, avec une technique de fertilisation du sol au biochar et sous un voilage permettant de créer un microclimat et une rétention d'eau indispensable à la culture, de produire divers légumes frais, et ce, toute au long de l'année, a précisé M. Bouchentouf.
«L'opération, qui a donné lieu à Hassi Messaoud à des cycles moyens de production d'un mois, pourrait être adoptée pour l'autosuffisance des petits ménages dans le cadre du développement rural, sur la base d'une simple formation sur cette technique culturale, tout à la fois économique et simple à réaliser», a-t-il estimé. «Tout en mettant en valeur les terres, le projet permet de produire au quotidien, sur une surface de 60 m2 seulement, tous les éléments nutritifs nécessaires à une parfaite alimentation pour une famille de 10 personnes», lit-on dans une note de présentation du projet. «Le kit nécessaire à l'exécution du projet comprend les semences adaptées, les amendements du sol, le matériel d’irrigation, les équipements innovants, avec des semences ne contenant pas d’OGM», est-il ajouté.
La production est constante toute l’année, indépendamment des saisons avec un cycle très régulier de 45 jours quelle que soit la saison. Le système permet une réduction de la consommation d’eau de plus de 80% et limite le travail nécessaire à deux heures par jour.
L'objectif recherché est de réduire le grand déficit en production de légumes frais par rapport à une démographie croissante et des flux migratoires importants, de permettre une meilleure valorisation des ressources en eau et de redynamiser des systèmes vivriers associés à la palmeraie traditionnelle.
Il s'agit aussi de développer et de diversifier les cultures prometteuses à forte valeur ajoutée, de favoriser des ceintures vertes autour des centres de vie visant une production locale pour une consommation locale et de maîtriser les périodes de productions en contre-saison, selon la même note de présentation.

Source Infosoir R.L. / APS

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires

bb 12/01/2012 09:22


Bonjour


ce n'est que de la poudre au yeux Sodexo est en algerie depuis le rachat de ACS


ces employes sont reduits a l'esclavage,il regne un climat de tiranie orchester par son DG Mr Laurent MArtin et son responsable des renseignements SAAD BOUGHLITA


Maleureusement la direction Sodexo Paris ferme les yeux,et le cauchemar continue avec la complicite de l'inspection du travail et des autorites local,ils ont des beaux jours devant eux MArtin et
SAAD

Le Pèlerin 14/01/2012 06:41



Bonjour BB


Je ne mets pas en doute vos propos mais je ne connais pas suffisamment le sujet pour
émettre une opinion…Toutefois l’idée me parait fort louable…Je reproche parfois à l’Algérie de ne pas faire preuve d’initiatives particulièrement en matière agricole pour dénigrer un projet
novateur qui a au moins le mérite d’exister..


L’Algérie a des potentialités énormes et souffre d’un manque de « Savoir Faire »
…Là il me semble y avoir une idée novatrice, pus qu’une idée, un projet, voire une réalisation…


Ayons au moins la pudeur de laisser faire…


Ce projet n’a pas l’air bien encombrant…Apparemment quelques arpents de terre…..Vous me
rappelez l’introduction de la pomme de terre en France …Il a fallu toute l’imagination et la ruse de Parmentier (Vous avez un texte sur mon blog à ce sujet) pour qu’il puisse introduire
 la pomme de terre en France, ce tubercule dont plus personne ne peut désormais plus se passer


Les professionnels de « La Terre » sont parmi les plus conservateurs au
monde


Demain nous aurons à faire face à un défi, celui de nourrir un monde en pleine expansion
démographique…Malthus n’était pas totalement idiot


Et les professionnels de s’ériger contre toute nouveauté qui vient à l’encontre des
habitudes …Ah les habitudes… !


Ensuite votre commentaire cite de noms et je suis légalement responsable de toute atteinte
à l’intégrité morale des personnes ….Je ne ferai donc pas de commentaires désobligeants à leur égard..


Restons ouverts à la nouveauté…Soyons vigilants, quant au respect de la nature et du bien
public mais de grâce ne soyons pas imperméables à la nouveauté sans laquelle le monde périra


Cordialement,


Le Pèlerin