Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 08:19

Sud algérien - Ghardaïa -  Cap sur l’oléiculture

Ghardaia--oleiculture.jpg 

 

Une superficie de 50 000 hectares sera consacrée à la plantation de l’olivier dans la wilaya durant la période 2011-2014, dans le cadre du programme de développement de l’oléiculture, indique-t-on à la direction locale des services agricoles.

Les premières actions de plantation, prévues dans le cadre de ce programme qui concerne les treize communes de la wilaya, seront lancées au début de l’année 2011 avec une superficie de près de 12 500 ha, a-t-on précisé. L’extension programmée à l’horizon 2014 des plants d’olivier dans la wilaya est accompagnée d’un soutien financier par les pouvoirs publics, estimé à près de 3 milliards de dinars, selon la même source. Les plus grandes oliveraies seront concentrées dans les communes d’El-Menea et Guerrara, avec respectivement 21 410 et 9 202 ha, suivies de celles prévues à Hassi-Lafhel (3 270 ha) et à Metlili (2 090 ha), indiquent les services de la DSA. L’activité oléicole dans la wilaya de Ghardaïa couvre actuellement plus de 1 058 ha selon les statistiques de la DSA. Selon les services agricoles, l’olivier est un arbre qui «se comporte bien» et qui «prospère» dans la wilaya de Ghardaïa, comme en témoignent les nombreux spécimens plantés çà et là à travers la région de Ghardaïa, Guerrara et Hassi-Lafhel, où malgré l’absence de soins, leur fructification est relativement abondante.
Arbre millénaire, dont les fruits possèdent des vertus diététiques et thérapeutiques indéniables, l’olivier s’est tôt érigé, au niveau de la wilaya de Ghardaïa, notamment dans les daïras de Guerrara, El-Menea et Mansourah, en un patrimoine arboricole important, qui a suscité, au fil des années, un intérêt particulier, en vue de sa promotion. Faisant partie de la famille des oléacées, l’olivier qui s’adapte aussi bien au climat froid et humide du littoral qu’aux conditions climatiques extrêmes, prospère dans les régions du Sud, où il vit à l’état sauvage dans les massifs de l’Ahaggar, signale-t-on de même source. «La pratique de l’oléiculture peut être étendue à la quasi-totalité des localités de la wilaya, pour peu que l'irrigation existe, et les expériences menées avec succès dans certaines wilayas du Sud, notamment à El-Oued, justifient l'encouragement de cette culture», soulignent les techniciens de la DSA de Ghardaïa.
Le programme de développement de l’oléiculture et l’intensification de la culture de l’olivier peut contribuer à la création d'emplois stables dans la wilaya, notamment par la création d’unités modernes de trituration, poursuivent-ils.

Source Infosoir R.L. / APS

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires