Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 06:18

Al Arabiya diffuse une revendication audio d’Al Qaîda

 oasis-de-Djanet-dans-le-Sud-algerien-lieu-du-rapt.jpg

L’oasis de Djanet dans le Sud algérien lieu du rapt de la touriste italienne .

L ‘enlèvement de la touriste italienne, Maria Sandra Mariani, à Djanet le  février dernier vient d’être revendiqué par les terroristes d’AQMI

(Al Qaîda) dans un enregistrement audiophonique diffusé par la chaîne Al Arabia.

Dans un enregistrement audio diffusé par la chaîne Al Arabya, les terroristes d’Al Qaîda ont revendiqué le rapt de la touriste italienne, enlevée le 2 février dernier à Djanet. Le directeur de l’agence Ténéré a reconnu formellement la voix de sa cliente, l’otage Sandra Mariani, âgée de 53 ans.Des terroristes se présentant au nom d’AQMI (Al Qaîda au Maghreb islamique) ont revendiqué hier l’enlèvement, le 2 février dernier à Djanet, de la touriste italienne, Maria Sandra Mariani, âgée de 53 ans.

Dans un enregistrement audio, non encore authentifié et diffusé très tôt dans la matinée par la chaîne de télévision Al Arabiya, une voix masculine qui déclare en arabe : «Nous, Al Qaîda au Maghreb islamique, déclarons détenir cette femme depuis le mercredi 2 février et souhaitons qu’elle puisse s’adresser à son chef d’Etat», avant de donner la parole à l’otage, présentée comme Maria Sandra

Mariani : «Je suis Italienne et j’ai été enlevée le mercredi 2 février en Algérie. Je suis toujours détenue par Al Qaîda au Maghreb islamique, bataillon Tarek ibn Zyad. Je demande à Al Arabiya de bien communiquer cette communication.» Bien étrange est cette revendication. Habituellement, AQMI utilise d’autres canaux pour revendiquer ses actes, à savoir la chaîne Al Jazeera ou des sites web islamistes.

En tout état de cause, le directeur de l’agence Ténéré, Ahmed Kheirani, qui a organisé le séjour de l’otage à Djanet, est catégorique. «La voix que j’ai entendue est bien celle de Maria Sandrani. Je suis content qu’elle soit en vie», nous dit-il.

Mais jusqu’en fin de journée, il n’a eu aucune autre information. Cette revendication a suscité de «l’espoir» chez les nombreux responsables des agences de tourisme du sud du pays et surtout les guides de la région, avec lesquels nous nous sommes entretenus pas téléphone, et qui sont, faut-il le préciser, impliqués dans les opérations de recherche de l’otage même au-delà de la frontière avec les pays limitrophes, depuis deux semaines déjà. «Pour nous, c’est un bon signe. Au moins, cela veut dire qu’elle est vivante. C’est le plus important pour nous…», déclare un des plus anciens guides de la région de Tamanrasset.

Pour sa part, Ahmed Kheirani, confiera : «Trop de rumeurs ont circulé à son sujet. Maintenant, au moins, nous savons qu’elle est saine et sauve».

Le guide qui accompagnait l’otage lors de l’enlèvement avait révélé il y a une dizaine de jours à El Watan : «Qu’une bande de 13 à 14 hommes armés, parlant un arabe mauritanien, venus à bord de deux 4x4, ont investi les lieux au coucher du soleil, dans la journée de mercredi à la recherche d’un groupe de touristes, ils ont embarqué l’Italienne et les trois Algériens présents, en l’occurrence le guide, un gardien et un berger de passage. Après avoir roulé des heures, ils ont abandonné les Algériens non loin de la frontière avec le Niger, et emmené l’otage vers une destination inconnue.» Les traces retrouvées par les services de sécurité et les guides de la région démontrent que les ravisseurs étaient sortis de la ville de Djanet, avant de se terminer à la frontière avec le Niger. Pour lui, il est très certain que l’otage ne se trouve plus sur le territoire algérien.

Les trois Algériens qui accompagnaient la ressortissante italienne avaient été interpellés une première fois, puis une seconde fois, pour être maintenus en garde à vue par les gendarmes durant 48 heures avant d’être relâchés sous la pression de leurs familles et de leurs proches. Certains guides de la région affirment que les ravisseurs seraient en réalité des mercenaires.

«Ils étaient venus pour enlever un groupe de touristes. Mais il n’y avait que l’Italienne. Ils l’ont prise pour la revendre à Abou Zeid. Celui-ci aurait refusé de prendre une femme, mais il aurait fini par le faire. Ce qui explique le retard dans la revendication…», disent-ils.

En tout état de cause, Sandra serait maintenant entre les mains de Abou Zeid, mais nous ne savons toujours pas quelles sont ses demandes. A signaler, enfin, que jeudi dernier le gouvernement suédois a rendu public un communiqué dans lequel il a recommandé à ses ressortissants «d’éviter tout voyage non nécessaire dans le Sahel algérien, qui comprend les frontières de l’Algérie avec la Mauritanie, le Mali, le Niger et la Libye, ainsi que les régions touristiques de Tamanrasset et Djanet».

Source El Watan Salima Tlemçani

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires