Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 02:46

Les Touareg, gardiens de la mémoire

touareg

 

L’artisanat constitue une des diverses facettes du riche patrimoine matériel plus que séculaire que les Touareg du Tassili, dans la wilaya d'Illizi, se sont attelés à préserver d’une génération à une autre. Cet héritage, entretenu depuis la nuit des temps, revêt une importance particulière chez les populations targuies. A travers lui est valorisé le savoir-faire artistique dans différents segments du richissime artisanat traditionnel, à l’instar de la bijouterie traditionnelle, la vannerie et la maroquinerie, qui, bien que travaillés avec des outils et moyens rudimentaires, ont gagné une réputation transcendant les frontières du pays.
Les outils et armes de guerre, tels les épées, les coutelas, les hachettes et autres produits façonnés dans le cuivre, ajoutés au travail du bois fait avec dextérité, le tout orné de motifs, dessins, sculptures et graphies en tifinagh renvoyant à des origines anciennes des Touareg (bien avant l’ère commune), constituent également, avec l'habit traditionnel, des éléments de ce patrimoine matériel que l’Homme bleu s’emploie à valoriser et à perpétuer.

Une association, un combat …
Parmi les associations les plus actives dans ce créneau, l’Association coopérative de l’artisanat traditionnel de la localité de Bordj Omar Idriss s’est distinguée, par ses œuvres, lors de manifestations nationales et internationales, à l’instar de salons tenus à Paris (France) et Berlin (Allemagne). Cette association s’emploie aujourd’hui à perpétuer le riche legs artisanal ancien des Touareg et à le vulgariser, en formant des jeunes, en vertu de conventions signées avec des établissements de la formation professionnelle.
Son président, Ayloum Mohamed Salim, avait confié dans une récente communication que cette association envisageait de moderniser ses équipements et moyens de production dans le but de répondre à la demande et aux goûts des touristes amoureux de la région. Il a, dans ce cadre, sollicité les autorités locales à prêter assistance aux artisans de la région afin de leur permettre de faire face aux contraintes freinant leurs activités, notamment pour ce qui est de «la cherté de la matière première, en mettant à leur disposition les moyens nécessaires, ainsi que de la révision à la hausse du microcrédit destiné aux artisans, et plafonné actuellement à 250 000 DA seulement», avait-il tenu à fait savoir.

Source Infosoir Lyes Sadoun

Le Pèlerin

Partager cet article

Repost0

commentaires