Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Présentation

  • : Algérie Pyrénées - de Toulouse à Tamanrasset
  • : L'Algérie où je suis né, le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942, je ne l'oublierai jamais. J'ai quitté ce pays en 1962 pour n'y retourner que 42 ans plus tard. Midi-Pyrénées m'a accueilli; j'ai mis du temps pour m'en imprégner...mais j'adore
  • Contact

De Toulouse à Tamanrasset

 

cirque-de-gavarnie.jpg

Le cirque de Gavarnie

L'Algérie, j'y suis né le jour du débarquement des Américains, le 8 novembre 1942. J'ai quitté ce pays merveilleux en 1962, pour n'y retourner qu'en août 2004, soit 42 ans plus tard...
Midi-Pyrénées m'a accueilli. J'ai mis du temps pour m'imprégner de Toulouse mais j'ai de suite été charmé par ce massif montagneux et ses rivières vagabondes que je parcours avec amour...Ah ces chères Pyrénées, que je m'y trouve bien ...! Vous y trouverez de nombreux articles dédiés à cette magnifique région et la capitale de Midi Pyrénées : Toulouse
L'Algérie, j'y suis revenu dix fois depuis; j'ai apprécié la chaleur de l'accueil, un accueil inégalé de par le monde.......L'espérance d'abord ...Une relative désillusion ensuite...Pourquoi alors que le pays a un potentiel énorme...Les gens sont perdus et ne savent pus que faire....Les jeunes n'en parlons pas, ils ne trouvent leur salut que dans la fuite....Est-il bon de dénoncer cela? Ce n'est pas en se taisant que les choses avanceront.
Il y a un décalage énorme entre la pensée du peuple et des amis que je rencontre régulièrement et les propos tenus dans les divers forums qui reprennent généralement les milieux lobbyistes relayant les consignes gouvernementales...
Les piliers de l'Algérie, à savoir, armée, religion et tenants du pouvoir sont un frein au développement de l'Algérie ....Le Pays est en veilleuse....Les gens reçoivent des ….sucettes...Juste le nécessaire... pour que ....rien nez bouge....
Pourtant des individus valeureux il y en a ....Mais pourquoi garder des élites qui pourraient remettre en cause une situation permettant aux tenants des institutions de profiter des immenses ressources de l'Algérie. Le peuple devenu passif n'a plus qu'un seul espoir : Dieu envers qui il se retourne de plus en plus...Dieu et la famille, cette famille qui revêt une importance capitale en Algérie.

Le vent de la réforme n'est pas passé en Algérie tant les citoyens sont sclérosés dans les habitudes et les traditions relevant des siècles passés....La réforme voire la révolution passera....à l'heure d'Internet, on ne peut bâillonner le peuple indéfiniment...Cela prendra du temps mais cela se ferra...
Pour le moment le tiens à saluer tous les amis que j'ai en Algérie et Dieu sait que j'en ai....C'est pour eux que j'écris ces blogs, quand bien même je choisis souvent mes articles dans la presse algérienne....pour ne pas froisser la susceptibilité à fleur de peau de l'Algérien...

Cordialement,
Le Pèlerin

 

 

 

 

Recherche

19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 06:33

La vallée du M’zab à l’heure de la fête du Tapis

M-zab---l-heure-de-la-fete-du-Tapis.jpg

 

La quarante-quatrième édition de la fête du Tapis traditionnel à Ghardaïa est prévue du 19 au 24 mars 2011, au palais des Expositions de Bouhraoua, à la sortie nord de la ville en direction de Laghouat.

Pas moins de 28 wilayas, représentées par quelque 194 exposants, seront présentes à cette importante manifestation économique, a-t-on appris lors du point de presse organisé par la cellule de communication de la wilaya, en collaboration avec la direction de la PME et la Chambre de l’artisanat et des métiers de Ghardaïa.

C’est, nous dit-on, le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, M. Smaïl Mimoune, qui présidera la cérémonie d’ouverture, coïncidant avec la date de la fête de la Victoire. Pas moins de cinq ambassadeurs sont attendus dans la vallée pendant ces journées. Il s’agirait de ceux d’Indonésie, de Côte-d’Ivoire, d’Argentine, du Chili et de l’Union européenne.

Rappelons que cette fête annuelle, ancrée depuis des lustres dans les traditions de la région, a été annulée trois fois de suite pour des raisons objectives. En 2008, en raison de l’instabilité que connaissait la région suite aux évènements qui ont ébranlé la sympathique ville de Berriane ; en 2009 suite aux dévastatrices inondations qui ont affecté la vallée du M’zab ; le 30 septembre 2008 et en 2010, en raison de l’occupation du palais des Expositions par les sinistrés des intempéries qui n’avaient pas encore été relogés.

Coïncidant avec les vacances scolaires de printemps, ces 5 journées qui seront intensément riches, tant du point de vue économique qu’aux plans culturel et sportif, permettront certainement à beaucoup de familles, de toutes les contrées d’Algérie, de pouvoir visiter cette belle vallée du M’zab, véritable musée à ciel ouvert, classée patrimoine universel de l’humanité par l’Unesco.

Ce qui permettra sans aucun doute aux artisans de la région de présenter et d’écouler leurs produits du terroir, très appréciés par les touristes qui ne manqueront certainement pas d’affluer en grand nombre dans cette région.

En sus du tapis, qui aura bien sûr la part belle, il y aura aussi des exposants en tannerie, en dinanderie, en bijouterie traditionnelle (argent), en poterie, en broderie, en vêtement traditionnel (fetla) et en céramique artistique.

Aussi, pour donner un caractère festif à cette semaine par une animation non-stop, les organisateurs, avec le concours de la direction de la culture et de celle de la jeunesse et des sports de la wilaya de Ghardaïa, ont concocté un riche programme culturel, notamment par l’organisation de journées de poésies populaires et de soirées musicales.

Les troupes folkloriques de la région, célèbres pour leurs zornas, karkabou et baroud, donneront des couleurs à la vallée du M’zab, assurant, comme à leur habitude, une liesse populaire. Encore une fois, et ce à chaque fois que la région organise un évènement majeur, le seul point noir reste le problème récurrent des “rachitiques” capacités hôtelières de la région resurgit. Pour l’’hôtel El-Djanoub, une importante partie de cet édifice tombe en ruine depuis des lustres, et ses capacités restent très en deçà des besoins.

Quant au magnifique et majestueux hôtel Rostémide, il demeure tristement clos malgré les 54 milliards de centimes engloutis pour sa réfection et restauration, et la venue d’une commission d’enquête dépêchée par le ministre de tutelle pour faire la lumière sur les tenants et les aboutissements de cette scabreuse situation.

Source Liberté L. Kachemad

Le Pèlerin

Partager cet article
Repost0

commentaires